Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD-POP-PROG BAROQUE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Queen
  At The Bbc
1974 Queen Ii
  Sheer Heart Attack
1975 A Night At The Opera
1976 A Day At The Races
1977 News Of The World
1978 Jazz
1979 Live Killers
1980 The Game
  Flash Gordon
1982 Queen On Fire - Live At ...
  Hot Space
1984 The Works
1986 A Kind Of Magic
  Live At Wembley Stadium
1989 The Miracle
1991 Innuendo
1995 Made In Heaven
2002 The Queen Symphony - Tol...
2005 Return Of The Champions
  Killer Queen : A Tribute...
2008 The Cosmos Rocks
2009 Live In Ukraine
2014 Live At The Rainbow '74
2015 A Night At The Odeon
 

- Style : Meat Loaf, The Darkness , Sweet, Magnum, Rush, Styx, Slade, Wild Horses [uk]
- Membre : Film
- Style + Membre : Queen + Paul Rodgers
 

 Site Officiel (722)
 Youtube Channel (729)
 Myspace (677)

QUEEN - Deep Cuts 2 (2011)
Par JEFF KANJI le 22 Décembre 2018          Consultée 586 fois

"Deep Cuts 2" est-il aussi colossal que le premier volume sorti trois mois plus tôt ? Pas facile de répondre. Les deux traitent de tranches différentes de la carrière du groupe. Le premier volet mettait en avant un jeune loup qui faisait ses armes tout en démontrant un talent évident, capable de garder la maîtrise de son art même quand il tirait dans tous les coins et pratiquait le grand écart avec la facilité d'une championne de GRS. La période 1977-1982 est l'apogée de la popularité du groupe, qui après "A Night At The Opera" a conquis le Japon, la France, puis les USA. Cette compilation s'attarde donc sur une période où QUEEN est devenu une tête d'affiche incontournable, un leader et même déjà un inspirateur, les jeunes métallurgistes de Birmingham de JUDAS PRIEST en savent quelque chose.

QUEEN passe son temps sur les planches à cette époque, ne stoppant que quelques mois, le temps d'enregistrer un nouvel album et de reprendre la route. "News Of The World" est l'album qui le consacre à l'étranger, mais fidèle au principe des "Deep Cuts", point de "We Will Rock You" ou de "We Are The Champions" ici. En revanche, l'intense activité live a rendu les Anglais d'une précision implacable, à l'image de ce "Sleeping On The Sidewalk" où Brian May nous refait Stevie Ray Vaughan à sa sauce, enregistré en live pendant des sessions où le groupe cherchait à capter l'aspect brut de sa musique, comme la voix de Freddie qui déraille à moitié sur le deuxième couplet de "It's Late" un bijou qui se devait de figurer sur cette compilation, le montre. Un Freddie Mercury qui n'a alors jamais aussi bien chanté, ne reniant aucunement ses premières amours BEATLES-iennes, le chant en falsetto, mais affichant aussi une puissance dingue, acquise à force d'arpenter les routes.

L'écriture est alors davantage partagée, et la diversité des vibes de ces titres est ainsi bien plus palpable que par le passé, les membres commençant à succomber à l'euphorie du succès, s'aventurant en solo ou dans la B.O. de film. À cet égard, je n'aurais pas pensé que les gars choisiraient le "Battle Theme" (à moins que ce ne soit une manie de Brian May de vouloir terminer ces "Deep Cuts" par des explosions), étant toujours envoûté par le "Love Theme" aux synthés spatiaux, mais encore plus par "The Kiss" avec ces vocalises enchanteresses de Freddie Mercury. Je ne porte pas spécialement "The Game" dans mon cœur, mais les extraits choisis me conviennent, en particulier le sensible "Sail Away Sweet Sister" chanté par Brian May, injustement sous-estimé, où le final, mêlant piano et basse solo est un modèle du talent de John Deacon. L'autre gros morceau étant bien sûr "Dragon Attack" avec ce riff vicieux, trouvé par Brian May alors sous substances.

"Hot Space" reste parfaitement assumé avec pas moins de trois extraits, qui faisaient tous leur preuve en live. Et on se rend compte que la musique de QUEEN confirme ce côté plus raw adopté à partir de 1977, car même ses titres les plus Hard sont secs comme un coup de trique. Jugez par vous-mêmes : "Dead On Time", qui avait la trempe d'un classique, tout comme "It's Late", et donc, pour en revenir à "Hot Space" avec "Put Out The Fire" et ses vocaux arrachés de Freddie, bien secondé sur les pré-refrains par un Brian May qui n'était pas des plus jouasses pendant ces sessions. Le travail de remastering fait ainsi apparaître le talent de Mack, qui a considérablement musclé et modernisé le son des Anglais. C'est particulièrement flagrant sur les extraits de "The Game". En revanche, il montre aussi les limites de Roy Thomas Baker, qui n'a pas su totalement redonner une luxuriance à la mesure de l'écriture plus débridée de "Jazz", même si "Mustapha" ouvre encore une fois les hostilités avec une urgence et un second degré toujours aussi délectables.

Cette tension nerveuse qui est alors un moteur pour le groupe montre qu'il peut facilement s'éparpiller, mais ça ne l'empêche pas d'encore signer des perles, le solo de sax/synthé de "Action This Day" n'est ainsi toujours pas une réussite. Cette tension est sans doute en partie liée à la difficulté de tenir son rang à un carrefour de décennies qui aura englouti plus d'un contemporain de QUEEN. Il aura géré ce virage à sa façon, très mal diront certains (notamment les détracteurs de "Hot Space"), mais le succès rencontré par "The Game" à sa sortie, tend à accroître le fossé entre le succès critique et le succès commercial, le second ayant piloté en bonne partie cette partie de la carrière du groupe, avec ses bons et ses mauvais côtés.

"Deep Cuts 2" est sans doute la compilation la plus originale et la plus bigarrée sortie par le groupe, et sans aucun doute la plus curieuse des trois, mais pas forcément la plus fascinante, la troisième étant pour moi hors-concours, pour des raisons que je me ferai une joie de vous révéler. La période couverte correspond également à celle qui me passionne le moins, mes notes sur les albums de cette époque en attestant je pense assez clairement, même si je me ferai toujours l'avocat d'un "Jazz" mal-aimé mais incroyablement inspiré. D'ailleurs, souvent les titres choisis sur ces disques correspondent bien souvent à mes préférés des albums dont ils sont extraits, notamment la magnifique "Spread Your Wings" ou encore "Dead On Time" et "Put Out The Fire".

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


MR. BIG
Defying Gravity (2017)
Lean into it too




AEROSMITH
Greatest Hits (1980)
Parfait résumé de la première période


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Freddie Mercury (chant, chœurs, piano, synthétiseurs, claviers, synthé basse)
- Brian May (guitare, chant sur 4,8,11, chœurs, synthétiseur, percussions)
- Roger Taylor (batterie, percussion, chant sur 2,6,10, chœurs, synthétiseur)
- John Deacon (basse, guitare acoustique, synthétiseur, guitare rythmique s)


1. Mustapha
2. Sheer Heart Attack
3. Spread Your Wings
4. Sleeping On The Sidewalk
5. It's Late
6. Rock It (prime Jive)
7. Dead On Time
8. Sail Sweet Sister
9. Dragon Attack
10. Action This Day
11. Put Out The Fire
12. Staying Power
13. Jealousy
14. Battle Theme



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod