Recherche avancée       Liste groupes



      
SHOCK ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Meat Loaf, The Throbs , Crash Kelly, Traumatisme
- Membre : Savatage, Rainbow, Dennis Dunaway , Black Country Communion, Electric Angels, Ace Frehley , Kiss, F5, Winger
- Style + Membre : Dokken, Hollywood Vampires, Blue Coupe

ALICE COOPER - Easy Action (1970)
Par DARK BEAGLE le 17 Mai 2016          Consultée 1088 fois

Il y a diverses façons de se démarquer de la concurrence quand on joue de la musique. Se montrer meilleur que les autres est déjà une bonne solution, mais tous les groupes ne peuvent pas prétendre à un tel niveau de qualité. Si la réciproque est possible, les formations concernées font rarement long feu. Certains se concentreront d’avantage sur le look, d’autres encore joueront sur des artworks plus sophistiqués, au point parfois d’être connu avant tout pour cela. Le ALICE COOPER BAND, lui, va opter, outre un look outrancier, pour un certain hermétisme musical.

Il est difficile de rentrer dans les deux premiers albums du groupe. "Pretties For You" souffrait d’un certain vide créatif, avec des titres très courts, qui prenaient tout juste leurs marques avant de s’achever abruptement et des morceaux longs qui partaient dans tous les sens avec des parties instrumentales interminables. Les bonnes idées se trouvaient irrémédiablement noyées, l’ensemble souffrait de cohésion.

"Easy Action" se veut plus équilibré, avec des durées plus calibrées, entre deux et trois minutes en majorité, avec quelques pointes au-delà des six minutes. En revanche, pour le côté « easy », on repassera. Le ALICE COOPER BAND campe sur ses positions et personne n’ose se remettre en question ; la formation souffre également de l’abandon du producteur David Briggs. Pour être plus précis, Briggs ne supportait pas la musique du groupe et n’en appréciait que peu les musiciens. Il ne s’est pas foulé et le manque d’intérêt pour son travail s’en ressent.

On commence cependant par trouver quelques traceurs du style futur du groupe. Cela commence par un chant plus macabre de la part de Vincent Furnier sur "Mr. & Misdemeanor", puis par une agressivité plus importante qui s’étend sur l’ensemble de l’album, avec une guitare très présente et parfois, une fois n’est pas coutume, un brin bavarde. Pour l’ambiance, on repassera, ce n’est pas encore du Grand Guignol, c’est même un peu plat, on sent qu’il n’y a personne derrière pour guider les musiciens dans leur délire. Petit détail qui aura son importance par la suite.

A l’instar de "Pretties For You", "Easy Action" peine à être intéressant. Le ALICE COOPER BAND, à ses débuts, manque de soin dans ses finitions et si l’inspiration n’est pas absente, elle est trop exubérante. Sans ligne directrice, sans être capable d’abréger un morceau quand l’efficacité le voudrait, le groupe tourne en rond, avec une motivation étonnante. Les musiciens s’acharnent, croient en ce qu’ils font et l’absence du retour du producteur les conforte dans leur démarche, malheureusement.

Cependant, on peut tirer du bon de ce "Easy Action". Si "Mr. & Misdemeanor" se veut encourageant, on trouve même un semblant de classique avec "Return Of The Spiders", qui reprend un ancien nom du ALICE COOPER BAND. C’est vif, précis, remuant, ça fait plaisir à entendre. Ce titre est d’ailleurs dédicacé à Gene Vincent, qui, ironie du sort, disparaîtra l’année suivante en étant l’ombre de la légende qu’il fut.

Malheureusement, certains délires ont la peau dure et le disque vire occasionnellement au n'importe quoi, à des moments clés de l'album que sont les morceaux les plus longs. Ainsi, "Below Your Means" voit toutes ses belles promesses sombrer dans le néant suite à des expérimentations du guitariste Michael Bruce, qui se perd en chemin, usé par un psychédélisme qui ronge la composition comme un cancer. Pour "Lay Down And Die, Goodbye", le constat est sans appel : l'expérimentation prétentieuse et bruitiste nuit grandement à la santé de ce titre qui, au fil des écoutes, fini par être zappé par l'auditeur de moins en moins enclin à se torturer les oreilles pendant plus de sept minutes.

Globalement, il y a du mieux. Cela reste un brin anticonformiste (pouvait-on s’attendre à moins en étant signé sur le label de Frank Zappa ?), ambitieux et déstructuré à la fois. On devine par moment ce que peut devenir le groupe et on peut enfin déceler tout le potentiel des musiciens. Il leur reste à trouver la personne capable de les mettre sur la bonne voie et ce sera un jeune gars de 21 ans qui leur apportera la solution. Pas le pire album du groupe.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


INGLORIOUS
Inglorious (2016)
Revival '70 à peau de serpent blanc




ZZ TOP
Zz Top's First Album (1970)
Certified blues


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Alice Cooper (chant)
- Michael Bruce (guitare, claviers, chant)
- Glen Buxton (guitare)
- Dennis Dunaway (basse, choeurs)
- Neal Smith (batterie, choeurs)


1. Mr. & Misdemeanor
2. Shoe Salesman
3. Still No Air
4. Below Your Means
5. Return Of The Spiders
6. Laughing At Me
7. Refrigerator Heaven
8. Beautiful Fly Away
9. Lay Down And Die, Goodbye



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod