Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (2 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Meat Loaf, The Throbs , Crash Kelly, Traumatisme
- Membre : Savatage, Rainbow, Dennis Dunaway , Black Country Communion, Electric Angels, Ace Frehley , Kiss, F5, Winger
- Style + Membre : Dokken, Hollywood Vampires, Blue Coupe

ALICE COOPER - Dada (1983)
Par SHAKESBEER le 21 Juin 2006          Consultée 10467 fois

En 1983, Alice Cooper sortait de trois albums assez expérimentaux, et à cause du succès trop faiblard de ces derniers (ils avaient ruiné sa réputation), découragé, il avait tout bonnement décidé d’arrêter sa vie musicale jusqu’à nouvel ordre…Mais sa maison de disques, la Warner Bros s’est immédiatement empressée de lui rappeler qu’il lui restait un album à faire pour terminer son contrat. Réalisant qu’aller le convaincre allait être difficile, ils ont employé les grands moyens : ils ont demandé au guitariste Dick Wagner et au producteur Bob Ezrin (deux personnages avec qui il a travaillé un certain nombre d’années, de « Welcome To My Nightmare » à « From The Inside » notamment) de venir à la rescousse pour persuader le bougre…ce qu’ils ont réussi à faire ! C’est ainsi qu’Alice se met –à contre cœur- à la réalisation de « Dada », épaulé par ses deux compères Wagner et Ezrin. Et autant casser le suspens dès maintenant, je trouve « Dada » excellent et très abouti ! D’ailleurs, je trouve que c’est un exploit : c’est dingue, quand on y pense, ce disque avait tout pour échouer (aucune promo –à part le single « I Love America »-, un Vincent Furnier –alias Alice Cooper- peu motivé…), et c’est là où le bas blesse, car l’album, sorti dans un contexte aussi rude, est splendide ! (Ce fût pourtant un pur échec commercial et aucune tournée ne fût programmée).

L’album démarre sur une intro assez surprenante, composée uniquement par Ezrin lui même. Cette intro peut paraître assez longue (4min45 tout de même), mais je la trouve essentielle pour se mettre dans l’ambiance de ce disque particulier, et ainsi mieux le savourer. Après ce passage assez froid constitué d’un air au clavier, d’une voix d’enfant répétant à l’infini le mot « Dada » et d’une discussion lointaine à un certain moment, on déboule sur « Enough’s Enough »…premier « vrai » titre (non pas que le titre « Dada » soit faux…mais cette intro n’a, prise à part, qu’un intérêt très minime), et premier titre excellent ! On n’y croit pas en entendant ça : ce disque, souvent considéré comme l’un des plus mauvais de la pire période d’Alice, contient déjà un titre extra ! On enchaîne ensuite sur la ballade « Former Lee Warmer » enrobée de nappes de clavier et menée par cette voix toujours irréprochable…un délice. Et je ne vous ai pas encore parler de la triplette qui va suivre : « No Man’s Land » (dont le début du solo est très AC/DC :-)), « Dyslexia » -l’un des meilleurs titres de l’album, une splendeur…- et « Scarlet And Sheba » et son intro typiquement proche-orientale, exécutée au clavier et à la guitare, et doté ensuite d’un refrain assez planant sublime…un titre d’une rare beauté (d’ailleurs, le riff final me fait lointainement penser au riff principal de « Department Of Youth » [de l’album « Welcome To My Nightmare »]). Trois titres donc, qui valent leur pesant de cacahuète ! Par contre, c’est là que ça se gâte un peu pour moi : l’humoristique « I Love America » possède un excellent riff, mais je trouve que c’est le titre le moins intéressant du lot, un peu faible face aux autres (Ezrin s’en est certainement donné à cœur joie en mijotant les bruitages centraux de la musique !). Il est pourtant sorti en single… Et quant à Fresh Blood, il est d’une indéniable qualité, mais à part certains passages, je n’accroche pas tellement (le refrain est génial, mais les chœurs féminins présents par moments me sont assez pénibles, c’est dommage).
Enfin, mention spéciale à « Pass The Gun Around », qui est lui aussi sublime (tiens tiens tiens, le solo me fait presque penser à la période du Alice Cooper Band…), ce titre figure incontestablement parmi les meilleurs de l’album, et j’irais plus loin en le considérant peut-être comme l’un des meilleurs d’Alice Cooper ! Le disque contient donc six titres minimum très bons, dont 4 géniaux, mine de rien !

On relèvera un certain contraste entre des titres plutôt gais et joyeux (« Enough’s Enough », « I Love America », « Fresh Blood »), et d’autres plutôt sombres (« Pass The Gun Around » par exemple), voire assez sinistres (« Dada »).

« Dada » est clairement un disque très particulier dans la discographie très riche et variée du ‘Coop : on entre ici aux entrailles du personnage, Alice nous délivrant une musique très intime et personnelle, avec un aspect assez autobiographique (cf. les paroles).
L’album n’a plus grand chose à voir avec les trois précédents, on constate néanmoins deux points communs : l’échec commercial, et la présence, encore, sur certains passages d’une boite à rythme (mais cela ne se perçoit que très peu), la (vraie) batterie étant assurée sur les autres passages par…Richard Kolinka du groupe de rock français (cocorico !!) Téléphone.

Amateurs de hard-rock purs et durs, et non éclectiques de surcroît, attention, car ici, nous n’avons pas à faire à du hard-rock pur jus : « Dada » oscille d’avantage vers le rock, sans pour autant être si loin que ça du hard-rock…Pas facile à définir, donc !

Inutile d’enfoncer le clou, vous aurez compris que cet album est très particulier et unique de la part d’Alice Cooper, je parlerais même d’un chef d’œuvre, grâce à l’aboutissement artistique (les titres sont particulièrement soudés les uns aux autres) et la certaine audace dont cet album fait preuve. A mon avis, Alice s’est complètement libéré de toute pression en faisant cet album, il a fait ce qui lui sortait du cœur sans se soucier si ça plairait ou non (au point où il en était, de toute façon…), et cela encore plus que sur les trois précédents.
Un album exceptionnel de mon point de vue, riche en émotions, parfois même renversant et qui ne laisse pas indifférent, mais il est à mon avis destiné en priorité aux fans d’Alice.

A lire aussi en HARD ROCK par SHAKESBEER :


Ted NUGENT
Craveman (2002)
Un retour solide




ALICE COOPER
Raise Your Fist And Yell (1987)
Un coup de maître en cette année 1987 pour le coop

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   SHAKESBEER

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Alice Cooper (chant)
- Dick Wagner (guitare, basse)
- Graham Shaw (claviers)
- Bob Ezrin (batterie, percussions, claviers)
- Richard Kolinka (batterie sur "forner lee warmer", "scarlet and sheba", "pass)
- John Anderson (batterie sur "fresh blood")
- John Prakash (basse sur "fresh blood")


1. Dada
2. Enough's Enough
3. Former Lee Warmer
4. No Man's Land
5. Dyslexia
6. Scarlet And Sheba
7. I Love America
8. Fresh Blood
9. Pass The Gun Around



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod