Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  COFFRET

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

- Style : Poison, Star Rats, Sweet
- Membre : Vinnie Vincent Invasion , Alice Cooper, Black Country Communion
- Style + Membre : Ace Frehley
 

 Site Officiel (2188)
 Myspace (779)

KISS - The Box-set (2001)
Par ALANKAZAME le 28 Septembre 2011          Consultée 3457 fois

"Kisstory", ça veut dire « l’Histoire de KISS » dans le jargon KISSien. Une énième manifestation de la démesure du groupe de Hard Rock le plus chaud au monde. En 2001, c’est un nouveau chapitre de cette histoire qui est sur le point de se refermer. Le "Farewell Tour" bat son plein et le line-up classique, avec Paul STANLEY, Gene SIMMONS, Ace FREHLEY et Peter CRISS vit ses derniers instants. Les deux derniers, sur la sellette, seront éconduits de gré ou de force dès l’année suivante. Quoi de mieux pour refermer cette parenthèse qu’une énorme compilation collaborative ? Une sorte de gros coffret, le best-of ultime de KISS en quelque sorte. Autant finir en beauté ! C’est dans cet état d’esprit qu’a été conçu "The Box-Set", LE truc de collection que tout fan du groupe se doit de posséder. Ironie du sort, lorsque ce machin a été commercialisé, le 20 novembre 2001, la formation classique battait déjà de l’aile, Peter CRISS ayant tiré sa révérence pour protester contre le montant de son salaire, qui aurait été sensiblement inférieur à celui d’Ace FREHLEY. "The Box-Set", gros cadeau aux fans à la gloire de leur mouture préférée du groupe, n’était donc déjà plus d’actualité. Le subterfuge savamment orchestré par STANLEY et SIMMONS pour remplacer leurs comparses par des imitateurs portant leurs oripeaux et leurs maquillages, était déjà à l’œuvre…

Mais cela ne saurait remettre en cause l’intérêt du coffret dont la présente chronique fait l’objet. La volumineuse boîte noire en velours synthétique arborant le logo du groupe en relief argenté renferme un contenu des plus intéressants : cinq disques contenant 94 titres, dont une trentaine plus ou moins inédits pour un total de six heures de musique, ainsi qu’un livret rempli de magnifiques photos et agrémenté de commentaires des membres « titre par titre ». Y’a de quoi faire ! Plus qu’un vulgaire best-of, "The Box-Set" est une sorte de rétrospective sonore, chaque disque représentant une période de l’histoire de KISS. Ça démarre en 1966, aux balbutiements de ce qui n’était encore qu’un petit quartet new-yorkais fauché et en quête de gloire, pour nous emmener jusqu’en 1999, aux sommets de la gloire. Outre les sempiternels classiques, on trouve quelques démos, des extraits live, des chutes de studio et des titres connus proposés dans des versions préliminaires ou alternatives. Y’a pas à chier, on ne s’est pas foutu de notre gueule.

Penchons-nous donc sur le contenu musical. Le premier disque est celui des tout débuts : il couvre la période 1966-1975. Ça démarre sur les chapeaux de roue avec les démos de "Strutter" et "Deuce", plus roots et échevelées que leurs versions finales sur le premier album. On enchaîne ensuite avec des extraits du premier album de WICKED LESTER, le premier groupe de Gene et Paul, dont deux titres qui seront plus tard repris par KISS ("She" et "Love Her All I Can"), ici proposés dans des versions pour le moins… surprenantes. S’ensuivent une série de démos fleurant bon l’insouciance et l’énergie qui caractérisait alors les New-Yorkais, jusqu’aux extraits des trois premiers albums, "Kiss", "Hotter Than Hell" et "Dressed To Kill". Conclu par le sempiternel hit "Rock An Roll All Nite", cet excellent premier disque bourré de raretés ravira les fans.

Le second disque est consacré aux premiers succès, de 1975 à 1977, période particulièrement prolifique considérée par les fans et par les critiques comme la plus brillante de KISS. On démarre logiquement avec quelques extraits d’"Alive!", avant d’enchaîner avec quelques-uns des meilleurs titres des disques de platine "Destroyer", "Rock And Roll Over" et "Love Gun". Rien de bien surprenant ici hormis quelques démos, dont celle de "God Of Thunder", plus rapide et avec Paul STANLEY au micro sur les couplets. On décèle déjà un choix discutable : la démo "Bad, Bad Lovin’", en tous points identique au classique "Dr Love", mais avec des paroles différentes. Hormis ce doublon inutile, c’est bien évidemment du très bon, plusieurs des chansons parmi les plus représentatives de KISS se trouvant sur ce second disque, qui est sûrement le plus culte des cinq.

On enchaîne avec le troisième disque couvrant la période 1976-1982, celle des premières difficultés et de la décadence. Signe que le niveau faiblit, on trouve en ouverture "Detroit Rock City", qui aurait logiquement dû se retrouver sur le disque précédent car provenant de "Destroyer". Même remarque pour "King Of The Night Time World", ici proposé dans une excellente version live extraite de l’album "Alive II". Après cette intro de folie, ça se gâte. On retrouve deux extraits de la partie studio d’"Alive II", l’excellent "Rocket Ride" que l’on doit à Ace FREHLEY, et le nettement plus moyen "Larger Than Life". Puis le grand partage en vrille commence avec les quatre albums solo, les très pop et commerciaux "Dynasty" et "Unmasked" et le désastreux album conceptuel "Music From The Elder". Pas grand-chose à sauver en dehors de deux titres d’Ace (décidemment), le tube "New York Groove" et une version live de "Talk To Me" extraite de la tournée promotionnelle d’"Unmasked" en Australie, avec Eric CARR à la batterie. Pas de surprise, ce troisième disque est le moins bon des cinq. On termine heureusement en beauté avec trois excellents titres de "Creatures Of The Night", l’album du gros virage Heavy Metal. A mon sens, cet album aurait été plus à sa place sur le troisième disque, mais j’ai le sentiment que KISS a bien voulu séparer sa première période maquillée de sa phase démaquillée. L’aspect, comme souvent, l’a donc emporté sur la musique. Dommage.

Le quatrième disque couvre donc l’essentiel de la période démaquillée, de 1983 à 1989. Les albums "Lick It Up", "Animalize", "Asylum", "Crazy Nights" et "Hot In The Shade" y sont donc à l’honneur pour un véritable déluge de Hard’N’Heavy typiquement 80’s, souvent assez orienté FM. Malheureusement cette partie honnie de la Kisstory n’a à l’évidence pas fait l’objet d’un très grand soin : au cours des 80’s, Gene était distrait par ses activités cinématographiques et Paul était véritablement le seul maître à bord, orientant KISS vers une démarche fashionable commerciale. D’ailleurs, sur les seize titres présentés, un seul est chanté par Gene, tous les tubes de cette période ayant été chantés par Paul (ce qui n’est pas forcément une bonne chose). Finalement, c’est pendant ce laps de temps que KISS a été le plus éloigné du groupe que le grand public aura véritablement retenu pour la postérité…

Mais cela ne veut pas dire qu’il fallait bâcler le quatrième disque : d’une durée nettement plus courte que les autres (une heure), il ne contient en outre que deux chansons relativement inédites : "Time Traveler", l’une des fameuses chutes de studio de "Crazy Nights" que tous les fans connaissent par cœur, et "Ain’t That Peculiar", version demo de "Little Caesar", le seul et unique chanté par Eric CARR en une décennie passée derrière les fûts. On aurait pourtant pu s’attendre à quelques surprises, des extraits live notamment, pourquoi pas en provenance de la VHS "Animalized Live Uncensored" qui contient pas mal de pépites et l’une des premières contributions scéniques du très sous-estimé Bruce Kulick. Réduire Gene au faiblard "Hell Or High Water" n’est également pas très correct : on aurait aussi pu penser à "Fits Like A Glove", jouée quasi-systématiquement en concert jusqu’au "Reunion Tour", ou encore le terrible "No, No, No" sur lequel CARR et KULICK s’éclatent comme des fous. Bon, il n’empêche qu’on trouve quand-même de sacrés morceaux de bonheur : "Lick It Up", "Heaven’s On Fire" et "Crazy Crazy Nights" sont clairement des hits incontournables en matière de Hard US, et on se surprend à redécouvrir un "Silver Spoon" explosif qui rééquilibre un niveau général plombé par des daubes aussi fadasses et ringardes que "Reason To Live" et l’abominable ballade sirupeuse "Forever". Mais si la "Box-Set" doit avoir un point faible, c’est bien au niveau de ce quatrième disque qui a de toute évidence été bâclé.

On conclut enfin ce passage en revue du parcours du groupe le plus chaud au monde avec une cinquième galette couvrant une période s’étendant de 1992 à 1999 (en réalité 2001 vu la date de sortie du truc). Cette dernière contient en réalité un aperçu de deux ères bien distinctes : l’ère "Revenge", ultime épisode de KISS sans make-up pendant laquelle Eric SINGER avait remplacé feu Eric CARR, et l’ère de la réunion du line-up classique, avec Ace, Peter et le retour en fanfare des costumes, du maquillage et des mises en scène gargantuesques. On entame avec un choix de quatre extraits de "Revenge" assez contrasté : "Unholy" et "Domino", deux des meilleurs titres de Gene, une ballade plutôt correcte mais dispensable, "Every Time I Look At You", et l’abominable bouse sirupeuse et dégoulinante de bons sentiments de Russ BALLARD, "God Gave Rock’N’Roll To You II", que Paul et Gene considèrent à tort comme l’une de leurs meilleurs chansons. Dommage d’avoir fait l’impasse sur l’excellent single "I Just Wanna", coécrit par Vinnie VINCENT à l’occasion d’un come-back rapidement avorté, ou sur d’autres pistes aussi intéressantes que "Take It Off" et "Spit"… On enchaîne avec quatre excellents extraits du non-moins excellent live "Unplugged", dont "Got To Choose" qui ne fait partie de la tracklist, et une version orgiaque de "Nothin' To Lose" qui inaugurait le retour au bercail d’Ace et Peter.

Après deux extraits pour le moins anecdotiques de "Carnival Of Souls", on embraye donc assez logiquement avec l’ère de la reformation du line-up classique. L’album "Psycho Circus" est représenté par quatre titres, et c’est un sans faute puisqu’il s’agit des seuls bons moments à tirer de cet album : j’aime tout particulièrement le sombre et inquiétant "Within" et le boulet de canon "Into The Void", assurément l’une des meilleures chansons qu’ait jamais écrites Ace FREHLEY. Une fois évacuée l’horrible ballade Nothing-Can-machin-truc qui se noie littéralement dans les crins-crins larmoyants, on a droit à une chute de studio, "It’s My Life", un peu trop gentille à mon goût mais qui contient d’excellentes performances vocales de Gene et Ace. La "Box-Set" prend fin avec du live, évidemment : "Shout It Out Loud", enregistré au Tiger Stadium de Detroit pendant le "Reunion Tour", et une version modifiée en studio de "Rock And Roll All Nite", LE tube de KISS, qui provient cette fois-ci du "Farewell Tour" et aurait dû figurer sur un "Alive IV" qui ne verra finalement jamais le jour en tant que tel (1).

Ami lecteur, que tu sois connaisseur, fan hardore ou profane complet, ce plongeon dans les profondeurs de la Kisstory ne pourra que t’enthousiasmer ! Tu veux le meilleur, et tu l’auras, pas de doutes là-dessus. "The Box-Set" réussit le tour de force d’être à la fois un best-of exhaustif et une mine d’or de trucs rares ou inédits pour finalement convenir à tous les publics, pour peu qu’ils soient prêts à ouvrir bien grands leurs porte-monnaies. On regrettera quand-même certains écarts qualitatifs autres que ceux caractérisant le groupe lui-même : la période démaquillée, que Paul STANLEY et Gene SIMMONS ont du mal à assumer, a été quelque peu mal traitée ou n’a pas été aussi bien considérée qu’elle aurait pu l’être. Mais pas de quoi remettre fondamentalement en question la qualité indéniable de ce coffret haut en couleurs, agrémenté d’un livret magnifique riche d’anecdotes et d’illustrations en tous genres. D’où ma note finale, 4/5.


(1) Voir ma chronique de "Alive! The Millenium Concert".

A lire aussi en HARD ROCK par ALANKAZAME :


ALICE COOPER
Billion Dollar Babies (1973)
"No more, mr nice guy !!!"

(+ 1 kro-express)



AESTHESIA
Shattered Idols (2010)
On a trouvé les GUNS N' ROSES français !


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Paul Stanley (chant, guitare)
- Gene Simmons (chant, basse)
- Ace Frehley (guitare, chant)
- Peter Criss (batterie, chant)
- Eric Carr (batterie, chant)
- Bruce Kulick (guitare)
- Vinnie Vincent (guitare)
- Eric Singer (batterie)
- Mark St John (guitare)
- Autres (divers)


- disc 1
1. Strutter (demo)
2. Deuce (demo)
3. Keep Me Waiting (wicked Lester)
4. She (wicked Lester)
5. Love Her All I Can (wicked Lester)
6. Let Me Know (demo)
7. 100,000 Years (demo)
8. Stop, Look To Listen (demo)
9. Leeta (demo)
10. Let Me Go, Rock 'n' Roll (demo)
11. Acrobat (live)
12. Firehouse (demo)
13. Nothin' To Lose
14. Black Diamond
15. Hotter Than Hell
16. Strange Ways
17. Parasite
18. Goin' Blind
19. Anything For My Baby
20. Ladies In Waiting
21. Rock And Roll All Nite

- disc 2
1. C'mon And Love Me (live)
2. Rock Bottom (live)
3. Cold Gin (live)
4. Watchin' You (live)
5. Doncha Hesitate (demo)
6. Mad Dog (demo)
7. God Of Thunder (demo)
8. Great Expectations
9. Beth
10. Do You Love Me
11. Bad, Bad Lovin' (demo)
12. Calling Dr. Love
13. Mr. Speed (demo)
14. Christine Sixteen
15. Hard Luck Woman
16. Shock Me
17. I Stole Your Love
18. I Want You
19. Love Gun (demo)
20. Love Is Blind (demo)

- disc 3
1. Detroit Rock City
2. King Of The Night Time World (live)
3. Larger Than Life
4. Rocket Ride
5. Tonight You Belong To Me
6. New York Groove
7. Radioactive (demo)
8. Don't You Let Me Down
9. I Was Made For Lovin' You
10. Sure Know Something
11. Shandi
12. You're All That I Want, You're All That I Need (de
13. Talk To Me (live)
14. A World Without Heroes
15. The Oath
16. Nowhere To Run
17. Creatures Of The Night
18. War Machine
19. I Love It Loud

- disc 4
1. Lick It Up
2. All Hell's Breaking Loose
3. Heaven's On Fire
4. Get All You Can Take
5. Thrills In The Night
6. Tears Are Falling
7. Uh! All Night
8. Time Traveller (demo)
9. Hell Or High Water
10. Crazy, Crazy Nights
11. Reason To Live
12. Let's Put The X In Sex
13. Hide Your Heart
14. Ain't That Peculiar (demo)
15. Silver Spoon
16. Forever

- disc 5
1. God Gave Rock 'n' Roll To You Ii
2. Unholy
3. Domino (demo)
4. Every Time I Look At You
5. Comin' Home (live)
6. Got To Choose (live)
7. I Still Love You (live)
8. Nothin' To Lose (live)
9. Childhood's End
10. I Will Be There
11. Psycho Circus
12. Into The Void
13. Within
14. I Pledge Allegiance To The State Of Rock & Roll
15. Nothing Can Keep Me From You
16. It's My Life (demo)
17. Shout It Out Loud (live)
18. Rock And Roll All Night (live)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod