Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2010
Blind Guardian
Par POWERSYLV
Le 7 Juillet 2010

Arthemesia
Par DREAMSLAYER
Le 14 Mai 2010

Suicidal Angels
Par FIGHTFIREWITHFIRE
Le 7 Avril 2010

Audrey Horne
Par POWERSYLV
Le 29 Mars 2010

Airbourne
Par ZIONLEEMASTERSEB
Le 7 Mars 2010

Dark Tranquillity
Par POWERSYLV
Le 2 Mars 2010

Holy Hell
Par POWERSYLV
Le 24 Janvier 2010

Orphaned Land
Par FIGHTFIREWITHFIRE
Le 17 Janvier 2010
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
BLIND GUARDIAN
Par POWERSYLV le 10 Juin 2010
Publiée le 7 Juillet 2010 Consultée 6189 fois

Depuis 1998 et Nightfall In Middle-Earth qui aura fait date, les albums des bardes allemands se suivent avec quelques évolutions de-ci de-là et avec la régularité d’un coucou suisse (tous les 4 ans, pile-poil). 2010 n’échappe pas au compte à rebours et nous réserve une bonne surprise avec At The Edge Of Time qui nous présente un groupe revigoré et sûr de lui, qui risque de satisfaire les plus exigeants. Entretien avec maître Andre Olbrich de passage à Paris (son ami Hansi, coupe cheveux courts et légèrement grisonnants n’est pas loin).

Bonjour Andre. Avant d'en venir au prochain album intitulé At The Edge Of Time, j'aimerai revenir sur l'époque de A Twist In The Myst (2006). Celui-ci était sorti 4 ans après l'album A Night At The Opera qui était un disque plus aventureux et mélodique pour BLIND GUARDIAN, avec un contenu qui avait autant créé la polémique que sa pochette très inhabituelle. A Twist In The Myst a quelque part reposé les fondations du style BLIND GUARDIAN en mettant en scène un nouveau line-up. Aujourd'hui, que penses-tu de A Twist In The Myst ?

André Olbrich (A) : J'en suis toujours très satisfait. C'est un disque assez bien ficelé. Il a été conçu à une époque où nous voulions expérimenter de nouvelles choses au niveau rythmique et au niveau du son qui n'étaient pas forcément typiques de BLIND GUARDIAN. Mais je ne voulais pas faire une copie de A Night At The Opera, un disque très étoffé avec cette grosse chanson épique qu'était "And Then There Was Silence". De toute façon, nous avions conscience d'avoir développé cet aspect à son paroxysme. Aussi, A Twist In The Myst était plus raisonnable en un sens, plus direct bien que gardant quelques caractéristiques de son prédécesseur. Si j'embraye sur notre album à venir, At The Edge Of Time, nous réalisions pendant sa composition que les chansons que nous composions non seulement avaient un bon potentiel mais aussi que ce nouveau disque synthétisait à merveille tout ce que nous avions proposé depuis ces 12 voire ces 15 dernières années. Tu peux trouver des choses qui rappellent Nightfall In Middle Earth, des moments plus speed et old-school qui sont des réminiscences de Imaginations From The Over Side, voire Somewhere Far Beyond, et évidemment des arrangements dans la lignée de ce que nous avons proposé plus récemment. Sur ce point, nous avons même utilisé un véritable orchestre classique cette fois. On peut trouver des rythmiques comme nous avions expérimenté sur A Twist In The Myst ... pour être direct, je dirais que cette nouvelle cuvée BLIND GUARDIAN est idéale pour initier quelqu'un qui ne connaîtrait pas encore notre musique : il y a vraiment à boire et à manger :). Toutes les facettes de notre musique sont là.

En 2007, vous avez participé à la bande originale du film In The Name Of The King A Dungeon Siege Tale. Quels souvenirs avez-vous de cette expérience ?

(A) : Nous avions déjà travaillé sur la bande originale d'un film par le passé, mais c'était un film allemand qui n'a pas été diffusé en dehors du pays. Ca a été sympa de participer à cette expérience, même si en fait nous n'avons rien composé de neuf à ce sujet, on a juste repris des chansons de l'album (ndlr : il s'agit des chansons "Carry the Blessed Home" et "Skalds & Shadows" issues de A Twist In The Myst). Une vraie expérience fut par contre notre participation en 2008 à la bande originale du jeu Sacred 2 : Fallen Angel. Là, on a vraiment créé un morceau spécialement pour l'occasion : "Sacred". Nous avons été satisfaits de cette aventure d'autant que cette chanson vaut le détour. On trouve le jeu sur PC et Playstation 3, mais on peut le trouver partout. Il s'est très bien vendu.

Venons-en plus particulièrement au prochain album At The Edge Of Time. Celui-ci est le deuxième que vous réalisez sous la bannière de Nuclear Blast. Etes-vous satisfait de leur travail ?

(A) : Oui, Nuclear Blast est un label qui nous a donné une grande liberté artistique. Nous sommes vraiment indépendants à ce niveau. Les conditions sont vraiment excellentes pour laisser s'exprimer notre créativité. D'autres labels ont moins de scrupules et veulent souvent forcer la main des groupes afin qu'ils réalisent des choses plus commerciales. mais d'entrée, Nuclear Blast s'est montré complice en nous disant : "Les gars, nous aimons votre style, vos rythmes : ne changez rien !". C'est une attitude très cool. Nous espérons maintenant qu'ils feront du bon travail pour la promotion de ce nouveau disque, mais je ne me fais pas trop de soucis. D'autant que nous croyons vraiment en cet album qui est pour nous le meilleur que nous ayons réalisé depuis un bon moment. La chanson "Sacred World" qui ouvre l'album une nouvelle version de la chanson "Sacred" avec orchestre et nouvelle intro est certainement le meilleur titre que nous n'ayons jamais écrit. Nous avons donc de grandes espérances pour At The Edge Of Time et nous comptons sur Nuclear Blast pour nous aider à en faire un succès.

Tant pour l'album que pour le premier single "A Voice In The Dark", la pochette est typique de l'univers fantasy de BLIND GUARDIAN. Qui a réalisé ces chefs d’œuvre ?

(A) : Il s'agit d'un fan de longue date de BLIND GUARDIAN, un chilien qui s'appelle Felipe Machado. Il a directement contacté Hansi et lui a proposé de nous offrir certaines de ses oeuvres graphiques. Lorsque nous avons vu son travail, on s'est dit qu'il était la bonne personne pour s'attaquer à l'artwork. On lui a donc dit "Ok, vas-y" en attendant ce qu'il allait nous sortir. Au final, le résultat était vraiment à la hauteur : ses dessins collaient tellement à ce style fantasy que nous affectionnons ... il a même fait quelquechose d'encore mieux que ce que nous attendons. En effet, nous lui avions transmis les textes des chansons et il a fait un dessin pour chacune d'entre elle, et on les retrouvera dans le livret. Certainement le plus bel artwork qu'on ait fait. Le fait qu'il se soit inspiré comme ça des paroles des chansons, c'est tout simplement ... énorme. Il a donc fait au total la pochette de l'album, celle du single et les 10 dessins des chansons qui auraient pu être autant de pochette de singles potentiels.

Au passage et puisqu'on parle de pochette d'album, n'as-tu pas de regrets par rapport à celle de A Night At The Opera qui était quand même assez spéciale, pour ne pas dire ... moche ?

(A) : C'est vrai qu'elle n'est pas terrible mais une mise au point est nécessaire : ce n'était pas la faute de l'artiste. C'était vraiment la faute à pas de chance, un mauvais concours de circonstances. Le fait est qu'un artiste avait commencé à travailler sur la pochette, mais bizarrement, après 2 mois de travail il a disparu. Le gars était devenu injoignable et on devait fournir le résultat à Virgin (ndlr : maison de disques du groupe à l'époque) dans les 2 semaines ! Autant dire qu'on était très embêté car on devait repartir de zéro. Il se trouve qu'on a demandé à l'artiste qui s'occupait des pochettes de SAXON à l'époque Paul Gregory s'il pouvait nous dépanner. Il a bien voulu mais en nous mettant en garde que 2 semaines, c'était décidément trop court et que le résultat serait loin d'être à la hauteur. Mais bon, nous n'avions pas le choix. Et nous nous sommes retrouvés avec le résultat que l'on connait. Cette pochette est laide, soyons honnête, surement la pire que BLIND GUARDIAN ait faite. Mais je le répète : ce n'est vraiment pas la faute de Paul Gregory qui a fait ce qu'il a pu. Ce gars fait d'habitude du super boulôt et de belles pochettes. Il lui aurait fallu 2 voire 3 mois de plus pour faire quelquechose de superbe, sans aucun doute.

Quel est le sens de At The Edge Of Time ? Y a-t-il un lien avec un morceau de l'album ?

(A) : Nous voulions un titre qui sonne bien et qui aille bien avec l'artwork, mais aussi un titre qui ne soit pas très précis comme on le fait habituellement afin de laisser libre court à plusieurs interprétations. C'est une tradition chez nous lorsque tu regardes bien notre discographie. Un lien avec un des titres ? Je ne pense pas mais pour en être sûr, il faudrait demander à Hansi Kürsch qui s'occupe des paroles. C'est lui le spécialiste.

Le single "A Voice In The Dark" est plutôt rentre-dedans. La démarche est différente d'il y a 4 ans où vous aviez proposé le morceau "Fly" en single qui était plus travaillé et mélodique. Est-ce un choix délibéré pour vous rallier vos fans de la première heure qui vous reprochaient ces 10 dernières années d'avoir ralenti le tempo, voire parfois de verser dans le progressif ?

(A) : Nous avons réfléchi au single en nous demandant quel serait le meilleur titre à ce niveau, tout en nous disant que nous ne sommes pas un groupe "commercial". Nous ne sommes définitivement pas un groupe qui veut absolument mettre en avant une ballade pour avoir du succès à tout prix. On a voulu sortir un single en amont de l'album avant tout pour nos fans. Nous aimons le côté épique de "Sacred World" et de "Wheel Of Time" mais également cette facette speed comme sur "Tanelorn" et "A Voice In The Dark". Ces 4 titres que je viens de citer font partie de nos préférés. Pour "Sacred World", ce titre étant déjà connu au travers de "Sacred" via le jeu vidéo, l'effet de surprise aurait été moindre et on voulait proposer du neuf. "Wheel Of Time" posait un autre dilemme : elle est un peu "au cœur" de l'album et nous ne voulions pas la révéler dans un single, nous préférions que les fans la découvrent sur l'album. Les 2 morceaux speed sont toutes les 2 super et quel que soit celui que nous aurions choisi, ce choix aurait été judicieux. Nous avons finalement choisi "A Voice In The Dark" car nous aimons tous cette chanson et bien sûr elle est prévue pour la scène. Comme ça, les fans la connaîtront bien et pourront la reprendre en chœur en concert.

J'ai un faible pour ma part (ndlr : 3/4 écoutes attentives de l'album) pour "Ride Into Obsession" ...

(A) : Ah, c'est cool, elle est excellent elle aussi. Et nous prévoyons de la jouer également.

C'est encore Charlie Bauerfeind qui a produit cet album apparemment ...

(A) : Oui, c'est encore lui. On aime beaucoup se façon de travailler qui est très corporatiste. Ce n'est pas un producteur à l'égo surdimensionné comme il peut y en avoir dans le métier et qui ne pense qu'à mettre son travail en avant à des fins personnelles. Il a du talent, un savoir faire certain et surtout, il sait capter et mettre en avant l'esprit d'une chanson. Il fait l'effort de revenir à la base du songwritting, de comprendre ce que la chanson a voulu apporter comme message. Il se met vraiment au service de la chanson et c'est ce qu'on apprécie. De plus, le son que nous avons sur ce disque est presque complètement naturel : la batterie, l'orchestre ... Charlie a veillé à ce qu'il y ait le moins de claviers possible. On a fait ça, on est vraiment content du résultat et je pense qu'il y a une explication simple : c'est la troisième fois de suite que nous travaillons avec Charlie. Sur A Night At The Opera, le son était bon mais quelquechose me gênait que je n'arrivais pas à définir. Même chose avec A Twist In The Myth où je trouvais que le son n'était pas encore parfait. Mais sur The Edge Of Time, Charlie a vraiment trouvé la mixture parfaite. Peut-être que c'est parce que nos relations se sont bonifiées au fil des ans : il comprend mieux nos exigences et nous, nous arrivons à saisir plus aisément de quoi il parle. Ce son que nous avons obtenu, voilà pour moi comment doit sonner un disque de metal : des guitares rythmiques qui percutent avec un gros son, une batterie naturelle et une voix qui domine l'ensemble.

Les orchestrations sur "Sacred World" sont vraiment bien en place et assez abouties ...

(A) : Oui, Charlie a bossé comme un malade pour arriver à ce résultat. Il a senti qu'on pouvait faire quelquechose de terrible sur ce morceau et il a vraiment travaillé le truc à fond. Réussir à mettre en cohérence les parties rock et les parties de l'orchestre, ça lui a demandé du boulot mais il a pris ça comme un défi. Nous nous sommes tous réellement impliqués de toute façon et de manière tellement naturelle tant nous sentions que ces morceaux avaient du potentiel. Nous sommes vraiment très fiers de ce que nous avons réalisé sur ce disque en tant que musiciens, après nous verrons ce qu'en pensent les fans.

Même sans avoir les paroles, je suppose que nous retrouvons dans les textes et les histoires les sujets traditionnels de BLIND GUARDIAN : l'univers fantastico-médiéval, des histoires épiques et parfois avec un petit lien avec la réalité. On retrouve par exemple la cité de Tanelorn que vous évoquiez déjà sur Somewhere Far Beyond 18 ans plus tôt. Peux-tu nous en dire plus sur ces histoires ?

(A) : Comme je le disais plus tôt, c'est surtout Hansi qui s'occupe de créer les textes, qui sont très souvent en lien avec ses gouts personnels et ses lectures. Mon sentiment personnel est que les chansons n'ont pas vraiment de lien entre elles car elles ont des sources différentes. Mais "Tanelorn" a un lien évident avec notre vieux classique "The Quest For Tanelorn" : elles font allusion à ce lieu créé par Michael Moorcock, mais je ne peux te dire jusqu'à quel point va ce lien et s'il s'agit vraiment d'une suite. Je n'ai pas vraiment lu et interprété les paroles pour être honnête (rire), faut vraiment voir ça avec le spécialiste (ndlr : montre du menton Hansi qui est interviewé un peu plus loin dans le hall de l'hôtel).

Depuis 4 ans, le line-up de BLIND GUARDIAN est stable avec Marcus (Siepen, guitare) et Frederik (Ehmke, batterie). Ont-ils pu contribuer à l'élaboration de l'album ou alors, comme de coutume, Hansi et toi-même étiez intégralement aux commandes ?

(A) : Cette fois encore, c'est Hansi et moi-même qui avons conçu l'intégralité de l'album. Marcus et Frederik n'ont rien composé. Ce n'est pas qu'ils n'ont pas leur mot à dire : c'est simplement qu'il ne nous ont rien proposé. S'ils nous avaient proposé un morceau, nous aurions pu en discuter ensemble sans problème et voir ce qu'on pouvait en faire. D'un autre côté, Frederik par exemple à beaucoup de choses à faire et à penser en dehors du groupe, Marcus n'a rien écrit ce coup-ci ... on ne les force pas non plus, il faudrait que cette démarche soit spontanée de leur part. Ils n'étaient pas forcément dedans cette fois mais Frederik m'a laissé entendre qu'il avait des idées de côté pour un prochain album. Frederik s'est surtout essentiellement concentré sur son jeu de batterie afin d'affiner sa façon de jouer et de proposer des arrangements ... et à ce titre, il a beaucoup fait.

Je note également que vous n'avez toujours pas de bassiste attitré, et ce depuis plusieurs années, même si Oliver Holzwarth (ndlr : également bassiste du groupe de Tarja Turunen en ce moment) joue avec vous sur scène. Est-ce parce que vous avez vraiment du mal à trouver la perle rare ou alors parce que vous vous êtes accommodé à cette situation et que vous pensez que BLIND GUARDIAN fonctionne très bien comme ça ?

(A) : C'est tout-à-fait ça, nous sommes très bien sans bassiste officiel et je dirais même que c'est un confort pour nous. BLIND GUARDIAN fonctionne à 4 et nous avons réussi à trouver un réel équilibre. Oliver est probablement le meilleur bassiste que je connaisse de mon point de vue. J'aime sa façon de jouer et de sonner. Mais il n'est pas un musicien qui pourrait se consacrer uniquement à un seul groupe ou à un seul projet. Il a besoin d'espace, de marge de manœuvre, de travailler avec des groupes de différents horizons. C'est un gars qui veut travailler pour lui, pour sa technique. Il est en tournée avec nous et c'est super car je le connais très bien et depuis longtemps. Mais ce n'est définitivement pas le genre à rester indéfiniment au sein d'un groupe.

D'ailleurs, j'ai vu Oliver jouer avec ATROCITY et LEAVES' EYES en début d'année, ça m'a surpris ...

(A) : (apparemment étonné) Oliver a joué sur scène avec LEAVES' EYES ? Euh ... ben écoutes, c'est peut-être possible après tout ... comme quoi :).

Il y aura je pense une édition limité de l'album. As-tu des détails à ce sujet pour vos fans les plus mordus ?

(A) : Oui, ça sera un second CD avec quelques "trésors". Laisse-moi me rappeler, euh ... un genre de making-off de l'album, avec entre autres Hansi et moi qui parlons du process, de la composition tout ça, et de tout ce qui peut se passer dans un studio. Plutôt pas mal ...

Un peu du genre de celles qu'on a pu voir sur internet ?

(A) : Nous avons filmé pas mal en studio et on peut dire que sur tout ce qu'on a filmé, 20% se trouve sur internet, 80% sera inédit. Il y aura le vidéo clip de "A Voice In The Dark" et quelques démos de chansons, d'autres versions que nous avions enregistrées Hansi et moi pendant la composition. Assez différentes des versions officielles. Tu peux voir le cheminement et le murissement d'une de ces chansons, c'est assez intéressant. Des versions de l'orchestre aussi de certaines chansons car les versions de l'album sont évidemment plus métalliques.

Vous démarrez la tournée peu de temps après la sortie de l'album, avec un passage à Paris à l'automne, à l'Elysée-Montmartre, une salle que vous connaissez bien. Heureux de retrouver les fans français ?

(A) : Oui, car voilà un petit moment qu'on ne vous a pas rendu visite. La dernière fois c'était sur la tournée A Twist In The Myth et je me rappelle de la bonne ambiance avec le public qui chantait nos chansons à tue-tête. Un de nos meilleurs passages dans cette salle et une de nos meilleures dates d'ailleurs.

J'avais eu un empêchement cette fois-là, mais je vous avais vu pour le concert de la tournée A Night At The Opera, à l'Elysée-Montmartre toujours ...

(A) : Sur la tournée A Twist In The Myth, il y avait 2 fois plus de monde que sur la date que tu mentionnes et où tu étais présent. L'Elysée-Montmartre était complet et nous étions les premiers surpris car cela voulait dire que nous avions passé un cap supplémentaire en France. Et ça, ça nous a vraiment fait plaisir.

Eh bien j'espère que ça sera complet aussi cette fois-ci. Autrement, pas de festival prévu cette été ? Dans une semaine comme maintenant je serai au Hellfest soit dit en passant ...

(A) : Cet été non, mais il faut dire qu'en 2009 nous avions quasiment fait tous les festivals en Europe ! :). Nous avions fait le Hellfest en 2007. Pour en revenir à la tournée, nous essaierons de passer par d'autres villes en France pour d'autres dates lors de sa deuxième partie.

Je serai au Wacken aussi cette année. Vous n'êtes pas à l'affiche mais vous viendrez bien faire un petit tour, non ?

(A) : Nous devrions y être en promotion, oui.

Je me rappelle du Wacken 2007 lors de cette soirée où vous avez joué avant DIMMU BORGIR. J'ai eu l'impression de me prendre 16 slammers à la minute …

(A) : Oui, je m'en souviens. C'est toujours la folie lorsqu'on joue là-bas mais bon, nous sommes en pays conquis :).

3 questions pour finir, pas forcément en lien avec BLIND GUARDIAN mais sur lesquelles j'aimerai ton avis. La première d'entre elle est une interrogation sur une éventuelle aventure solo de ta part. Y as-tu déjà pensé, sachant qu'Hansi lui peut sortir du giron de BLIND GUARDIAN de temps en temps avec DEMONS & WIZARDS ?

(A) : Ouh là ! J'ai tellement de travail avec BLIND GUARDIAN, si tu savais. J'en écris toutes les chansons et de ce fait, j'ai très peu de temps pour composer d'autres choses. J'ai quelquechose qui me trottait dans la tête depuis un moment et que je suis en train de concrétiser peu à peu : il s'agit d'un projet d'album avec un orchestre que j'aimerai faire aboutir. J'ai déjà à peu près 9 titres et je me donne 2 ans pour le finaliser. Tu peux éventuellement considérer qu'il s'agit d'un album solo. Et puis, j'ai aussi besoin de passer du temps auprès de ma famille et me détacher un peu de la musique, c'est humain. Pour DEMONS & WIZARDS, je sais qu'Hansi et Jon (Schaffer, leader et guitariste d'ICED EARTH) souhaitent faire un nouvel album, mais c'est très difficile pour eux de se retrouver. ICED EARTH continue d'assurer son succès dans le monde du metal, BLIND GUARDIAN également. Et un nouvel album de DEMONS & WIZARDS signifie qu'ils doivent travailler le songwriting, planifier du temps en studio, assurer la promotion du disque ... tout cela nécessite de bloquer plusieurs mois. Et pour peu qu'Hansi et Jon n'arrivent pas à bloquer la même période. Bref ce n'est vraiment pas simple. Il y aura surement une suite mais te dire quand ? Impossible.

Les 2 dernières questions sont un peu plus tristes. Surtout celle-ci car elle concerne la disparition d'un grand chanteur qui a marqué le monde du metal. Il s'agit bien entendu de Ronnie James Dio qui nous a quitté le 16 Mai dernier. Pour ma part, ça m'a assommé. Un mot par rapport à cette tragique disparition ?

(A) : Je pense que tout le monde s'est pris un sacré coup de massue sur la tête. Quiconque se réclame du monde musical du heavy metal est redevable à Ronnie James Dio et doit possèder au moins un album chez lui où Dio est intervenu. Il a écrit de telles pages du heavy metal et fait de la si bonne musique que sa disparition crée forcément un grand vide pour nous tous. J'étais un très grand fan de ce qu'il a fait, que ce soit avec DIO, RAINBOW ou même au sein de BLACK SABBATH. On ne compte plus tout ce qu'il a fait dans ces groupes et qui apparaissent aujourd'hui comme des jalons dans le patrimoine et l'histoire du metal. Car ce qu'il nous laisse, ce n'est pas simplement de la très bonne musique mais aussi des jalons, de fondations qui doivent servir de référence à tous ceux qui font du metal. C'était carrément l'un des fondateurs du genre : BLACK SABBATH, RAINBOW ... ce sont des groupes qui sont les bases de notre famille musicale, aussi étendue soit-elle aujourd'hui. C'est très triste, mais il a eu une vie bien remplie et passionnante au regard de tous ceux qui meurent jeunes encore aujourd'hui à cause de la drogue ou de saloperies de ce genre. Nous partirons tous un jour, mais Dio laisse derrière lui des bijoux du rock qui resterons pour nous tous.

Une autre entité qui va bientôt tirer sa révérence et qui nous laisse aussi un patrimoine metallique non négligeable et cela doit t'interpeller, d'autant plus que tu es allemand je veux parler des SCORPIONS. Le groupe vient de sortir son dernier album. Et Klaus Meine et Rudolf Schenker ont annoncé qu'ils allaient prendre une retraite bien méritée après une dernière longue tournée. SCORPIONS est un groupe qui, par sa qualité et son succès international a ouvert de nombreuses portes, notamment aux groupes hard et metal allemands. Un petit mot peut-être ?

(A) : Je pense qu'ils ont pris la bonne décision car, personnellement, j'aime garder un beau souvenir et une bonne image de mon groupe préféré. Tout ceux qui ont eu une longue carrière devraient sentir lorsque le moment est venu de raccrocher, ceci afin de ne pas paraître diminué voire pathétique et dans l'impossibilité de reproduire ce que tu faisais par le passé devant les fans. Lorsque je vois KISS aujourd'hui en live et pourtant, je suis un énorme fan de KISS -, je me rend compte que ce n'est plus le même KISS qu'il y a plusieurs années et ... quelque part ça m'embête un peu. Quant aux SCORPIONS, nous avons eu la chance de tourner avec eux l'an dernier et pour la première fois ! C'était une expérience vraiment géniale, d'autant que ce sont des personnes vraiment humbles et sympathiques : lors de ce concert, j'ai eu un problème de matériel et immédiatement, ils nous ont aidés. Jamais je n'aurais crû qu'un groupe de la stature de SCORPIONS se serait soucié de nous. Ils n'ont pas eu la moindre hésitation, ne se sont pas posé la moindre question et nous ont dépanné tout de suite. Putain, j'étais soufflé. Avoir eu cette carrière si exceptionnelle et réussir à garder les pieds sur terre, jamais je ne l'oublierai. J'ai énormément de respect pour eux. Des gens super, attachants et qui nous laissent de la super musique également.


Le 10/08/2010 par ROCH-SILVERFANG

Je tiens à préciser que la chanson "SACRED" est à l'origine un morceau qu'ils avaient conçu pour le jeu "SACRED 2 : Fallen Angel", développé par "ASCARON SOFTWARE" édité par "KOCH MEDIA".

Ils donnaient d'ailleurs un concert dans le jeu lui-même, et à la fin de celui-ci, les membres du groupe Blind Guardian refilaient leurs instruments au joueur pour qu'ils lui servent d'armes. (Le jeu étant un Hack'n slash en monde ouvert).
Là où le bât blesse, c'est que les joueurs qui incarnaient le personnage "Gardien du Temple" étaient dans l'incapacité d'utiliser ces instruments, étant donné que la plupart se maniaient à deux mains.

Vous pouvez donc déjà trouver le morceau sur Youtube, avec la cinématique qui illustrait leur concert dans le jeu.


Le 10/08/2010 par BLACKWIZARD

Je la trouve très bien la pochette d'ANATO. L'une des plus réussies du groupe. Celle de A TWIST IN THE MYST est au contraire bien moisie. Le groupe se rattrape un peu avec celle du nouvel album mais ça reste moyen.
Je suis étonné de lire que même Olbrich la trouve laide.

Niveau musique, je n'attends pas spécialement grand chose du nouvel album, ayant été déçu du dernier. Aucune compo n'était marquante comme sur les précédentes réalisations. Et puis si AT THE EDGE OF TIME est un "pot-pourri" de tout ce qu'a réalisé Blind Guardian jusque là, ça ne m'enchante pas des masses, loin de là d'ailleurs.

Bon sinon, interview sympathique, c'est toujours cool d'en lire une d'un de ses groupes favoris de toute façon.


Le 10/08/2010 par JAYHEM

Merci beaucoup pour l'interview, vivement l'album !


Le 09/07/2010 par SACRIPAN

Merci pour cette interview rondement menée.

Fantastique !



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod