Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (111)
Questions / Réponses (6 / 42)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Exodus, 4 Arm, Xentrix, Evile, Spirit Web, Heathen, Rage, Anthrax, Slayer
- Membre : Echobrain, Suicidal Tendencies, Infectious Grooves, Flotsam And Jetsam, Ozzy Osbourne
- Style + Membre : The Big 4 , Megadeth
 

 Site Officiel (2176)
 Fan Club Officiel (2282)
 Fan Club Français (local Chapter) (3504)
 New Fan Club Français (local Chapter) (2606)
 Myspace (746)
 Chaîne Youtube (719)

METALLICA - Master Of Puppets (1986)
Par POWERSYLV le 14 Février 2006          Consultée 32493 fois

1986 aura été l’année du Thrash. Et à côté de la célébration de la violence organisée par SLAYER avec "Reign In Blood", METALLICA nous sort cette année-là ce "Master Of Puppets" redoutable. Un disque qui restera gravé à jamais dans les annales du Thrash, voire du Heavy Metal tant par sa virulence que par les mélodies et les chansons devenues de vrais hymnes. Sur ce disque, METALLICA reste dans la lignée de "Ride The Lightning" tant au point de vue musical que dans la structure de l’album, présentant ainsi sa plus faible évolution entre 2 disques (en attendant le duo "Load"/"Re-Load"). Et si "Ride The Lightning" était déjà un disque impérial, "Master Of Puppets" touche la perfection.

L’après "Ride The Lightning" a vu le groupe de Lars Ulrich and Co. s’imposer sur les scènes mondiales. Après les États-Unis, l’Europe succombe à son tour à la tornade METALLICA et beaucoup de metalheads voient en ces 4 sauveurs l’avenir du genre et le meilleur challenger aux géants du Heavy européen qui régnaient à l’époque comme IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST et autres SCORPIONS. Dans une catégorie plus violente il est vrai. METALLICA est également le premier groupe Thrash à apparaître sur l’affiche des fameux Monsters Of Rock de Donington, où il partage l’affiche avec (entre autres) … BON JOVI ! Un comble pour un groupe représentant un courant opposé au Glam et aux paillettes. Le quatuor retourne encore une fois au Danemark retrouver Flemming Rasmussen (déjà producteur du précédent opus).

"Master Of Puppets" est l’aboutissement d’un cycle : celui du perfectionnement Heavy/Thrash depuis les bases posées par "Kill’em All" 3 ans plus tôt. Rien sur ce disque n’est à jeter et 20 ans plus tard cet opus n’a pas pris une ride. Qui n’a jamais headbangué comme un fou sur les très speed "Battery" ou "Damage Inc." ? Qui n’a jamais fait de air guitar sur les rythmiques endiablées de "Master Of Puppets" en criant : "Master, Masteeeeer" ? Personnellement, j’ai toujours appréhendé "Master" comme un "Ride The Lightning" encore plus poussé, encore plus recherché. On peut trouver pas mal de similitudes entre ces 2 disques : début sur un titre percutant Speed/Thrash ("Fight Fire With Fire"/ "Battery"), morceau titre du disque en 2ème position, en 3ème position un titre plus lent et lourd ("For Whom The Bell Tolls"/"The Thing That Should Not Be"), une semi-ballade ("Fade To Black"/"Welcome Home (Sanitarium)"), un instrumental vers la fin du disque ("The Call Of Ktulu"/"Orion"). Notez qu’on pourrait faire le même rapprochement avec "… And Justice For All" !

"Battery" ouvre les hostilités et là c’est carrément la guerre. Ne vous laissez pas berner par cette partie douce qui démarre le morceau. Ici le Speed/Thrash est à l’honneur, la rythmique est carrée de chez carrée, la guitare de Kirk s’envole sur un solo terrible … c’est l’orgasme dès le début. En tout cas ça commence très fort. "Master Of Puppets" est un long titre à tiroir. Beaucoup voient en ce titre l’hymne de METALLICA et je leur donnerai carrément raison (quoique "One" …) : ce morceau unique scotche d’entrée et vous tient en haleine, ne relâchant sa course effrénée que lors d’un superbe break, où le morceau redémarre comme une ballade. Mais une splendide montée en puissance redonne lieu à une furie où le guitare de Kirk s’épanche littéralement dans un solo de feu encore une fois, avant de revenir au thème du début. Avec "The Thing That Should Not Be", METALLICA revient au heavy plombé. On a l’impression avec ce titre qu’une chape de plomb vous tombe dessus. L’atmosphère est assez lugubre et terrifiante. Encore une fois, M. Hammett signe une partie solo jouissive et éblouissante. On se rend compte sur ce disque d’ailleurs de l’importance et de l’assurance que le guitariste a pris aujourd’hui, lui qui était le dernier venu dans le gang, et ces soli plus alambiqués préfigurent l’exubérance guitaristique de l’album suivant où le soliste explose littéralement. Semi ballade de l’album, "Welcome Home (Sanitarium)" joue sur le terrain de la sensibilité, des atmosphères et des contrastes (début doux, montée en puissance et explosion sur le refrain, final destructeur).

Violente dans la musique et dans les idées, "Disposable Heroes" est un titre en béton armé dont la violence est à l’image de la position de ses auteurs vis-à-vis de la guerre, de la hiérarchie militaire et des dirigeants. METALLICA a donc mûri aussi dans ses discours, évoquant dans les chansons de "Master" des sujets tels que le guerre, la folie humaine, la domination, l’endoctrinement. C’est le sujet de la chanson suivante, "Leper Messiah". Une chanson qui a donné lieu à une polémique entre METALLICA et leur ancien guitariste Dave Mustaine (alors leader de MEGADETH responsable cette même année du terrible "Peace Sells … But Who’s Buying ?"), celui-ci prétendant avoir écrit cette chanson alors qu’il était encore dans METALLICA. "Leper Messiah" est pas mal, j’aime beaucoup le moment du break, je dois avouer que c’est la chanson qui me branche le moins sur le disque, même si je l’apprécie quand même. "Orion" est sans doute l’un des plus beaux instrumentaux qu’il m’ait été donné d’entendre. Moins routinier et plus passionnant que "Call Of Ktulu" ("Ride The Lightning"), moins poignant que "To Live Is To Die" ("… And Justice For All" !), "Orion" est un instrumental qui évade, on passe par différents stades en l’écoutant. Le travail des musiciens est superbe est prenant, je pourrais écouter cette pièce en boucle encore aujourd’hui (ndlr : j’ai découvert METALLICA en 1990). Avec son début éthéré et sa violence pure, "Damage Inc." termine ce parcours sans faute dans la fureur.

Le succès de l’album consolide le succès des 4 Horsemen qui, vite rejoint par SLAYER, ANTHRAX et MEGADETH constitue pour les années suivantes le carré d’as gagnant du Thrash Metal. METALLICA obtient également une place de choix pour la tournée d’Ozzy Osbourne, l’ex-chanteur de BLACK SABBATH qui les prend sous son aile. Quelle reconnaissance pour nos 4 thrashers pour qui le Madman reste une des idoles ! Une tournée avec ANTHRAX est organisée également. C’est à ce moment-là que survient un drame qui va bouleverser la vie du groupe. Un accident de tour bus enverra 3 des membres du groupe à l’hôpital (James, Lars et Kirk) et le malheureux Cliff Burton au cimetière. Le bassiste aux pattes d’eph’, personnalité éclectique et attachante qui avait tant apporté au groupe a été propulsé au travers de la vitre du bus et écrasé 2 fois par ce dernier (la deuxième fois lorsqu’on a essayé de soulever le bus et qu’il est retombé). Traumatisé par ce drame, les 3 survivants songent sur le coup à tout arrêter. Mais par respect pour leur camarade décédé et leur amour de la musique, ils décident de continuer l’aventure. Il fallait se mettre à la recherche d’un nouveau bassiste et retrouver coûte que coûte le chemin des studios, non sans un petit retour aux sources ("Garage Days Revisited") …

A lire aussi en THRASH METAL par POWERSYLV :


MEGADETH
So Far,so Good ... So What? (1988)
Un must du thrash technique

(+ 2 kros-express)



DESTRUCTION
The Antichrist (2001)
Deuxième bombe thrash du new destruction !


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   BAAZBAAZ
   CANARD WC
   DARK BEAGLE
   FENRYL
   FIGHTFIREWITHFIRE
   JEFF KANJI
   MEFISTO
   ONCLEGUUD
   PINPIN
   POSSOPO
   T-RAY

 
   (12 chroniques)



- James Hetfield (chant,guitare)
- Lars Ulrich (batterie)
- Cliff Burton (basse)
- Kirk Hammett (guitare)


1. Battery
2. Master Of Puppets
3. The Thing That Should Not Be
4. Welcome Home
5. Disposable Heroes
6. Leper Messiah
7. Orion
8. Damage Inc



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod