Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

Questions / Réponses (2 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Traumatisme, The Throbs , Crash Kelly
- Membre : Rainbow, Dennis Dunaway , Black Country Communion, Electric Angels, Ace Frehley , Kiss, F5, Winger, Savatage
- Style + Membre : Blue Coupe, Dokken, Hollywood Vampires

ALICE COOPER - A Fistful Of Alice (1997)
Par ALANKAZAME le 18 Février 2009          Consultée 3803 fois

Le moins qu'on puisse dire, c'est que les albums live d'ALICE COOPER ne sont pas légion dans sa pourtant très vaste discographie. A vrai dire on en dénombre guère plus de quatre ayant le statut de live "officiel". "A Fistful Of Alice" est le second de cette série, il a été précédé vingt ans plus tôt par un "Alice Cooper Show" pas franchement transcendant, reprenant les grands classiques du ALICE COOPER GROUP. Cette fois-ci le projet n'est pas franchement plus ambitieux. Les titres ont été soigneusement sélectionnés pour constituer une sorte de best-of live, avec en prime un titre studio inédit en guise de voiture-balai.

La voiture-balai en question se nomme "Is Anyone home ?". Titre plutôt cool donnant la part-belle à la guitare acoustique, il se rapproche du "Sideshow" ouvrant l'album "The last temptation". Mais la banalité de son refrain et l'absence de mélodies mémorables lui offrent bien peu d'intérêt ; au final on en retiendra pas grand-chose et on s'empressera de l'oublier. Pas de pot. Restent donc treize titres live recouvrant l'ensemble de la période 1971-1994, de "Love it to death" au petit dernier d'alors, l'excellent "The last temptation".

Ces treize titres ont tous été enregistrés l'année précédente au club Cabo Wabo de Sammy Hagar, à Mexico. Notons que ce concert a eu lieu dans un contexte plutôt particulier de vide-quasi total dans la carrière d'ALICE COOPER. Entre 1995 et 1999, en dehors d'une tournée avec SCORPIONS et de la sortie de deux best-of, il n'y a en effet pas eu grand-chose à signaler. Le faible succès commercial de "The Last temptation" a longtemps dissuadé le COOP' de se lancer dans une tournée mondiale pour sa promotion, ce qu'il fera néanmoins en 1999. Cela pourrait peut-être expliquer la surprenante track-list dont est affublé ce concert, qui donne plutôt, pour ne pas dire carrément, dans la rétrospective. Les trois derniers albums d'ALICE COOPER ne sont représentés que par un titre chacun, y comprit "Trash" et "Hey stoopid" (avec les tubes "Poison" et "Feed My Frankenstein"), malgré leurs juteuses retombées financières.

Nous avons donc droit à un titre de "Love it to death" et à deux titres de "Killer" (1971), un titre de "School's Out" (1972), un titre de "Muscle Of Love" et deux de "Billion dollar babies" (1973), deux titres de "Welcome to my nightmare" (1975) et enfin un titre de "Goes to hell" (1976). Ce qui veut dire qu'en somme, si on exclut le titre bonus "Is Anyone Home ?" précédemment évoqué, 77 % des titres présents sur ce CD ont été composés entre 1971 et 1976 ! Après tout qui va s'en plaindre : tous les albums sortis durant cette période sont de plus ou moins franches réussites.

Bref, au final, qu'est ce ça donne ? N'y allons pas par quatre chemins, aucune surprise n'est au rendez-vous, et c'est bien dommage. SLASH a beau jouer de la gratte sur trois titres, on remarquera tout au plus la présence de ROB ZOMBIE sur "Feed my Frankenstein". ALICE COOPER chante toujours ses titres cultes avec autant de pèche et de conviction malgré la cinquantaine approchante, et les zikos, triés sur le volet qu'ils sont, ne font aucun faux-pas. Le son est plutôt moyen, la batterie me cassant personnellement rapidement les tympans. "School's Out" et "Elected" sont toujours aussi renversantes avec un son plus moderne, et de "No More Mr Nice Guy" à "Welcome To My Nightmare", aucun tube historique n'a été oublié. Tout cela suit son cour sans accroche, sans fioriture, sans aucune modification par rapport aux versions studios. La performance est excellente, mais, vous l'aurez sans doute deviné, trop carrée et trop convenue. Le profane en aura pour son compte, mais il y a fort à parier que tout fan qui se respecte soit plutôt de nature à rester sur sa faim, en particulier à la vue de la track-list bien peu trop innovante.

Ça n'est donc pas avec ce live qu'ALICE COOPER arrivera à nous donner un véritable aperçu de la richesse et de la démesure qui caractérisent pourtant ses concerts. "A Fistful Of Alice" est en réalité un énième best-of, en version live certes, mais pas un véritable album live digne de ce nom. A quand le double-CD de quarante titres bon sang ?? Même avec les deux DVD-live sortis en 2000 et 2006, Vincent Furnier ne s'est toujours pas décidé à franchir cette étape, forcément essentielle dans la carrière musicale d'un artiste rock de sa carrure. Peut-être que le concept-album "Along came a spider", sorti cette année, le persuadera d'aller en ce sens. Auquel cas l'attente aura été bien longue...

NB : si vous pouvez chopper la version japonaise, surtout n'hésitez pas, elle ajoute "Bed Of Nails", "Clones" et "Billion Dollar Babies" à la tracklist live. Oui, ça vaut déjà un peu plus le coup.

A lire aussi en HARD ROCK par ALANKAZAME :


ALICE COOPER
Dragontown (2001)
Toujours indus, mais plus Cooper !

(+ 1 kro-express)



EUROPE
Last Look At Eden (2009)
C'est dans les vieux pots...


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
   DAVID

 
   (2 chroniques)



- Alice Cooper (chant)
- Todd Jensen (basse)
- Reb Beach (guitare)
- Steve Farris (guitare)
- Jimmy De Grasso (batterie)


1. School's Out
2. Under My Wheels
3. I'm Eighteen
4. Desperado
5. Lost In America
6. Teenage Lament' 74
7. I Never Cry
8. Poison
9. No More Mr. Nice Guy
10. Welcome To My Nightmare
11. Only Women Bleed
12. Feed My Frankestein
13. Elected
14. Is Anyone Home ? (studio Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod