Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD-ROCK/POP-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (9)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Poison, Star Rats, Sweet
- Membre : Vinnie Vincent Invasion , Alice Cooper, Black Country Communion
- Style + Membre : Ace Frehley
 

 Site Officiel (2125)
 Myspace (712)

KISS - Gene Simmons (1978)
Par POWERSYLV le 20 Juin 2007          Consultée 9127 fois

En 1978, KISS se lance dans un projet inédit : chacun de ses membres sort son album solo. Cette opération doit permettre à chacun de s'exprimer indépendamment tout en restant attaché au groupe, et de désengorger des tensions internes qui subsitent au sein du groupe depuis plusieurs mois. Cette crise est notamment liée au désir du guitariste Ace Frehley et du batteur félin Peter Criss d'être un peu plus entendus au sein du combo face à une paire Simmons/Stanley hydre à deux têtes du navire KISS. Etre reconnu pour ses talents et à égalité dans le groupe ... une attitude de tête brûlée que les 2 leaders ont un peu de mal à avaler. Malgré tout, Gene et Paul se convertissent à l’idée et décident de faire de même.

Ayant quelques compos en réserve, le bassiste-vampire déploie ses ailes de chauve-souris et va retrouver quelques vieux complices pour mettre en boîte ce disque solo qui sera commercialement le mieux placé des 4 (l’album d’Ace étant une poignée de places derrière dans les classements).

Pour ce premier album solo, Gene et le producteur Sean Delaney (responsable de la production du best of Double Platinum sorti quelques mois plus tôt) se sont envolés pour l’Angleterre afin de travailler à la production. Les 2 hommes sont co-producteurs. L’objet du disque pour Gene - comme pour les 3 autres membres - est de sortir un album avec des idées plus originales et qui ne seraient peut-être pas adéquates à la musique habituelle de KISS. Il semblerait que Gene ne joue pas de basse sur ce disque : en effet, il est ici guitariste et chanteur. Il est accompagné d’un ensemble de musiciens qui avec lui forment un vrai groupe : le guitariste Elliot Randall, le bassiste Neil Jason, le batteur Allen Schwartzberg et … Sean Delaney pour quelques percussions. Gene Simmons étant en 1978 un homme de spectacle reconnu dans le music-business, il n’a pas manqué de faire appel à des célébrités, des guests qui font des apparitions sur certains titres comme mentionné ci-dessous. Il y a même les orchestres philharmoniques de New York et de Los Angeles qui participent à ce disque finalement varié et ambitieux.

Ce premier album solo de Gene Simmons, c’est d’abord le hit du disque, placé en première position : « Radioactive ». Ce morceau (à l’intro mystérieuse et bizarroide) est assez proche finalement de ce que peux faire KISS. Et avec comme invités Messieurs Joe Perry (AEROSMITH) et Bob Seger … excusez du peu. Du coup, tout le monde s’attend à un album de hard/rock’n roll dans la veine du Bisou … ce n’est pas exactement cela et on s’en rend compte dès le deuxième titre. « Burning Up With Fever » est un titre groovy - voire un peu soul qui me fait penser à ce que faisait DEEP PURPLE Mk3 (avec Coverdale et Hughes). Des choristes s’illustrent sur le refrain et une voix féminine sort du lot : il s’agit de Donna Summer. « See You Tonite » est encore différent. C’est un morceau tranquille où l’influence des BEATLES sur Gene est évidente. On peut le rapprocher aussi du « Hard Luck Woman » de KISS. Heavy mid-tempo et chœurs édulcorés sur le refrain, telle est la musique du sympathique « Tunnel Of Love » ou Joe Perry fait une deuxième et dernière apparition.

« True Confessions » et « Living In Sin » sont de gentils titres de rock avec des chœurs soul sur le refrain et un piano qui sautille. Sur ce dernier, Bob Seger fait encore une apparition, de même que la chanteuse Cher (avec qui Gene aura une idyle d’ailleurs) et on entend à un moment une petite conversation polissonne sur ce titre qui ne l’est pas moins (polisson), n’en doutons pas quand on connaît le bonhomme :). « Always Near You / Nowhere To Hide », « Man Of 1.000 Faces » et « Mr. Make Believe » sont influencés par les BEATLES par leurs harmonies, leur côté tranquille et les petits arrangements. Pour sûr que les fans de KISS qui ne voyaient en Gene Simmons qu’un être démoniaque entièrement dévoué à la cause du heavy rock de KISS ont dû crier au scandale, mais c’est aussi oublier que chacun d’entre nous possède un côté gentil ;) et Gene a beau faire son diable, il n’échappe pas à la règle. A la fin de l’album, on trouve une reprise reliftée dans le ton de l’album de « See You In Your Dreams » que l’on trouve que l’on trouve déjà sur le Rock’n Roll Over de KISS. Invité ici, le p’tit guitariste à casquette Rick Nielsen (CHEAP TRICK). S’est pas foulé le Gene, mais il paraît qu’il n’était pas très satisfait de la version d’origine (il faut dire qu’à la base ce titre n’est pas le meilleur de l’album de 1976). L’album termine dans le ridicule absolu avec « When You Wish Upon A Star », morceau crooner qui a été apposé à la bande originale du film d’animation de Disney Pinocchio … bon, c’est le morceau de la Fée Bleue si vous préférez … alors humour ou véritable idée là-derrière ? Nous ne le saurons jamais mais en tout cas ce titre est réellement déplacé ici. Flinguer à la fois Frank Sinatra et Walt Disney, est-ce bien raisonnable ?

Gene s’est fait plaisir ici, avec un album qui révèle un éclectisme que l’on ne lui connaissait pas forcément.Tous les titres sont signés Gene Simmons, exception faite de « Living In Sin » (Gene Simmons/Sean Delaney/Howard Marks) et « When You Wish Upon A Star ». Entre hard rock, pop, éléments soul et autrespetites bouffoneries, il y a quelquechose d’attachant là-dedans à défaut d’être un disque réellement transcendant. Loin en tout cas du niveau de son groupe d’origine. KISS, c’est comme les BEATLES : ce n’est jamais aussi bon que quand les 4 sont réunis. Gene réitèrera le projet d’un album solo 26 ans plus tard avec l’album Asshole qui ne fera pas vraiment vibrer les foules non plus. Succès commercial au rendez-vous néanmoins pour ce premier effort solo du bassiste-chanteur (pas bassiste sur ce disque je le rappelle) le plus monstrueux et libidineux du monde.

A lire aussi en DIVERS par POWERSYLV :


Armageddon Over WACKEN
Live 2004 (2005)
Les 15 ans du wacken en images et en live !




DEATHSTARS
Night Electric Night (2009)
Cap du troisième album réussi !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Gene Simmons (chant, guitare)
- Elliot Randall (guitare)
- Neil Jason (basse)
- Allen Schwartzberg (batterie)
- Sean Delaney (percussions)
- + Bob Seger, Donna Summer, Joe Perry, Ch (guests)


1. Radioactive
2. Burning Up With Fever
3. See You Tonite
4. Tunnel Of Love
5. True Confessions
6. Living In Sin
7. Always Near You / Nowhere To Hide
8. Man Of 1,000 Faces
9. Mr. Make Believe
10. See You In Your Dreams
11. When You Wish Upon A Star



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod