Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Traumatisme, The Throbs , Crash Kelly
- Membre : Rainbow, Dennis Dunaway , Black Country Communion, Electric Angels, Ace Frehley , Kiss, F5, Winger, Savatage
- Style + Membre : Blue Coupe, Dokken, Hollywood Vampires

ALICE COOPER - Alice Cooper Goes To Hell (1976)
Par DAVID le 5 Février 2008          Consultée 7144 fois

En pleine renaissance artistique, Alice Cooper poursuit sa carrière solo avec un deuxième concept-album ambitieux. De moins en moins agressive, de plus en plus soignée, sa musique ne peut plus être classée dans le hard-rock tellement Alice Cooper touche à tout. Avec en prime des musiciens parfaits (trop même pour certains), une superbe production de la part de Bob Ezrin, mettant parfaitement en valeur chaque instrument, avec bien sur les inévitables orchestrations « Ezriniennes », très réussies et bien à leur place. Si "Welcome To My Nightmare" avait encore un son très typé « 70's », "Alice Cooper Goes To Hell" sonne plus moderne, avec un son de batterie énorme, bourré de reverb comme cela se fera souvent dans les années 80.

Moins sérieux et plus léger que "Welcome To My Nightmare", "Alice Cooper Goes To Hell" est lui aussi proche de la perfection pour le songwriting ; le seul reproche qu'on pourrait lui faire est de manquer de rythme, d'être parfois trop mou, pas assez incisif... une ambition démesurée qui peut dérouter, inutile de s'attendre à un simple enchaînement de rock songs comme sur "Muscle Of Love", cette époque est révolue.
Alice Cooper a également cessé pour de bon tout mimétisme avec Jim Morrison, une grande première ! Avec sa voix grave, il impressionne sur le décontracté et jazzy "I'm The Coolest", la grande classe ! Hormis l'irrésistible et sexy "You Gotta Dance", aux sonorités disco, le rock classique de "Guilty" et les percussions sur le plus agressif "Wish You Were Here", le reste est nettement plus calme, chargé d'orchestrations, de choristes et de multiples instruments comme sur le final "I'm Always Chasing Rainbows/Going Home"... Alice Cooper est devenu un big-band !

Les ballades sont magnifiques, que ce soit "Wake Me Gently", "I Never Cry" qui succède dignement à "Only Women Bleed" ou "Didn't We Meet" sur ses passages acoustiques. Quelque part, "Alice Cooper Goes To Hell" pourra paraître surchargé, mais comme pour "Welcome To My Nightmare", c'est un album à prendre à part, à ne surtout pas comparer avec les vieux classiques. Seul le clin-d'oeil aux standards des années 50, "Give The Kid A Break", s'avère ennuyeux et ronronnant, annonçant par là même de quoi sera fait l'album suivant, "Lace And Whiskey"... on sait jusqu'où la débauche de moyens peut mener. La frontière entre le grandiose et l'imbuvable est étroite. En attendant, ce disque là témoigne bien d'une créativité sans limites, d'une exploration de l'opéra-rock sous toutes ses formes. Alice Cooper est définitivement entré dans le rang...

A lire aussi en HARD ROCK par DAVID :


MOTÖRHEAD
Bomber (1979)
Hard rock




URIAH HEEP
Between Two Worlds (2002)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
   ALANKAZAME
   DARK BEAGLE

 
   (3 chroniques)



- Alice Cooper (chant)
- Steve Hunter (guitare)
- Dick Wagner (guitare)
- John Tropea (guitare)
- Tony Levin (basse)
- Babbitt (basse)
- Jim Gordon (batterie)
- Jim Maelen (percussions)
- Bob Ezrin (claviers, chant)
- Al Macmillan (piano)


1. Go To Hell
2. You Gotta Dance
3. I'm The Coolest
4. Didn't We Meet
5. I Never Cry
6. Give The Kid A Break
7. Guilty
8. Wake Me Gently
9. Wish You Were Here
10. I'm Always Chasing Rainbows
11. Going Home



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod