Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Pretties For You
1970 Easy Action
1971 Love It To Death
  Killer
1972 School's Out
1973 Billion Dollar Babies
  Muscle Of Love
1974 Alice Cooper's Greatest ...
1975 Welcome To My Nightma...
1976 Alice Cooper Goes To ...
1977 Lace & Whiskey
  The Alice Cooper Show
1978 From The Inside
1980 Flush The Fashion
1981 Special Forces
1982 Zipper Catches Skin
1983 Dada
1985 Freak Out
1986 Constrictor
1987 Raise Your Fist And Y...
1989 Trash
  The Beast Of Alice Coope...
1991 Hey Stoopid
1994 The Last Temptation
1995 Classiks
1997 A Fistful Of Alice
1999 The Life And Crimes Of A...
2000 Brutal Planet
2001 Dragontown
2003 The Eyes Of Alice Coo...
2005 Dirty Diamonds
2008 Along Came A Spider
2010 Alice Does Alice
2011 Welcome 2 My Nightmar...
2014 Raise The Dead : Live Fr...
2015 Hollywood Vampires
2017 Paranormal
2021 Detroit Stories
 

- Style : Traumatisme, The Throbs , Meat Loaf, Crash Kelly, Rosalie Cunningham, Halestorm
- Membre : Badlands, Impellitteri, Fifth Angel, Electric Angels, A New Revenge, Mountain, Asia, Savatage, The Dead Daisies, Rainbow, Winger, Dennis Dunaway , Black Country Communion, F5, Ace Frehley , Kiss
- Style + Membre : Blue Coupe, Dokken, Hollywood Vampires

ALICE COOPER - Detroit Stories (2021)
Par DARK BEAGLE le 26 Mars 2021          Consultée 1760 fois

Si Alice Cooper est lié à la ville de Phoenix, le gaillard est né à Detroit et il y a connu également ses premiers succès. Après deux gadins en Californie, il avait décidé de remonter dans sa ville natale avec ses musiciens pour tenter sa chance et bien lui en a pris. Detroit est une ville foncièrement Rock. Très industrialisée (les usines automobiles y étaient légion), la cité avait vu une scène Rock émerger et un public à l’avenant. Plus rude, plus violent que dans d’autres coins des USA, il fallait assurer quand on y passait et cas échéant, l’accueil y était phénoménal. Ça, les New-Yorkais de KISS l’avaient bien compris, en écrivant l’hymne "Detroit Rock City".

Imaginez un peu le vivier qu’était la ville à la fin des années 60 et au début des ’70, cette effervescence avec des groupes comme le MC5, les STOOGES, GRAND FUNK RAILROAD, les AMBOY DUKES de Ted Nugent, ou encore le ALICE COOPER BAND qui signait ses premiers classiques. Un demi-siècle plus tard, Vincent Furnier décide de rendre à son tour un hommage à Detroit, à travers un nouvel opus studio qui succède à un "Paranormal" mi-figue mi-raisin. Derrière une pochette assez quelconque se cache donc un album qui se veut un retour dans le temps, où il va renouer avec le son d’une scène qui lui tient à cœur.

Et pour se faire, il va s’entourer d’une pléiade d’invités, principalement des locaux, comme Mark Farner (guitare, légende vivante qui avait mené le GRAND FUNK RAILROAD à la gloire avant d’être un brin oublié), Steve Hunter (guitare, Lou REED, Tracy CHAPMAN…), Wayne Kramer (encore une légende vivante, qui avait érigé le MC5 avec ce son garage caractéristique), pour n’en citer que quelques-uns. Avec eux, il va tenter de recréer l’alchimie de l’époque, de renouer avec un son, voire avec une attitude qui allait avec.

Et pourtant, le disque démarre avec une reprise du "Rock & Roll" de… Lou Reed, enfin du VELVET UNDERGROUND. Plus new-yorkais, voire bobo (ce qui ne veut pas dire que ce n’était pas bien), tu meurs. Mais ici, le son est plus abrupt, plus raide. Steve Turner, qui avait joué avec Reed, place un solo de toute beauté et la voix du Coop’ fonctionne très bien, éraillée juste ce qu’il faut, conservant son côté un brin macabre qui fait son charme. Le titre pourrait être une archive d’époque, un morceau enregistré au début des années 70 par le ALICE COOPER BAND et qui serait resté dans les tiroirs, ce ne serait pas déconnant tant tous les marqueurs sont présents.

Et l’artiste nous balade dans Detroit, il nous montre les coins qu’il aime. Ce ne sont pas toujours les plus beaux endroits, on s’en doute, mais il nous retrace tout un pan d’histoire avec une sincérité qui ne semble pas feinte. Cela a commencé par une reprise. Il y en a d’autres, à commencer par ce "Sister Anne" qui fonctionne toujours aussi bien, un Rock bien énervé qui oscille entre les ROLLING STONES et les WHO et qui porte la marque du MC5, puis le "East Side Story" de Bob SEGER, que le Coop’ se réapproprie parfaitement. Furnier va aussi revisiter son "Detroit City" issu de l’album "The Eyes Of Alice Cooper" (2003) pour lui donner un son du cru. Était-ce indispensable ? Cela reste dans la thématique.

Mais Detroit, c’est également la ville qui a vu naître la Motown, cette célèbre maison de disque spécialisée dans la Soul (et dont le nom est un clin d’œil à la ville, Motor Town, contracté en Motown, du fait de toutes ces usines de voitures). Alice Cooper ne va pas l’écarter du tableau de l’époque et va se livrer à l’exercice de style en jouant un "$1000 High Heel Shoes" qui aurait pu figurer sur "Goes To Hell" voire sur "Lace And Whiskey" et qui se veut assez entraînant avec ses cuivres et ses chœurs qui rappellent avec une certaine nostalgie les grandes heures du label.

"Detroit Stories" se veut assez varié. Foncièrement Rock, il épouse également des chemins parfois plus Pop ("Our Love Will Change The World", qui ressemble beaucoup à un clin d’œil aux BEATLES), ou au contraire, plus Punk, comme en atteste "Go Man Go", qui voit Wayne Kramer sortir le grand jeu à la guitare. C’est rapide, hargneux, et terriblement direct et cela fonctionne plutôt bien. Là encore, on est dans un esprit proche de la scène Punk de la ville, qui avait encore une vision différente de ce qui se pratiquait alors à New York.

Et nous avons à nouveau le plaisir de croiser les anciens compagnons de route du Coop’ que sont Michael Bruce, Dennis Dunaway et Neal Smith le temps de deux titres, le furibard "Social Debris", devenu depuis un single porteur pour le disque et le Punk sketch qu’est "I Hate You" où chacun va balancer sur l’autre le temps d’un couplet, pour finir par en mettre plein la tronche à Glen Buxton. C’est connu, les absents ont toujours tort, surtout quand ils sont morts.

L’album, en revanche, est un peu long et aurait très bien pu se voir amputé de quelques titres pour le rendre plus digeste, l’ensemble donne l’impression de ramer quelque peu sur la fin. Ce n’est pas non plus rédhibitoire, les morceaux proposés restant corrects, même si certains donnent l’impression de faire un bond dans le temps, d’accrocher la fin des ’70, voire le début des ’80 avec quelques sonorités qui restent Rock, mais qui tirent un peu sur la New Wave ("Wonderful World"). Et surtout il y a cette voix qui semble inusable, qui continue à toujours aussi bien sonner, malgré les excès de l’époque. Comme quoi, il y a du bon dans la sobriété.

"Detroit Stories" ne mettra pas tout le monde d’accord. Et on s’en fout. Le Coop’ signe là un très bon disque, peut-être le meilleur depuis "The Last Temptation", ce qui ne nous rajeunit pas. Volontiers rétro, produit aux petits oignons par Bob Ezrin qui reste pour le coup très sobre, ce disque est une ode à une autre époque, mais c’est également un bel hommage à une ville qui a beaucoup compté pour l’artiste derrière le micro et qui lui rend un peu de ce qu’elle lui a donné. C’est fait avec simplicité, ainsi qu’avec une certaine humilité. Mais ça n’oublie jamais de transpirer la scène de cette époque. Un beau disque.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


Robert PLANT
Pictures At Eleven (1982)
S'extraire de la légende




UFO
Showtime (2005)
Only You Can Rock Me


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Alice Cooper (chant, harpe)
- Michael Bruce (guitare, chant)
- Garret Bielaniec (guitare)
- Tommy Henriksen (guitare)
- Wayne Kramer (guitare)
- Joe Bonamassa (guitare)
- Mark Farner (guitare)
- Steve Hunter (guitare)
- Tommy Denander (guitare, claviers)
- Steve Crayn (guitare)
- Matthew Smith (guitare)
- Rick Tedesco (guitare)
- Dennis Dunaway (basse, chant)
- Paul Randolph (basse)
- Jimmy Lee Sloas (basse)
- Neal Smith (batterie, chant)
- Johnny 'bee' Bedanjek (batterie)
- Larry Mullen Jr (batterie)
- Keith Kaminski (saxophone)
- John Rutherford (trombonne)
- Walter White (trompette)
- Bob Ezrin (orgue, percussions, choeurs, programmations)
- James Shelton (orgue)
- Carla Camarillo (choeurs)
- Calico Cooper (choeurs)
- Sheryl Cooper (choeurs)
- Camilla Sledge (choeurs)
- Debra Sledge (chant)
- Tanya Thillet (choeurs)


1. Rock & Roll
2. Go Man Go
3. Our Love Will Change The World
4. Social Debris
5. $1000 High Heel Shoes
6. Hail Mary
7. Detroit City 2021
8. Drunk And In Love
9. Independence Dave
10. I Hate You
11. Wonderful World
12. Sister Anne
13. Hanging On By A Thread (don't Give Up)
14. Shut Up And Rock
15. East Side Story



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod