Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK THEATRAL  |  STUDIO

Commentaires (16)
Questions / Réponses (4 / 20)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Traumatisme, The Throbs , Crash Kelly
- Membre : Rainbow, Dennis Dunaway , Black Country Communion, Electric Angels, Ace Frehley , Kiss, F5, Winger, Savatage
- Style + Membre : Blue Coupe, Dokken, Hollywood Vampires

ALICE COOPER - Killer (1971)
Par JULIEN le 28 Mai 2004          Consultée 10649 fois

Ouh, le beau bestiau que voilà ! Et comme le rouge lui va bien… tout comme il sied à merveille à Vincent Furnier, alias Alice Cooper, frontman, compositeur et chanteur autant qu’animateur de cette entité Rock incontournable et déjantée. Car il faut bien le dire, ALICE COOPER frappait fort à l’époque avec son Rock théâtral un peu fou et de très bonne facture, gorgé de cette voix éraillée aussi belle qu’inquiétante, inimitable quoi qu’il en soit (seul Jon Oliva de SAVATAGE se rapproche un peu de la voix d'Alice).

Et c’est en 1971 donc que parut ce « Killer » à la pochette noyée de sang, soit la même année que « Love It To Death », qui contenait l’hymne « Eighteen », premier gros hit d’ALICE COOPER. Et les choses étaient on ne peut plus claires désormais : il faudrait compter avec ALICE COOPER dans le paysage musical « dur » de l’époque, avec ce « Killer » recelant en ses entrailles pas moins de cinq titres titres incontournables du répertoire d’Alice sur un total de huit morceaux. On ne présente plus « Under My Wheels », Rock sardonique augmenté de cuivres, pas plus que le cynique « Dead Babies », son tempo lent entêtant et ses chœurs féminins décalés.

Eh oui, il est comme ça Alice, toujours prompt à marier les genres a priori peu disposés à jouer les diplomates : « Desperado » est une sorte de complainte western qui porte bien son nom, louvoyant autour de mélodies et arrangements orchestraux mémorables, tandis que le magistral et énorme « Halo Of Flies » - argh ! ces cordes, ce break basse batterie, ces guitares déchirantes - finit de démontrer qu’on peut confiner au génie en usant d’un esprit torturé à point, de musicos qui maîtrisent leur affaire, et d’une culture musicale qui n’hésite pas organiser la rencontre du Prog, du Rock poussiéreux et d'un Hard à la DEEP PURPLE, dans un grand bain de ténèbres. Et vous n’avez pas entendu le lourd et menaçant morceau titre, qui s’achève sur une mélopée d’orgue bien morbide… avant qu’un sinistre et insupportable bourdonnement ne vous saisisse : L’œil malicieux, ALICE COOPER nous achève avec un petit coup de chaise électrique…

Fou et inspiré, d’une grande richesse, « Killer » est un disque qui eut été parfait sans trois morceaux un ton nettement en dessous des cinq chefs d'oeuvres suscités : l’étonnamment gentil « Be My Lover » revisite THE ROLLING STONES, « Yeah Yeah Yeah » est insipide, et « You Drive Me Nervous », rappelant un peu le BLUE OYSTER CULT des débuts, s’avère insupportable avec ses effets de caisse claire prise de tête. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir : « Killer » reste un grand disque, et tout amateur d’un rock qui explose les barrières du style en y insufflant une vraie ambiance se doit d’aller faire une petite risette au boa !

A lire aussi en DIVERS par JULIEN :


STRAPPING YOUNG LAD
No Sleep 'till Bedtime (1998)
Metal extreme

(+ 1 kro-express)



STRAPPING YOUNG LAD
City (1997)
Metal extreme

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
   ALANKAZAME
   DARK BEAGLE

 
   (3 chroniques)



- Alice Cooper (chant)
- Glen Buxton (guitare)
- Michael Bruce (guitare)
- Dennis Dunaway (basse)
- Neal Smith (batterie)


1. Under My Wheels
2. Be My Lover
3. Halo Of Flies
4. Desperado
5. You Drive Me Nervous
6. Yeah, Yeah, Yeah
7. Dead Babies
8. Killer



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod