Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  VHS/DVD/BLURAY

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

1983 Kill 'em All
1984 Ride The Lightning
1986 Master Of Puppets
1988 ...and Justice For Al...
1991 Metallica
1993 Live Shit: Binge & Purge
1996 Load
1997 Reload
1998 Garage Inc.
1999 S&m
2003 St. Anger
2008 Death Magnetic
2016 Hardwired... To Self-...
2023 72 Seasons
 

- Style : Exodus, Night Viper, Diamond Head, 4 Arm, Xentrix, Under The Oak, Evile, Spirit Web, Heathen, Anthrax, Slayer, Rage
- Membre : Flotsam And Jetsam, Kirk Hammett, Jerry Cantrell , Film, Ozzy Osbourne, Echobrain, Infectious Grooves, Suicidal Tendencies
- Style + Membre : Megadeth, The Big 4
 

 Site Officiel (2951)
 Fan Club Officiel (8674)
 Fan Club Français (local Chapter) (4795)
 New Fan Club Français (local Chapter) (3667)
 Myspace (1839)
 Chaîne Youtube (14325)

METALLICA - S&m2 (2019)
Par METALINGUS le 27 Novembre 2023          Consultée 597 fois

Dès le départ, soyons clair : ceux n’ayant pas aimé la première édition de "S&M" ont peu de chance d’apprécier la seconde édition. Par contre, ceux qui ont le moindrement affectionné l’effort de nos quatre cavaliers devraient y trouver leur compte, car il y a eu plusieurs améliorations apportées.

Premièrement, la mise en scène représente beaucoup plus METALLICA dans son habitat naturel : la scène est centrale, ce qui permet au public de mieux voir tous les musiciens et leurs instruments. Les jeux de lumières sont d’ailleurs bien mieux réussis, contrairement à l’édition de 1999 et son "trip d’acide". Par moment, le montage nous présente plusieurs plans : une bonne idée puisqu’il peut se passer beaucoup de choses en une seule séquence. La salle est d’ailleurs complètement neuve car, en plus de souligner les 20 ans de la première édition de "S&M", le groupe est le premier à performer sur cette scène. Pour terminer la section "nouveauté", des chansons provenant de "Hardwired", de "Death Magnetic", et du mal-aimé de la "Sainte Colère" seront présentes.

Comme tout concert de METALLICA, on commence les hostilités avec un "Ecstasy Of Gold" joué par la symphonie. Ensuite, les "Mets" arrivent sur scène sur l’instrumental "The Call Of Ktulu". Premier bémol : on a déjà entendu ce morceau sur la première édition, alors pourquoi ne pas avoir choisi "To Live Is To Die" étant donné qu’"Orion" a été joué sur le concert/spectacle "Through The Never" ? Ce choix aurait amené de la nouveauté au lieu de reprendre le même titre.

Les premiers titres débutent et on a rapidement droit à "For Whom The Bell Tolls" avec la même structure symphonique que la première édition. À ce moment, je ne peux m’empêcher de penser à la tournée "72 Seasons" où les gars ont décidé de jouer deux concerts dans chaque ville avec une setlist différente. Comme quoi il aurait été tout à fait possible de proposer à "S&M 2" une setlist entièrement différente de la première édition. La nouveauté commence réellement avec "The Day That Never Comes" au solo fait avec la symphonie : une belle réussite, car extrêmement mélodique.

On tombe également sur "Confusion" de "Hardwired..." qui n’est nullement mon morceau préféré, mais qui prend toute son ampleur ici : puissante, épique, un peu la même chose avec "Moth Into Flame". Décidément, la symphonie amène un beau plus sur un des titres les plus aimés de "Hardwired...". Petit moment cocasse lorsque je regarde Lars : est-ce moi ou, plus les années avance, plus il a tendance à tirer la langue ? Est-ce que Gene Simmons l’influence ?

Bien que j’aie mentionné ma déception de réentendre des titres déjà présents sur l’édition de 1999, je mentirais si je ne disais pas mon plaisir d’entendre à nouveau des morceaux que je crois être taillé parfaitement pour ce type d’exercice, comme "The Outlaw Thorn". Une chanson si peu jouée en concert, mais qui est d’une beauté sans nom malgré les difficultés assez évidentes de James à la chanter. "Halo Of Fire", autre nouveauté de l’écurie "Hardwired...", est joué et est porté à bout de bras, non seulement par la symphonie, mais également par la foule qui chante pendant le refrain et dans le dernier tiers de la chanson.

Le deuxième acte débute de façon originale avec Lars qui introduit le directeur musical. Celui-ci conduit l’orchestre vers un morceau musical exécuté seulement par la symphonie. Un moment original qui apporte une petite pause métallique. S’ensuit une transition avec un morceau d’origine symphonique, mais joué avec les "4 horsemen". Il s’agit du faux jumeau de "The Call Of Ktulu". Le rendu est un super mid-tempo style mammouth. Les "Mets" s’en donnent à cœur joie et se sentent plutôt à l’aise. La symphonie continue d’occuper le devant de la scène avec "The Unforgiven 3" qui est jouée exclusivement par celle-ci, hormis un James Hetfield au chant et qui semble complètement perdu sans sa guitare.

Autre moment de restructuration musicale : "All Within My Hand" du détesté "St. Anger", est joué en mode acoustique. On y voit le titre sous un autre jour avec un beau petit solo de Kirk. Le moment plus "sympho" se termine avec un "Anesthesia" joué uniquement à la contrebasse en hommage au regretté Cliff Burton.

À partir de là, on a droit à une fin de concert classique des "Mets" avec des morceaux que les gars semblent "obligés" de jouer : "One", "Nothing Else Matters", "Enter Sandman". La musique s’enchaine sans grand temps mort.

On a donc eu droit à trois parties de spectacles : la première, ce sont les titres qui collent bien avec la version symphonique. La deuxième, où la symphonie prenait les rênes du spectacle. Puis la toute dernière, où les classiques étaient joués par obligation plus qu’autre chose.

Que dire du bonus hyper court qui ne donnait aucun grand renseignement, contrairement au 1999, qui lui, en était bien bourré ? Grosse déception de ce côté donc, j’en attendais pas mal plus de la part des "4 horsemen".

Alors, au final, que dire de cette seconde édition ? On dirait globalement une version améliorée de la première. Une mise en scène plus intéressante, plusieurs chansons interprétées pour la première fois avec la symphonie, sans oublier une plus grande place faite pour l’orchestre. Une petite étoile est cependant ôtée pour avoir répété certaines chansons, et pour un "Behind The Scene" hyper court.

Morceau préféré : "Halo Of Fire".

A lire aussi en HEAVY METAL par METALINGUS :


Paul DIANNO
Hell Over Waltrop (2020)
Do it like Paul




FIVE FINGER DEATH PUNCH
A Decade Of Destruction (2017)
Mission accomplie


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- James Hetfield (chant,guitare rythmique)
- Lars Ulrich (batterie)
- Kirk Hammett (guitare solo)
- Robert Trujillo (basse)


1. The Ecstasy Of Gold
2. The Call Of Ktulu
3. For Whom The Bell Tolls
4. The Day That Never Comes
5. The Memory Remains
6. Confusion
7. Moth Into Flame
8. The Outlaw Torn
9. No Leaf Clover
10. Halo On Fire
11. Intro To Scythian Suite
12. Scythian Suite, Opus 20
13. Intro To The Iron Foundry
14. The Iron Foundry, Opus 19
15. The Unforgiven Iii
16. All Within My Hands
17. (anesthesia) - Pulling Teeth
18. Wherever I May Roam
19. One
20. Master Of Puppets
21. Nothing Else Matters
22. Enter Sandman



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod