Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Kiss, Nazareth, Queen, Ufo

SLADE - Slayed? (1972)
Par DARK BEAGLE le 7 Février 2018          Consultée 845 fois

Oui, Dave Hill est un mystère capillaire. Situé quelque part entre le mulet de l’extrême et la frange insoumise, ce mec fascine. Totalement. Il attire inévitablement l’œil et on a du mal à se défaire de cette pochette ô combien euh… Amusante ? Enfin bref, difficile de prendre le groupe au sérieux devant une telle jaquette, mais ils donnent quand même l’impression de bien se marrer. Sauf Don Powell, mais il ne sourit pas beaucoup sur les photos à la base, donc ce n’est pas trop grave. Bref, on se retrouve face à cette pochette et on se demande si c’est une blague, surtout avec ce titre idiot, "Slayed?", qui n’a rien, mais alors rien à voir avec la photographie finalement so british dans l’esprit. Au moins les p’tits gars de Wolverhampton en ont terminé avec le look d’hooligans pas bien nets, c’est déjà ça…

Du coup, intrigué, on pose quand même l’album sur la platine. Parce que les deux premiers sont quand même sympa même si blindés de reprises et que le "Slade Alive" est juste monstrueux même si là encore, presque pas de matériel original à se mettre sous la dent. D’ailleurs, un petit coup d’œil au verso nous permet de voir que là encore, on va se taper de la cover. "Move Over" de la regrettée Janis JOPLIN (non, pas que par son dealer) et deux ritournelles Rock’N’Roll signées Leonard Lee, en un petit medley ("Let The Good Times Roll", couplé à "Feel So Fine"). Bon, pourquoi pas après tout ? Ce n’est pas comme si on n’avait pas l’habitude avec SLADE de se retrouver face à certains standards revus et corrigés, pour ne pas dire bien bruyants comme on les aime.

Vous vous êtes déjà pris une mandale, j’imagine et je suis presque certain que vous la méritiez, au moins quand vous étiez gosses (genre à verser de l’encre noir dans les bénitiers de l’église ou à créer des coupes de cheveux avec les Barbies de vos sœurs). Vous savez, celle que l’on n’attend pas forcément, mais que l’on se paye après avoir dépassé les bornes et qui nous fait chialer parce qu’on ne l’avait pas vu venir celle-là. Rien que de vous en parler j’ai les joues qui piquent. C’est un peu ce qu’on ressent quand on se prend "How D’You Ride" dans la tronche. Je ne vais pas vous faire croire qu’on se retrouve devant un Heavy Metal ravageur ou face à un brûlot Hard Rock façon "Communication Breakdown" de vous-savez-qui. Et si vous ne savez-pas-qui, n’oubliez pas l’onglet question/réponse. Non, "How D’You Ride", c’est juste une claque.

SLADE a enfin réussi à retranscrire en studio l’énergie qu’il déversait sur scène. Son Rock sonne de façon plus dure, plus Glam dans l’idée également (et quand on voit les tenues du groupe lors de certains concerts, on est à la fois sur l’ambiance Alice Au Pays Des Merveilles et KISS plutôt que Aladdin Sane ou Ziggy Stardust. Décidément, SLADE est un poème pour les yeux). Le chant de Noddy Holder est agressif à souhait, il crie d’ailleurs plus qu’il ne chante, comme si cette fonction était bien pour les premiers essais, quand il s’agissait de se faire un nom. Et ça passe comme une lettre à la Poste (enfin, vu les problèmes de courrier, va quand même falloir mettre cette expression à jour). C’est simple, direct, efficace, il n’y a pas le temps pour des fioritures ou des soli à rallonge. C’est du condensé de Rock’N’Roll, joué avec les tripes. Pas étonnant que certains Punks citent SLADE dans leurs références.

Les morceaux se succèdent avec entrain. "The Whole World’s Goin Crazee" est une autre baffe, lâchée par pur sladisme, "Look At Last Nite" vient un peu calmer le jeu avec des allures plus Pop, avec des harmonies vocales à la BEATLES. D’ailleurs, Holder va poser sa voix avec plus de douceur, de justesse. L’heure n’est pas à la démonstration, mais à la mélodie et ça passe tout seul. Rien qu’avec ces trois premiers titres, la messe est dite. "Slayed?" est dans la lignée des grands albums du genre, façon pierre angulaire, si vous voyez où je veux en venir. Dans leur discographie déjà. Il y aura clairement un avant et un après "Slayed?", mais excepté une compilation, rien ne sera aussi bon chez SLADE que ce disque, qui est sorti au bon moment, après un premier best of (oui, après deux disques et une flanquée de singles) et un album live ayant mis les pendules à l’heure. Les musiciens ont su surfer sur la vague qu’ils avaient créé. Juste imparable !

Tiens, prenons "Move Over" de Janis JOPLIN. Le groupe se l’accapare complètement, signe de la confiance qui est devenu la sienne. Quand on compare le résultat obtenu avec la cover du "Born To Be Wild" des Canadiens de STEPPENWOLF, trop respectueuse de l’originale parce qu’un peu timide, on ne peut que constater le chemin parcouru par ce groupe que rien ne prédestinait forcément au succès, malgré le soutien de leur manager et producteur Chas Chandler, le bassiste des ANIMALS. Et cet état d’esprit conquérant, on le retrouve partout. Il transpire sur le très Rock’N’Roll "Gudbuy T’Jane", il explose littéralement sur le fameux "Mama Weer All Crazee Now" (ah oui, si vous êtes en train d’apprendre l’anglais, fuyez SLADE !), qui sera repris une bonne décennie plus tard par QUIET RIOT sans jamais vraiment réussir à se l’approprier.

Vous l’aurez compris, "Slayed?", c’est l’album de tous les superlatifs. Le plus mieux bien si vous voulez. SLADE signe là son grand œuvre, son chef d’œuvre et le groupe peinera à simplement l’approcher d’un point de vue qualitatif. Oh, des bons albums, il y en aura encore, mais celui-ci reste le plus fort, au point où les musiciens ont trouvé le moyen de se passer de "Look Wot You Dun’", un simple qui avait squatté la quatrième place des charts britanniques ! Comme si les musiciens étaient tellement sûrs de leur coup qu’ils étaient prêts à tenter leur chance sans ce coup de pouce pourtant conséquent et confortable, en terme de renommée. Et ils avaient raison les bougres d’ânes (z’avez vu leur orthographe ?!?), "Slayed?" est juste imparable.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


INGLORIOUS
Inglorious (2016)
Revival '70 à peau de serpent blanc




INGLORIOUS
Ii (2017)
Essai transformé


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Noddy Holder (chante, guitare)
- Dave Hill (guitare)
- Jim Lea (basse, piano)
- Don Powell (batterie)


1. How D'you Ride
2. The Whole World's Goin' Crazee
3. Look At Last Nite
4. I Won't Let It 'appen Agen
5. Move Over
6. Gudbuy T'jane
7. Gudbuy Gudbuy
8. Mama Weer All Crazee Now
9. I Don' Mind
10. Let The Good Times Roll/feel So Fine



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod