Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Beginnings (ambrose S...
1970 Play It Loud
1972 Coz I Luv You
  Slayed ?
  Alive !
1973 Merry Christmas Everybod...
  Sladest
1974 Old New Borrowed And ...
  Slade In Flame
1976 Nobody's Fool
1977 Whatever Happened To ...
1978 Alive 2
1979 Return To Base
1981 We'll Bring The House...
  Till Deaf Do Us Part
1983 The Amazing Kamikaze ...
1985 Rogue's Gallery
1987 You Boyz Make Big Noi...
 

- Style : Kiss, Nazareth, Queen, Ufo, Wild Horses [uk], Kix, Sweet

SLADE - Old, New, Borrowed And Blue (1974)
Par DARK BEAGLE le 25 Octobre 2018          Consultée 458 fois

En Angleterre, lors d’un mariage, il est de bon ton pour la mariée d’avoir quatre objets. Un vieux, un nouveau, un autre emprunté et le dernier doit être bleu (Old, new, borrowed et blue). Depuis, les règles se sont un peu assouplies et elles ont débarqué en France comme si de rien n’était. Ils sont forts ces Anglais quand même ! Ils ont perdu la Guerre de Cent Ans, mais c’est limite comme s’ils se comportaient encore en vainqueurs en nous imposant leurs coutumes ! Il est presque normal que SLADE, avec son humour très particulier, fasse un album dont le titre reprendrait cette liste de recommandations à la future mariée. Presque. Parce qu’il faut quand même être sacrément allumé pour appeler un disque ainsi et présenter une jaquette aux tons rouges. Ou être daltonien.

Petit retour en arrière. Le groupe a failli perdre son batteur suite à un terrible accident de voiture. Les musiciens purent respecter leurs divers engagements grâce à Frank Lea, le frère du bassiste. Il a toujours été hors de question de continuer sans Don Powell, mais sa rééducation fut longue et laborieuse. Il avait d’ailleurs fait les sessions d’enregistrement de cet album en se déplaçant à l’aide d’une canne. Aussi il n’est pas étonnant de constater que SLADE sonne de façon plus posée sur cet album, qu’il se veut moins frappadingue que sur "Slayed?". Le groupe va d’ailleurs s’autoriser quelques petites fantaisies, mais on en reparlera plus tard.

Toujours produit par Chas Chandler (The ANIMALS), SLADE se fait plus léger, il emprunte des chemins un peu différents par rapport à ses dernières sorties. Quelques mois plus tôt, le groupe avait accouché d’un de ses singles les plus vendeurs, "Merry Christmas Everybody", confirmant encore plus le statut de star des musiciens. Parce que oui, malgré leur orthographe déplorable, leurs tronches de vainqueurs et le fait qu’ils soient de parfaits Anglais à fréquenter les pubs et les stades de football, ces mecs vivaient ce que les BEATLES avaient vécu en leur temps. La SLADEmania déferlait toujours sur l’Angleterre et "Old, New, Borrowed And Blue" était l’un des albums parmi les plus attendus dans la perfide Albion en cette année 1974 (1).

Le vieux. On le retrouve à travers diverses petites choses. Déjà, la présence de Chas Chandler s’y prête très bien, vu qu’il fait office de vétéran de la scène Rock anglaise, au sein des ANIMALS, ancien manager de Jimi HENDRIX, ayant pris la carrière de SLADE en main, bien heureusement pour eux. Cela peut également faire référence à la reprise du "Just A Little Bit" de Rosco GORDON, sévèrement dynamitée et déjà pillée par les BEATLES quelques années plus tôt (à la différence que les BEATLES, eux, n’ont pas signifié qui étaient les auteurs possibles). Une entame idéale donc, dynamique à souhait, qui donne envie d’aller plus loin.

Le nouveau. Là encore, on peut trouver plusieurs points susceptibles de l’évoquer. Il y a déjà le fait que c’est le premier album de SLADE à voir le jour depuis "Slayed?" deux ans plus tôt, le précédent LP, "Sladest", étant une compilation certes explosive, mais faisant un beau résumé d’une carrière trépidante. On trouve également ici une nouvelle façon de composer, des morceaux très différents que ce que le groupe proposait jusqu’à présent, à l’image de la jolie ballade "Everyday", une première pour la formation de Wolverhampton, ou encore "Find Yourself A Rainbow", qui repose sur un piano que l’on croirait sorti d’un club enfumé des années vingt, pas vraiment Jazzy, pas vraiment Country, une espèce de musique hors du temps mais qui ne dénote pas sur l’ensemble.

L’emprunté. Là encore, la reprise du "Just A Little Bit" s’impose. Après tout, SLADE emprunte bien le morceau à un autre artiste, et il le transforme ce qu’il faut pour se l’approprier. Autrement, le Glam Rock, mâtiné de Hard qui a fait la renommée de la formation, que dis-je, de l’institution britannique, se fait donc plus soft, avec toujours ces moments où le groupe retrouve toute sa verve et se fait plus électrique. Mais pourtant, le groupe assume parfaitement son virage plus soft, à l’image du single "My Friend Stan", plus Pop dans l’esprit, plus mesuré, mais tout bonnement irrésistible. Noddy Holder retrouve un chant plus clair qui lui réussit bien et qui le met en valeur quand il s’égosille comme jamais.

Le bleu… Et ben… Euh… les BEATLES ! Mais oui, vous vous souvenez, la compilation à la pochette bleue en opposition à celle à la pochette rouge ! Pourquoi je vous parle des Blattes ? Parce que ce disque y fait penser (et surtout parce que je n’étais à peine pas dans la merde pour évoquer quelque chose de bleu, et que je ne me voyais pas réciter du CHRISTOPHE). Il dégage une facette Pop et efficace tout du long qui renvoie aux travaux de John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr. Il y a une espèce de facilité d’exécution derrière tout cela assez écœurante, mais indéniable et surtout, qui n’est pas vaine.

Bon, maintenant que je suis bon à marier (et vous aussi, par la même occasion), autant le dire : "Old, New, Borrowed And Blue" est un bon cru de SLADE, et peut-être l’un des derniers. Si le groupe tient toujours le cap, les singles n’atteignent pas la première place des charts. Certes, la deuxième et la troisième place, ce n’est déjà pas si mal, mais quand on les a accumulés sur deux ans, forcément, ce n’est pas terrible. Les temps allaient changer pour SLADE. À vouloir séduire le public américain, les musiciens allaient se mordre les doigts. Mais ce n’est pas pour tout de suite, il reste encore de belles années au groupe.

(1) Note pour Jeff : et non, ce n’était pas "Queen II" !

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


ALICE COOPER
The Last Temptation (1994)
Crowley et Aziraphale




MEAT LOAF
Bat Out Of Hell (1977)
Opéra Hard Rock

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Noddy Holder (chant, guitare)
- Dave Hill (guitare, chant)
- Jim Lea (basse, chant)
- Don Powell (batterie)


1. Just A Little Bit
2. When The Lights Are Out
3. My Town
4. Find Yourself A Rainbow
5. Miles Out To Sea
6. We're Really Gonna Raise The Roof
7. Do We Still Do It
8. How Can It Be
9. Don't Blame Me
10. My Friend Stan
11. Everyday
12. Good Time Gals



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod