Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (101)
Questions / Réponses (10 / 77)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1980 8 Iron Maiden
1981 5 Killers
1982 7 The Number Of The Beast
1983 6 Piece Of Mind
1984 8 Powerslave
1986 6 Somewhere In Time
1988 5 Seventh Son Of A Seventh So...
1990 8 No Prayer For The Dying
1992 5 Fear Of The Dark
1995 5 The X-Factor
1998 6 Virtual XI
2000 7 Brave New World
2003 6 Dance Of Death
2006 7 A Matter Of Life And Death
2010 5 The Final Frontier
2015 5 The Book Of Souls
1990 The First Ten Years #1
The First Ten Years #2
The First Ten Years #3
The First Ten Years #4
The First Ten Years #5
The First Ten Years #6
The First Ten Years #7
The First Ten Years #8
The First Ten Years #9
The First Ten Years #10
2004 No More Lies Dance Of Death So...
1996 Virus
2003 Wildest Dreams
2005 The Number Of The Beast
The Trooper
2006 The Reincarnation Of Benjamin ...
2010 El Dorado
1985 Live After Death
1993 2 A Real Live Dead One
1 Live At Donington
2002 Rock In Rio
2005 Death On The Road
2012 1 En Vivo!
2013 Maiden England '88
1996 Best Of The Beast
1999 Ed Hunter
2002 Edward The Great
2008 Somewhere Back In Time - The B...
2011 From Fear To Eternity
2002 1 Eddie's Archives
1982 The Number Of The Beast
1994 1 Raising Hell
2002 Rock In Rio
2003 1 Visions Of The Beast
Wildest Dreams - Dvd Single
2004 The Early Days
2005 Death On The Road
2008 Live After Death
2009 Flight 666 The Film
1997 A Tribute To The Best Band In ...
1999 Transilvania 666
2002 A Tribute To The Beast
2003 Slave To The Power (The Iron M...
2005 The Piano Tribute To Iron Maid...
2006 The Hand Of Doom Orchestra Pla...
2008 Maiden Heaven
 

- Style : Starblind, Aria, Darkest Era, Maiden United, Desperado, Armory, Viper, Riot, Saxon, Stormwitch
- Membre : Bruce Dickinson , White Spirit, Trust, Paul Dianno , Steve Harris , Gillan, Psycho Motel, Wolfsbane, Adrian Smith And Project , Blaze Bayley
- Style + Membre : Samson
 

 Site Officiel D'iron Maiden (2254)
 Site Iron Maiden Suisse Romand (2139)
 Iron Maiden Fansite (1938)
 Iron Maiden France (2552)
 Myspace (659)
 Chaîne Youtube (641)

IRON MAIDEN - A Matter Of Life And Death (2006)
Par POWERSYLV le 16 Septembre 2006          Consultée 46645 fois

Comme à chaque fois depuis plus de 20 années (avec une fréquence variant entre 2 ou 3 ans), dire d'un album d'IRON MAIDEN qu'il est "très attendu" relève du doux euphémisme. L'apport considérable du groupe de Steve Harris à la musique heavy metal pendant 3 décennies et à tout ce qu'elle a pu générer plus ou moins directement est plus qu'évident. Aussi à chaque fois, l'attente est à la hauteur de la passion que le groupe suscite encore aujourd'hui sur plusieurs générations de fans (au moins 2 !). On dit souvent que l'Amour est très proche de la Haîne finalement, et la passion et la loyauté des afficionados du groupe amènent soit ceux-ci à vénérer plus encore "Eddie and the Boys" ... soit à contrario à manifester la sévérité la plus intransigeante. L'exigeance des fans s'est même renforcée depuis le retour de Bruce Dickinson et d'Adrian Smith, voilà maintenant plus de 7 ans. Dance Of Death surtout en a fait les frais. Bien que l'album de 2003 soit somme toute de bonne facture, il a été décrié pour diverses raisons, la plus stupide étant : "IRON MAIDEN fait du IRON MAIDEN" ... mais bon, je ne vais pas revenir là-dessus.

IRON MAIDEN navigue aujourd'hui à son rythme de croisière (je parle ici uniquement dans le cadre de "nouvelles compositions") et a le mérite de proposer de nouvelles chansons qui tiendront encore une fois le haut de l'affiche lors de la prochaine tournée. Pas le genre à tronquer un nouvel album pour mettre 90% de vieux classiques les MAIDEN : pour la tournée best of, on verra ça en 2007 (on annonce un tournée best of 1984-1990 ... le suite de la tournée Early Years de 2005 en quelque sorte). Chaque nouveau disque est important pour les 6 hommes et dans quelques semaines la scène rendra certainement justice à ce présent album ... mais j'anticipe.

Depuis 8 ans, le manque de spontanéité des compositions (autre reproche qui leur est fait) est largement compensé par une certaine maturité d'écriture ... ce qui, je trouve, n'est pas plus mal. Surtout lorsqu'on met dans une pièce non seulement Steve Harris et Bruce Dickinson ... mais aussi Adrian Smith. 3 hommes-clé qui ont fait les belles heures du groupe, il ne faut pas l'oublier. La spontaneité ... franchement, imaginez des musiciens de 50 ans écrire des "Charlot The Harlot", "Running Free" ou "Aces High" ... même sans renier (loin de moi cette pensée) les hymnes d'antan qui font partie de l'histoire du metal, quel sens celà aurait-il aujourd'hui ? Soyons sérieux, l'époque où les musiciens d'IRON MAIDEN étaient comme de jeunes chiens fous est révolue depuis belle lurette. Dès qu'on s'est mis ce postulat dans le ciboulot, il devient dès lors plus facile d'apprécier le travail que les musiciens fournissent depuis Brave New World car la qualité est là (sincèrement, je préfère écouter Brave New World que Fear Of The Dark - surtout sa deuxième partie -, pas vous ?). IRON MAIDEN est aujourd'hui un groupe régulier et épanoui qui a le mérite d'évoluer en gardant sa marque de fabrique musicale et qui travaille en équipe. Et rien que pour cette constance et cette longévité (sans, je le rappelle, l'appui des gros médias), la Vierge de Fer mérite au moins le respect à défaut d'apprécier ses récentes productions.

Voici le contexte dans lequel j'écoute d'une oreille attentive et émue (un peu comme le petit garçon qui écoute le vieil homme lui narrer de sa voix tremblotante les histoires de son enfance) ce dernier album d'IRON MAIDEN intitulé A Matter Of Life And Death. Un disque qui s'annonçait sous les meilleurs auspice puisqu'il y aura eu l'effet du superbe single "The Reincarnation Of Benjamin Breeg" quelques semaines avant et qui montrait un IRON MAIDEN plus sombre, mystérieux et travaillé.

A Matter Of Life And Death possède à mon sens plus d'homogéneité que son prédécesseur qui, lui, proposait plus d'ambiances différentes (on se souvient encore du truculent refrain du titre "Dance Of Death" ou encore de la candeur d'un "Montsegur", tout comme du dramatique "Paschendale" ou de l'émouvant "Journeyman"). Là où l'on trouvait des côtés joyeux sur Dance Of Death, ici tout est plus sombre, épique et sérieux (ce qui n'est pas pour me déplaire). Remarquez, ce postulat marche depuis 11 ans quand on compare chaque album à son prédécesseur (ben oui, X-Factor était plus sombre et grave que Virtual XI ... tout comme Brave New World quand on le compare à Dance Of Death). La pochette où Eddie du haut de son tank mène sa troupe de soldats morts-vivants à l'assaut reflète l'ambiance du disque. Mais décorticons celui-ci d'un peu plus près ...

D'emblée et celà devient une habitude, les titres sont particulièrement longs. Sur les 10 titres, un seul n'atteint pas les 5 minutes. Il s'agit du premier, "Different World", un morceau typique d'IRON MAIDEN, enjoué et avec un refrain particulièrement entraînant. Un titre introductif rentre-dedans comme pouvaient l'être "Futureal", "The Wickerman" ou "Wildest Dreams". Les choses s'affirment surtout dès le second morceau. "These Colours Don't Run" montre la voix d'un groupe qui se veut encore plus aventureux que sur les 2 disques précédents, déjà bien fournis. "These Colours Don't Run" propose presque 7 minutes de ce qu'IRON MAIDEN sait faire de mieux avec son intro tranquille, un refrain efficace au rythme rappelant celui de "The Wickerman" ... mais c'est surtout tout ce passage instrumental avec ces guitares qui se promènent (les solos sont très bons sur ce disque, avec parfois des accents plus sombres et dramatiques comme celui du titre suivant), ces nappes de synthé en fond, sans oublier les "Oh, Oh, Oh !". Ce passage me rappelle énormément un de ceux qui figurent sur le titre "Seventh Son Of A Seventh Son", et d'ailleurs ce morceau est signé Dickinson/Smith/Harris (les meilleurs). Le groupe n'a d'ailleurs jamais paru aussi soudé et cohérent qu'aujourd'hui.

Mais c'est sur la première grosse perle de l'album surtout que transparait le IRON MAIDEN plus progressif et velouté des années 1986/1988 (surtout 1988), mais en plus moderne. D'autant qu'Adrian Smith a resorti la guitare-synthé pour l'occasion ! Le fameux "Brighter Than A Thousand Suns" (presque ... 9 minutes !) porte bien son nom car c'est un pur joyau ! Jamais IRON MAIDEN ne s'était autant approché du registre progressif, surtout sur la première partie du morceau qui lorgne vers ... DREAM THEATER ! Attention, on reste quand même dans sa majorité dans un registre IRON MAIDEN, avec riffs mémorisables et tout. Des riffs très fonceurs pour IRON MAIDEN, sans doute les plus rugueux concoctés par le groupe depuis fort longtemps ! Bruce Dickinson revêt l'habit de dramaturge qu'il affectionne tant : appliqué, nuancé, juste et épique, on sent que le chanteur s'implique vraiment dans ce qu'il chante, qu'il le vit. Cette caractéristique déjà présente sur les 2 disques précédents prend ici tout son sens (on est loin du début des années 90 ...). Un des passages du titre est plutôt "bourrin" pour du MAIDEN et voilà bien longtemps que Nicko McBrain n'avait pas frappé avec tant de force sur ses fûts. Le solo de guitare, (que j'évoque déjà au dessus) est exceptionnel : il en resort un sentiment de malaise assez difficile à expliquer ... mais j'adore. Ce titre est pour moi LE grand moment de l'album.

On se repose un peu avec "The Pilgrim" (signé Gers/Harris) et son intro qui est tellement "évidente" (faut avoir des restes de sable de vacances dans les oreilles pour ne pas s'en rendre compte) qu'elle frise l'auto-plagiat ... heureusement ça se déride ensuite et le groupe s'aventure même dans des sonorités pseudo-orientales superbes, où l'on peut se remémorer le titre "The Nomad" de Brave New World mais en plus efficace ici. Un titre quand même plus rapide dans sa tenue générale. On revient dans le plus sombre et inquiétant avec l'excellent "The Longest Day" et surtout sa première partie à couper au couteau qui nous emmène crescendo vers le refrain puissant et bien ficelé où l'on évoquera encore les performances de Bruce. La guitare en arabesque sur le début de la partie solo tranche avec le solo qui suit précisément, et qui lui est plus enjoué. IRON MAIDEN nous sort ensuite la carte de la "power-ballad". Avec son couplet calme où Bruce chante divinement et son refrain plus épique, "Out Of The Shadows" a beaucoup plus de caractère et s'avère moins poussive que son aînée "Wasting Love" avec qui il partage des aspects mélodiques presque similaires (dans les parties électriques des guitares et sa structure). Néanmoins, j'ai l'impression qu'il y a aussi un peu de "Man Of Sorrow" voire un zeste très léger d'un "Tears Of The Dragon", 2 ballades fabuleuses des albums en solitaire de Bruce Dickinson ... sûrement à cause de la voix très prenante du chanteur sur le refrain. Dommage qu'ils n'aient pas voulu nous refaire un joyau plus surprenant comme "Journeyman" qui était assez atypique pour le groupe et de toute beauté.

Je ne m'attarderai pas sur le superbe "The Reincarnation Of Benjamin Breeg" - le premier single - qui a fait l'objet d'une chronique récente à lui tout seul sur Nightfall, vous pouvez si le coeur vous en dit aller la (re)lire. Si ce n'est que plus j'écoute ce titre, plus je l'adore (riff, voix de Bruce, intro douce et sombre, fin douce et sombre, solo et surtout la guitare rythmique qui assène juste derrière). J'arrive donc aux 3 derniers morceaux. Avec "For The Greater Good Of God", on tient là le titre le plus long du disque (9.24 min). Une intro douce où la basse de Steve joue un rôle de premier plan, une ritournelle qui s'installe tranquillement, la voix douce de Bruce ... puis on a le couplet, plus saccadé (les fameuses saccades qu'on retrouve par exemple sur le refrain de "Judgement Of Heaven" - album The X-Factor, 1995) qui débouche sur un refrain puissant, mid-tempo. J'adore la façon et l'entrain dont Bruce aborde la phrase "For The Greater Good Of God" ... refrain minimaliste s'il en est comme le groupe en a fait souvent. "Lord Of Light" commence lui aussi tout doucement avant qu'un break ne balance la purée sur un tempo plus fonceur. Le refrain est plus massif et chantant, la partie instrumentale fait la part belle à la dextérité du trio Murray/Smith/Gers. Le titre du disque qui pour ma part m'interpelle le moins. On termine avec "The Legacy" (9.20) dont le début à la guitare sèche me fait penser à une berceuse. Ce passage est ponctué par quelques coups de semonce avant qu'un mid-tempo épique ne soit lancé. J'aime beaucoup le passage un peu plus remuant qui possède je trouve quelques réminiscences un peu ... folkloriques.

A Matter Of Life And Death représente un IRON MAIDEN à la qualité exacerbée. Il n'y a pas grand chose à jeter en vérité sur ce disque qui m'apparait comme un aboutissement par rapport aux déjà fort bons Brave New World et Dance Of Death ... pour peu (mais j'insiste) que l'on juge MAIDEN sur ce que le groupe est devenu AUJOURD'HUI et que l'on prenne le temps d'entrer de plein pied dans les méandres de cet opus plus progressif à mon sens que les précédents. On pourrait reprocher peut-être par endroits quelques longueurs et pour vous dire, aux premières écoutes, je comptais plutôt mettre 4/5 ... mais les tentatives suivantes m'ont poussé vers le 5/5 tant je me suis pris au jeu et tant j'ai apprécié le voyage proposé et découvert progressivement de nouvelles choses dnt je ne m'étais pas aperçu auparavant. Une chronique est plus que jamais le resenti de celui qui la rédige à l'écoute d'un disque. A vous maintenant, nouveaux, anciens ou éternels fans de MAIDEN de vous faire votre opinion.

PS : Et comme IRON MAIDEN sera toujours IRON MAIDEN (on ne se refait pas), vous trouverez une jolie édition limitée dans son boîtier cartoné avec :
- Le "Making Of" de l'album (documentaire de 30 minutes dédié à nous, les fans :)) ),
- Le clip de "The Reincarnation Of Benjamin Breeg",
- Quelques prises de vue du tournage du clip de "Different World",
- Gallerie photo.

A lire aussi en HEAVY METAL par POWERSYLV :


THUNDERSTONE
Tools Of Destruction (2005)
3ème album heavy mélodique des finlandais




ICED EARTH
Horror Show (2001)
Heavy metal

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   CANARD WC
   DARK SCHNEIDER
   FENRYL
   JEFF KANJI
   MAXXX
   POSSOPO
   POULPI

 
   (8 chroniques)



- Bruce Dickinson (chant)
- Dave Murray (guitare)
- Adrian Smith (guitare)
- Janick Gers (guitare)
- Steve Harris (basse)
- Nico Mcbrain (batterie)


1. Different Worlds
2. These Colours Don’t Run
3. Brighter Than A Thousand Suns
4. The Pilgrim
5. The Longest Day
6. Out Of The Shadows
7. The Reincarnation Of Benjamin Breeg
8. For The Greater Good Of God
9. Lord Of Light
10. The Legacy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod