Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (1 / 4)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Poison, Star Rats, Sweet
- Membre : Vinnie Vincent Invasion , Alice Cooper, Black Country Communion
- Style + Membre : Ace Frehley
 

 Site Officiel (386)
 Myspace (257)

KISS - Lick It Up (1983)
Par POWERSYLV le 30 Septembre 2007          Consultée 11785 fois
Avec Creatures Of The Night, KISS était revenu dans le giron du hard rock, en dévoilant même une facette plus métallique. Un nouveau départ pour les peinturlurés qui désormais sont seuls maîtres du jeu. Exit les producteurs influents (le tandem Simmons/Stanley a repris les choses bien en main), exit les musiciens de longue date devenus des boulets (bye bye Ace), exit les essais pop, disco, Casablanca Records … place au hard et au heavy. Après la reconquête artistique, KISS doit songer à son public qui ne s’est pas déplacé en masse lors de la tournée Creatures fin 1982/début 1983. Désormais flanqués du guitariste Vinnie Vincent (guitariste au jeu plus moderne et compositeur, officiellement dans KISS depuis novembre 1982), le groupe se prépare pour le nouvel opus qu’il veut encore plus heavy que le précédent afin de tenter de ralier la jeune génération metal. A cet effet, ils peuvent compter sur leur nouvelle recrue pour insuffler de bonnes parties de guitare bien velues et rentre-dedans. Le producteur Michael James Jackson qui avait déjà œuvré sur Creatures reprend du service aux côtés du duo Simmons/Stanley.

A côté de cela, nul ne se doutait quel formidable coup de pub préparait le groupe, une idée de génie qui allait sans doute contribuer au succès de l’album. En septembre 1983 (simultanément avec la sortie de l’album dont l’enregistrement avait eu lieu en juin 1983 dans un studio New-Yorkais), le monde du hard retient son souffle. Les 4 musiciens de KISS apparaissent à la télévision et pour la première fois depuis les débuts officiels du groupe … sans leurs masques. Moment historique. Une première qui a de multiples causes. Le goût de l’évènementiel bien sûr, mais aussi peut-être l’idée de recadrer l’activité du groupe autour de l’essentiel : la musique et le spectacle. Peut-être aussi le souhait de montrer enfin que même s’ils ont été adulés pendant des années comme de Dieux, les membres de KISS ne sont que des humains avec leurs forces et leurs faiblesses (et on peut dire qu’on a vues ces dernières pendant 3 ans). Mais avec ce coup de théatre, KISS ne risque-t-il pas de se fondre dans la masse, lui qui avait déjà déçu de nombreux fans depuis 1978 ?

Lick It Up présente un KISS résolument heavy. Les compositions ont un impact fort dans l’ensemble, sans compter que la conjugaison entre le jeu fluide et moderne de Vinnie Vincent et la frappe d’Eric Carr est fabuleuse. A côté de ça, les chants de Gene et Paul sont beaucoup plus « arrachés » et il n’y a pas de ballade. Lick It Up, c’est d’abord son titre éponyme. « Lick It Up » possède une structure plutôt basique et un solo simpliste de 8 notes mais la rythmique est plombée tant sur le refrain (simple mais efficace avec ses chœurs) que sur les couplets où Paul chante avec enthousiasme. C’est aussi un « All Hell's Breakin' Loose » sombre et au groove imparable (cette basse !). Ces deux titres sont les 2 sentinelles du disque, ils donneront lieu chacun à un clip où les 4 musiciens évoluent dans un décor post-apocalyptique entourés de représentantes de la gente féminine qui les aideront à mettre en avant ce côté macho qui prendra toute son ampleur dans les années 80. Des clips qui ressemblent très fort à ceux que MOTLEY CRUE ont sorti à l’époque (« Look That Kills », « Too Young To Fall In Love »).

Ce Lick It Up contient des morceaux qui sont je pense les plus speed que KISS n’a jamais écrit. Même si l’on ne peut pas parler de classiques, « Young And Wasted » est un moment redoutable avec un Gene au chant plus écorché que jamais. La rythmique est terrible et le refrain aux chœurs insolents scotche. Idem pour « Gimme More » qui arrache tout : jamais KISS n’aura percuté autant. Les soli de Vinnie Vincent partent dans tous les sens et sont jouissifs à souhait. Sans oublier le très rock’n roll « Fits Like A Glove » qui respire une spontanéité et une sacrée énergie. A côté de ces batons de dynamite figurent des moments plus mid-tempos mais qui n’oublient pas d’être bien puissants. « Exciter », son riff qui mitraille et sa rythmique énergique démarre les hostilités avec un Paul en grande forme. « Not For The Innocent » est un titre plus sombre qui fait un peu penser au « War Machine » de Creatures Of The Night. « A Million To One » est le titre le plus mélodique du lot, avec une tendance à lorgner vers le hard FM, style que KISS approchera plus ou moins à la fin des années 80. « Dance All Over Your Face » est sympathique mais pas ultime (le morceau le plus faible de l’album selon moi) alors que « And On The 8th Day » termine de façon lumineuse et sous forme d’hymne ce grand disque de KISS.

La jeune génération accroche sans problème à ce nouveau repertoire et à cette attitude plus convaincante et KISS, l’aîné, se fraie un chemin au milieu des MOTLEY CRUE, RATT et QUIET RIOT qu’il avait lui même influencés. C’est en quelque sorte une renaissance assez applaudie à laquelle on assiste. MTV diffuse les clips sus-cités et KISS renoue même avec le succès commercial : Lick It Up est le premier album depuis Dynasty (1979) à devenir disque de platine (enfin) ! La tournée Lick It Up ravage les scènes européennes et américaines et ce KISS démasqué mais confiant à nouveau se livre avec fougue et énergie. Vinnie Vincent qui a pourtant grandement contribué à ce succès (il a participé à 8 titres sur 10) commence à porter ombrage aux deux leaders. Le guitariste commence à se prétendre indispensable au groupe et entend coûte que coûte imposer davantage ses compositions en se faisant rétribuer à sa juste valeur. Souhaitant rester seuls maîtres à bord et éviter tout conflit dommageable au groupe (compte tenu de ce qu’ils ont vécu avec Ace Frehley et Peter Criss), Gene Simmons et Paul Stanley prennent les devants en limogeant le jeune guitariste. Celui-ci ira trouver son bonheur ailleurs en allant créer son propre combo, VINNIE VINCENT INVASION. KISS se remet dès lors au travail en embauchant (pas pour longtemps) le guitariste Mark St.John pour l’album Animalize.




Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   ALANKAZAME

 
   (2 chroniques)



- Paul Stanley (guitare, chant)
- Gene Simmons (basse, chant)
- Vinnie Vincent (guitare)
- Eric Carr (batterie)


1. Exciter
2. Not For The Innocent
3. Lick It Up
4. Young And Wasted
5. Gimme More
6. All Hell's Breakin' Loose
7. A Million To One
8. Fits Like A Glove
9. Dance All Over Your Face
10. And On The 8th Day



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod