Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Meat Loaf, The Throbs , Crash Kelly, Traumatisme
- Membre : Savatage, Rainbow, Dennis Dunaway , Black Country Communion, Electric Angels, Ace Frehley , Kiss, F5, Winger
- Style + Membre : Dokken, Hollywood Vampires, Blue Coupe

ALICE COOPER - Paranormal (2017)
Par ALANKAZAME le 17 Octobre 2017          Consultée 1298 fois

ALICE COOPER sera peut-être la dernière légende vivante du Hard Rock et du Heavy Metal à rester en activité ces prochaines années. Alors que Lemmy, Dio et bien d’autres bouffent les pissenlits par la racine, que DEEP PURPLE, SCORPIONS et BLACK SABBATH prennent leur retraite, Vincent Damon Furnier, alias Alice Cooper, qui aura 70 ans en février prochain, continue à enchaîner les tournées mondiales comme si de rien n’était, avec toujours la même ribambelle de maquillage, d’accessoires et de mises en scène grand-guignolesques spectaculaires. Le Coop’ a les articulations un peu rouillées, mais son enthousiasme est toujours débordant. Immortelle bête de scène, il ne boude pas pour autant les studios et a accouché de pas moins de cinq albums au cours des quinze dernières années. Un rythme de croisière honorable pour un artiste affichant 55 ans de carrière au compteur. Toutefois, nous sommes en 2017 et cela fait à peu près six ans qu’ALICE COOPER a sorti son dernier album, "Welcome 2 My Nightmare".

Il était donc temps de retrouver le chemin des studios. Fort de sa collaboration fructueuse avec Bob Ezrin sur la galette précédente, Alice lui renouvelle sa confiance en tant que producteur. Comme c’est l’usage, Ezrin s’implique à fond dans l’élaboration de l’album. Il est crédité sur pas moins de huit titres sur dix. Les autres protagonistes sont essentiellement deux : le guitariste Tommy Denander, connu pour ses multiples collaborations avec des artistes aussi illustres que KISS, DEEP PURPLE et Mickael JACKSON, qui avait déjà travaillé avec Alice sur l’album du super-groupe HOLLYWOOD VAMPIRES (avec Johnny Depp et Joe Perry), et le guitariste Tommy Henriksen, seul musicien de tournée d’Alice Coopr associe au projet. Comme c’est devenu l’usage, plusieurs invités prestigieux sont aussi de la partie. Citons pêle-mêle Roger Glover (DEEP PURPLE), Billy Gibbons (ZZ TOP) et trois des musiciens originaux du ALICE COOPER GROUP, Neal Smith, Michael Bruce et Dennis Dunaway. Ce dernier, dont les talents de compositeur ne sont plus à démontrer (je vous invite pour vous en convaincre à écouter son album solo, pour lequel j’ai commis une chronique sur NIME), est plus impliqué que les deux autres larrons, puisqu’outre les deux titres bonus, il est crédité comme compositeur sur deux autres morceaux, en binôme avec Alice.

Bref sur le papier tout cela est fort alléchant ! Reste à savoir si le contenu est à la hauteur de l’affiche.

"Paranormal" s’inscrit dans un projet artistique très différent de celui de l’album précédent. "Welcome 2 My Nightmare" était conceptuel, éclectique, surprenant, varié et pas forcément équilibré. "Paranormal" est paradoxalement plus… Normal. Il est cohérent, équilibré, sans réelles surprises. Point de démarche conceptuelle ici, il n’y a aucune trame principale comme sur les deux précédentes galettes du Coop’, ce dernier arguant que chaque morceau raconte sa propre petite histoire comico-gore. Niveau contenu, on a droit à dix pistes plus deux « bonus tracks ». Dix pistes pour une grosse demi-heure de musique : à notre époque, c’est court, qui plus est après six ans d’attente. Aucun titre chelou à la "Last Man On Earth" à signaler ici, on est sur un album radicalement Rock’N’Roll lorgnant ponctuellement du côté du Blues ou du Psychédélique.

Mais alors il vaut quoi, cet album ? Comme je viens de l'écrire, il est globalement très Rock’N’Roll. Aucune ballade. Aucune incursion dans l’Électro ou la Pop comme sur "Welcome 2 My Nightmare". La production est très moderne, très propre et détaillée, mais l’album est globalement traditionnel et sonne vraiment 70s. On trouve en ouverture un morceau éponyme classieux et travaillé, où l’influence de Bob Ezrin se fait sentir et où la contribution de Roger Glover est pour le moins discrète. D’autres pistes sont plus vindicativement Hard Rock comme "Dead Flies" et son riff acéré, l’excellent "Fireball", co-écrit par Alice et Dennis Dunaway, ex-bassiste du ALICE COOPER GROUP, très convaincant avec son orgue et ses rythmiques endiablées, ou encore "Dynamite Road" et ses couplets rappés, une pratique qu’Alice affectionne depuis "Brutal Planet", et "Rats" et ses petits airs Punk. D’autres clairement orientés Blues comme "Fallen In Love", son riff aux petits oignons et un Alice bien graveleux au micro, ou "Private Public Breakdown" et son mid-tempo pesant. Et puis on a trois morceaux typiquement COOPERiens. Le single "Paranoiac Personality" est vraiment très bien foutu avec son intro à la basse, son excellent refrain et une énorme section rythmique sur les couplets. Je suis moins convaincu par "Holy Water", ses sections de cuivres surfaites et son refrain popisant. Ma préférence va au dernier titre, "The Sound Of A", deuxième morceau coécrit par le duo Alice/Dennis. Psychédélique à souhait, dans la droite lignée du travail réalisé par Dennis avec le groupe BLUE COUPE, en plus abouti niveau composition. Ça fleure bon le PINK FLOYD. Clairement le meilleur titre de l’album de mon point de vue.

Côté bonus, les morceaux composés par les membres originaux du ALICE COOPER GROUP ne valent clairement pas le détour. "Genuine American Girl" et "You And All Of Your Friends" sont des morceaux faciles, gentillets, ringards, limite popisants, bien éloignés de la fougue et de l’originalité du groupe dans ses grandes œuvres au cours des années 70. Quelques extraits live se limitant à des grands classiques comme "No More Mr Nice Guy", "Under My Wheels" et "School’s Out" complètent la liste des « bonus tracks ». Banal et sans intérêt. Bref les bonus sont dispensables, autant s’en passer.

En fin de compte on a droit à un bon album d’ALICE COOPER, ni plus, ni moins. Je ne sais pas s’il y a grand-chose à ajouter. L’artiste n’a plus besoin de faire ses preuves. Ses grandes heures sont maintenant derrière lui. Il se contente donc de nous offrir un album de bon niveau, sans plus d’ambitions. Le gros projet, c’était "Welcome 2 My Nightmare". "Paranormal" est plus conventionnel. Je ne pourrais pas dire qu’il est mauvais, ce serait exagérer, il y a bien assez d’albums foncièrement mauvais dans la discographie du Coop’ par rapport à celui-ci. Mais "Paranormal", pour sympathique qu’il soit, ne marquera pas les esprits, aussi bien du côté des profanes que des fidèles de la première heure. Un album qui se retrouve instantanément noyé dans l’océan discographique d’ALICE COOPER, avec ses 27 albums studios et son innombrable cortège de Lives. Faut-il pour autant bouder "Paranormal" ? Pas forcément. Que vous soyez novice ou amateur, vous passerez un bon moment à son écoute. C'est déjà ça.

A lire aussi en HARD ROCK par ALANKAZAME :


KISS
The Box-set (2001)
Menu maxi best-of




DEEP PURPLE
Live At The Rotterdam Ahoy (2000)
Si vous ne le connaissez pas encore, foncez.


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Alice Cooper (chant)
- Tommy Denander (guitare)
- Tommy Henriksen (guitare, percussions, claviers)
- Larry Mullen Jr. (batterie)
- Bob Ezrin (claviers, chœurs)
- Roger Glover (basse)
- Billy Gibbons (guitare)
- Jimmy Lee Sloas (basse)
- Dennis Dunaway (basse)
- Parker Gispert (guitare, chœurs)
- Steve Hunter (guitare)
- Demi Demaree (chœurs)
- Johnny Reid (chœurs)
- Jeremy Rubolino (cuivres)
- Adrian Olmos (cuivres)
- Chris Traynor (cuivres)
- Michael Bruce (guitare)
- Neal Smith (batterie)
- Nick Didkovsky (guitare)


1. Paranormal
2. Dead Flies
3. Fireball
4. Paranoiac Personality
5. Fallen In Love
6. Dynamite Road
7. Private Public Breakdown
8. Holy Water
9. Rats
10. The Sound Of A



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod