Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (27)
Questions / Réponses (3 / 15)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1980 8 Iron Maiden
1981 5 Killers
1982 7 The Number Of The Beast
1983 6 Piece Of Mind
1984 8 Powerslave
1986 6 Somewhere In Time
1988 5 Seventh Son Of A Seventh So...
1990 8 No Prayer For The Dying
1992 5 Fear Of The Dark
1995 5 The X-Factor
1998 6 Virtual XI
2000 7 Brave New World
2003 6 Dance Of Death
2006 7 A Matter Of Life And Death
2010 5 The Final Frontier
2015 5 The Book Of Souls
1990 The First Ten Years #1
The First Ten Years #2
The First Ten Years #3
The First Ten Years #4
The First Ten Years #5
The First Ten Years #6
The First Ten Years #7
The First Ten Years #8
The First Ten Years #9
The First Ten Years #10
2004 No More Lies Dance Of Death So...
1996 Virus
2003 Wildest Dreams
2005 The Number Of The Beast
The Trooper
2006 The Reincarnation Of Benjamin ...
2010 El Dorado
1985 Live After Death
1993 2 A Real Live Dead One
1 Live At Donington
2002 Rock In Rio
2005 Death On The Road
2012 1 En Vivo!
2013 Maiden England '88
1996 Best Of The Beast
1999 Ed Hunter
2002 Edward The Great
2008 Somewhere Back In Time - The B...
2011 From Fear To Eternity
2002 1 Eddie's Archives
1982 The Number Of The Beast
1994 1 Raising Hell
2002 Rock In Rio
2003 1 Visions Of The Beast
Wildest Dreams - Dvd Single
2004 The Early Days
2005 Death On The Road
2008 Live After Death
2009 Flight 666 The Film
1997 A Tribute To The Best Band In ...
1999 Transilvania 666
2002 A Tribute To The Beast
2003 Slave To The Power (The Iron M...
2005 The Piano Tribute To Iron Maid...
2006 The Hand Of Doom Orchestra Pla...
2008 Maiden Heaven
 

- Style : Starblind, Aria, Darkest Era, Maiden United, Desperado, Armory, Viper, Riot, Saxon, Stormwitch
- Membre : Bruce Dickinson , White Spirit, Trust, Paul Dianno , Steve Harris , Gillan, Psycho Motel, Wolfsbane, Adrian Smith And Project , Blaze Bayley
- Style + Membre : Samson
 

 Site Officiel D'iron Maiden (2254)
 Site Iron Maiden Suisse Romand (2139)
 Iron Maiden Fansite (1938)
 Iron Maiden France (2552)
 Myspace (659)
 Chaîne Youtube (641)

IRON MAIDEN - Death On The Road (2005)
Par POWERSYLV le 30 Septembre 2005          Consultée 12172 fois

Une clameur qui s’élève. Une introduction en grandes pompes aux moyens d’une bande diffusant des chœurs classiques. C’est de manière grandiose qu’est introduit le nouvel album live de ce maître-étalon du heavy metal traditionnel depuis 25 ans. IRON MAIDEN a encore décidé de gâter ses fans … ou de leur soutirer du blé diront ses détracteurs, sinistres individus rabats-joies qui de toute façon passeront leur chemin. En tout cas, se faire rouler en ayant entre les mains un objet de qualité comme ce Death On The Road, si tous les groupes pouvaient rouler leurs fans comme ça, j’applaudirais des 3 mains !

Annoncé par l’anecdotique mini The Trooper et précédant le DVD qui devrait débouler ans les bacs en octobre 2005 (un mois après la sortie audio), ce nouvel album en concert narre les aventures de Harris, Dickinson et leurs amis lors de la tournée suivant la sortie du très bon Dance Of Death fin 2003. Pour ma part et comme beaucoup d’autres fans hexagonaux, j’avais assisté au show de Bercy qui était vraiment réussi sur la scène et raté dans la fosse … mais bon, pas réellement envie de polémiquer là dessus, ce n’est pas l’objet de la chronique après tout. Reprenant la set-list de toute la tournée (une constante chez MAIDEN), le présent live est l’image du show donné à Dortmund le 24 Novembre 2003, soit 2 jours précisément après Bercy (c’était le concert suivant). Envie de perpétuer peut-être l’extraordinaire concert ayant eu lieu 20 ans plus tôt dans cette même ville sur la tournée Piece Of Mind (cf le DVD Early Years) où le combo était particulièrement déchaîné (le concert pourtant filmé pour la télévision allemande avait été amputé de parties jugées trop violentes) ? Peut-être … IRON MAIDEN revient donc ici en conquérant pour présenter comme de coutume lors de la sortie d’un nouvel opus les grands titres de ce dernier ouvrage, agrémentés de classiques des classiques.

Pourtant, après une arrivée sur un « Wildest Dream » où le public connaît déjà le refrain par cœur et accompagne un Bruce déjà bien chaud, voilà un joli triptyque qui déboule : « Wrathchild » / « Can I Play With Madness » / « The Trooper ». Inutile de vous dire que même s’il s’agit là de déjà entendu, la toute puissante machine MAIDEN domine les affaires, les chansons étant renforcées (à l’instar du déjà très réussi Rock In Rio), d’un son particulièrement détonnant. Merci pour cela à Monsieur Kevin Shirley que l’on peut maintenant qualifier de « nouveau Martin Birch ». La machine est désormais bien huilée depuis le retour de Bruce et d’Adrian, il n’y a pas à dire. Pour les 3 morceaux sus-cités, mention spéciale à « The Trooper » (ben c’est le single en fait) où les « oh oh oh oh ohhhh ! » résonnent dans la nuit, comme depuis 22 ans maintenant, tel un énorme cri de ralliement et de communion entre le groupe et ses fans. Après cela, Bruce introduit d’une voix inquiétante le superbe « Dance Of Death ». Comme toujours, ce type de morceau épique à souhait, qui démarre tout doucement et qui monte en puissance progressivement est magnifié en live, percutant le corps, le cœur et l’esprit encore plus que dans sa version studio. En un mot : fantastique interprétation. Les guitares s’entrelacent, se meuvent en d’émouvantes arpèges (pendant la montée en puissance précisément) ou se déchirent, Bruce passe d’une complainte sourde à une explosion de gosier et la rythmique Harris/Mc Brain à la fois subtile et plombée vertébrale d’acier. Et puis ce refrain entraînant ! Là aussi le public allemand est très présent.

Introduit par un bruit d’orage et de pluie, « Rainmaker » pête plutôt pas mal aussi, bien qu’à la base ça ne soit pas mon morceau préféré de Dance Of Death. Arrive ensuite « Brave New World », toujours aussi épique et rutilant. Comme sur le live précédent, beaucoup d’émotion dans l’interprétation de ce morceau qui est devenu un titre-phare du gang. Grand moment de l’album Dance Of Death, « Paschendale » et son découpage en partie successives plus ou moins épiques lance le groupe et surtout Bruce dans la bataille. Là encore, l’énergie dégagée en live décuple le pouvoir émotionnel de cet épisode grandiose dans ce climat de guerre terrible. Sans parler de l’intro sous la mitraille et les obus, et de la narration de Bruce qui peint le décor de cette chanson et son ambiance particulière à couper au couteau. Le choix de « Lord Of The Flies » peut déconcerter. Cette chanson de l’ère Blaze Bayley (album The X-Factor, 1995) montre au moins que Steve Harris n’a pas tiré un trait sur cette époque qui, quoi qu’on en dise comportait pas mal de pépites. Tout comme lors du concert de Bercy et bien que Bruce soit mon chanteur préféré toutes catégories, j’ai un peu de mal avec son chant sur cette chanson, du moins sur le refrain et la transition entre celui-ci (très aigu) et le couplet (plus grave). Alors que ça passait bien sur « The Clansman » ou « Sign Of The Cross » lors des tournées précédentes.

Le deuxième CD s’ouvre sur « No More Lies », titre au refrain simpliste et répétitif où le contact groupe/public connaît un point d’orgue (surtout sur la fin). Une nouvelle triplette s’amorce : celle des classiques « Hallowed Be Thy Name » / « Fear Of The Dark » / « Iron Maiden ». Je ne vais pas revenir sur la magie du premier, le morceau préféré des fans encore une fois interprété avec maestria comme d’habitude, et des guitares complètement déchaînées qui virevoltent avec fureur. « Fear Of The Dark » est toujours entraînant, calibré pour ce genre de manifestation bien que pour ma part (et je vais en étonner certains) il ne fasse pas figure d’indispensable. C’est néanmoins un des morceaux qui fait le plus participer le public de manière générale. Au début de cet hymne, la narration de Bruce est particulièrement inquiétante, donnant une couleur particulière à son introduction. On notera que les speechs de Bruce sont ici plus rares que sur les lives précédent, la musique avant tout. « Iron Maiden » comme de coutume indique la presque-fin du show, et on imagine Eddie, sa cape et sa faux en train de gesticuler derrière la batterie de Nicko, ou encore Steve Harris mitrailler les premiers rangs avec sa basse dans sa célèbre pose, le pied sur le retour. C’est le moment des rappels. Curieusement, le groupe entame « Journeyman », sublime morceau acoustique et magique. Cet exercice de style inhabituel pour IRON MAIDEN sur album (et encore plus ici en concert) me fait frissonner des pieds à la tête. Me faisant dire ainsi que même si beaucoup reprochent depuis une dizaine d’années au groupe d’avoir des chansons plus travaillées, il n’en perd pas moins sa substance et sa capacité à écrire de superbes titres qui touchent l’auditeur. Et c’est pour moi la marque des grands combos. La fin de l’album est habituelle, avec « The Number Of The Beast » et « Run To The Hills ».

L’objet en tant que tel n’est pas formidable malgré un pochette très réussie cette fois (signée Melvin Grant), contrairement à l’hideuse image froide de Dance Of Death. Copy Controlled limite la possibilité de copie et on a déjà vu livret d’album live plus fourni par la passé. Chaque page présente une photo d’un des musiciens dans l’action, en page centrale on y voit le groupe pour la traditionnelle photo le dos tourné au public. Une liste des concerts de la tournée Death On The Road est présente également.

Finalement, je suis très satisfait de ce nouvel album live qui permet surtout de découvrir les versions en concert de l’album Dance Of Death, disque décrié que pour ma part j’aime beaucoup. De toute manière, en ce qui me concerne et depuis Virtual XI et encore plus avec les retours de Bruce et d’Adrian, IRON MAIDEN est redevenu mon groupe numéro 1. Le groupe numéro 1, et ce n’est pas ce double-live qui nous dira la contraire. 4.5/5 pour moi (afin de ne pas empiéter sur le 5/5 de son mythique aîné de 20 ans, le Live After Death) pour cette tranche de live qui me fait vibrer encore plus que le superbe Rock In Rio. IRON MAIDEN confirme ici que dans sa forme actuelle, il est largement meilleur qu’il y a 10/15 ans. 30 ans après sa création officielle, la Vierge de Fer est plus vivante que jamais. Chapeau bas, Messieurs ! Vivement le DVD …

A lire aussi en HEAVY METAL par POWERSYLV :


KISS
Asylum (1985)
Le KISS glamour à son apogée




BLACK SABBATH
Headless Cross (1989)
Superbe album du SAB', époque Tony Martin

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Bruce Dickinson (chant)
- Dave Murray (guitare)
- Adrian Smith (guitare)
- Janick Gers (guitare)
- Steve Harris (basse)
- Nicko Mcbrain (batterie)


1. Wildest Dreams
2. Wrathchild
3. Can I Play With Madness
4. The Trooper
5. Dance Of Death
6. Rainmaker
7. Brave New World
8. Paschendale
9. Lord Of The Flies

1. No More Lies
2. Hallowed Be Thy Name
3. Fear Of The Dark
4. Iron Maiden
5. Journeyman
6. The Number Of The Beast
7. Run To The Hills



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod