Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Queen
  At The Bbc
1974 Queen Ii
  Sheer Heart Attack
1975 A Night At The Opera
1976 A Day At The Races
1977 News Of The World
1978 Jazz
1979 Live Killers
1980 The Game
  Flash Gordon
1982 Queen On Fire - Live At ...
  Hot Space
1984 The Works
1986 A Kind Of Magic
  Live At Wembley Stadium
1989 The Miracle
1991 Innuendo
1995 Made In Heaven
2002 The Queen Symphony - Tol...
2005 Return Of The Champions
  Killer Queen : A Tribute...
2008 The Cosmos Rocks
2009 Live In Ukraine
2014 Live At The Rainbow '74
2015 A Night At The Odeon
 

- Style : The Darkness , Sweet, Magnum, Rush
- Style + Membre : Queen + Paul Rodgers
 

 Site Officiel (506)
 Youtube Channel (535)
 Myspace (515)

QUEEN - Live At The Rainbow '74 [2014] (1974)
Par JEFF KANJI le 25 Septembre 2014          Consultée 3475 fois

Outre les deux soirées au Rainbow Theater, filmées pour la promotion de "Sheer Heart Attack" et qui ont donné naissance au DVD "Live At The Rainbow ‘74" enfin exhumé, QUEEN avait déjà, au retour de sa tournée avec MOTT THE HOOPLE, réservé le Rainbow pour marquer un point culminant dans la tournée de son second opus "Queen II". Ce "Live At The Rainbow ‘74" est indéniablement une grosse sortie et le groupe (du moins ce qu’il en reste) a mis le paquet niveau comm’ et de nombreuses éditions CD, double CD, DVD, Blue-Ray, Deluxe et j’en passe (sept au total tout de même) sont proposées aux fans. Ayant traité l’aspect vidéo dans la kro du DVD, je vais me concentrer sur l’édition double CD, qui en sus des concerts de novembre, propose l’intégralité du show du mois de mars de la même année.

Si vous avez eu la patience de lire mes chroniques vous savez que "Queen II" représente pour moi une sorte d’accomplissement précoce dans la carrière du groupe. QUEEN est encore jeune à l’époque (à peine quatre ans d’existence) mais semble sûr de son fait, et on comprend très vite comment le groupe a pu faire forte impression en première partie de MOTT THE HOOPLE, alors excellent groupe de scène. Au son de "Father To Son", la machine est lancée, Freddie envoie la sauce, la guitare de Brian May fait saturer la sono et la section rythmique a décidé de soulever l’audience. L’enthousiasme est évident, et si Freddie peine encore un peu à se mettre le public dans la poche, se contentant de modestes « thank you » à la fin des morceaux, on sent bien qu’on n’a pas affaire à des amateurs.

Brian May, en particulier, a déjà à sa disposition un arsenal sonore impressionnant, rivalisant avec le magicien du son de l’époque Jimmy Page. Delays, fuzz, larsens tout y passe. Et la variété de timbres qu’il fait jaillir des micros de sa Red Special est dingue, entre distorsion puissante et grasse ("Son And Daughter", "Great King Rat"), arpèges cristallins en son clair ("Liar") et sons crunchy chaleureux ("Keep Yourself Alive" et le solo de guitare, qui préfigure certains passages de "Brighton Rock"). Chacun des quatre protagonistes occupe la place avec brio et maîtrise et les quatre lascars sonnent vraiment gros sur scène. On peut aussi penser que le travail de restauration des bandes a du faire du bien, même si Justin Shirley-Smith n’a pas abusé en post-prod, respectant le grain des instruments (notamment la puissante batterie de Roger Taylor), ce que j’ai pu vérifier, étant donné que je possédais le bootleg du concert de novembre depuis quelques années (c’est qu’on trouve beaucoup de choses intéressantes à Camden Town…). Toujours est-il que ce show laisse tout de même apparaître la jeunesse du groupe à certains moments, notamment du côté de Freddie Mercury qui peut être parfois pris en défaut sur quelques passages en falsetto (qu’il utilisera de plus en plus avec parcimonie sur scène) ou dans les textes, se vautrant notamment dans "Great King Rat". Il apparaît comme le seul élément vraiment ingérable même si l’on sent déjà le futur performer qu’il est resté pour la postérité.

Par contre quel régal niveau setlist, le groupe étant assez fou (même si aux dires de Brian May, ils ne la jouent pas souvent) pour envoyer "The Fairy Feller’s Master Stroke" ! Et ils s’en sortent au moins aussi bien que quand ils partent en medley sur "Bring Back That Leroy Brown". Avec seulement deux albums au compteur, c’est à une orgie de Hard, Glam, Baroque, à l'approche symphonique à la fois que nous sommes conviés, "See What A Fool I’ve Been", B-side du second album, étant proposée en final de concert, avec ce côté "Dazed And Confused" pas désagréable, et "Seven Seas Of Rhye", single du moment, comme le rappelle Freddie, parfait avant de se faire exploser la tronche sur "Modern Times Rock’N’Roll".

Le second disque nous permet de retrouver le groupe moins de neuf moins plus tard, surfant sur la vague "Killer Queen". Et la marge de progression, si elle n’est pas spectaculaire, est largement visible. Plus d’erreurs au chant, des enchaînements bétons, un ensemble basse-batterie encore plus puissant, et surtout une latitude plus grande pour constituer une setlist sans faille et plus variée avec notamment le particulier "Flick Of The Wrist" (« elle est sur notre single "Killer Queen", mais c’est la face que vous n’avez pas écouté » comme le dit Freddie avec malice) aussi efficace qu’un "Don’t Stop Me Now". On retrouve un "Son And Daughter" toujours Heavy et grandiloquent et surtout d’agréables surprises non présentes en mars, comme ce passage de "The March Of The Black Queen" intégré à un medley qui voit le groupe se frotter au romantico-baroque "In The Lap Of The Gods" où Roger Taylor est juste impressionnant vocalement. Et en matière de pains dans la gueule, on a le speed "Stone Cold Crazy" ou encore ce "In The Lap Of The Gods… Revisited" qui trahissait déjà la capacité de la musique de QUEEN à faire chavirer un stade entier.

QUEEN nous gâte en nous proposant pour la première fois un enregistrement officiel des seventies (sans compter "Live Killers" bien sûr, dont le groupe n’a toujours été que moyennement satisfait) et de ses jeunes années, où sa fougue est au service d’un Hard unique en son genre qui rivalise sans peine avec les géants de l’époque. Brian May et Roger Taylor se sont d’ailleurs fait surprendre, ne se rappelant pas avoir ce potentiel-là à l’époque, en sonnant aussi Heavy. L’heure de la consécration est proche, et on sent de toute manière, au vu de ces prestations (et en particulier la setlist impitoyable du deuxième disque) que ça ne saurait tarder.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


QUEEN
Live At The Rainbow '74 [2014] (1974)
Un cadeau pour les hardos




QUEEN
Rock Montreal [2007] (1981)
Imax fever


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Freddie Mercury (chant, piano)
- John Deacon (basse, triangle)
- Roger Taylor (batterie, chant)
- Brian May (guitare, chant, ukulélé)


- Queen Ii Tour
1. Procession
2. Father To Son
3. Ogre Battle
4. Son And Daughter
5. Guitar Solo
6. Son And Daughter (reprise)
7. White Queen (as It Began)
8. Great King Rat
9. The Fairy Feller’s Master Stroke
10. Keep Yourself Alive
11. Drum Solo
12. Keep Yourself Alive (reprise)
13. Seven Seas Of Rhye
14. Modern Times Rock’n’roll
15. Jailhouse Rock/stupid Cupid/be Bop A Lula
16. Liar
17. See What A Fool I’ve Been

- Sheer Heart Attack Tour
1. Procession
2. Now I’m Here
3. Ogre Battle
4. Father To Son
5. White Queen (as It Began)
6. Flick Of The Wrist
7. In The Lap Of The Gods
8. Killer Queen
9. The March Of The Black Queen
10. Bring Back That Leroy Brown
11. Son And Daughter
12. Guitar Solo
13. Son And Daughter (reprise)
14. Keep Yourself Alive
15. Drum Solo
16. Keep Yourself Alive (reprise)
17. Stone Cold Crazy
18. Liar
19. In The Lap Of The Gods… Revisited
20. Big Spender
21. Modern Times Rock’n’roll
22. Jailhouse Rock
23. God Save The Queen



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod