Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (16)
Questions / Réponses (3 / 15)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Danger Danger, Satan Jokers, The Darkness
- Membre : Roadhouse, Riverdogs, Dio
 

 Site Officiel (174)
 Chaîne Youtube (178)
 Soundcloud (161)

DEF LEPPARD - Pyromania (1983)
Par JEFF KANJI le 7 Octobre 2015          Consultée 3412 fois

Robert John "Mutt" Lange est un féru de musique, compositeur à ses heures. Pour la première fois, un groupe ne le laisse pas juste à sa place de producteur, mais le laisse entrer dans son univers et lui permet de faire passer le dit groupe à un niveau supérieur.

DEF LEPPARD apprend beaucoup avec lui. Il sophistique encore un peu plus sa musique, poussant encore plus loin les évolutions entrevues sur "High'N'Dry" et, grâce à son producteur, comprend qu'il ne faut jamais se débarrasser de la musique que l'on écrit et ne pas hésiter à la démembrer pour la reconstituer différemment, voire attendre le bon moment pour qu'elle révèle son plein potentiel. Pourquoi je partage cette méthode de travail ? Parce que DEF LEPPARD avait déjà composé "Photograph" lors des sessions de l'album précédent… Et ce titre va faire exploser le groupe aux USA, faisant de DEF LEPPARD un géant du Hard/Heavy, et devenant l'un des plus gros standards du groupe.

DEF LEPPARD aurait souhaité enfin devenir le plus gros groupe du monde et cartonner dans sa propre partie (il faudra pour cela attendre "Animal", sorti peu avant l'album "Hysteria", et qui se classera N°6 en Angleterre), mais il devient en réalité énorme aux USA, extrêmement réceptifs à la musique plus mélodique et très produite des Anglais. Il faut dire que "Pyromania", contrairement à son successeur "Hysteria" est solidement ancré dans le Hard. Et la mixture entre Heavy aux relents NWOBHM, Hard Rock et musique plus FM est juste parfaite.

"Rock, Rock (Till You Drop)", "Stagefright", "Die Hard The Hunter" sont des monstres aux guitares bien grasses, aux refrains démentiels ; entre les chœurs typiques qui prennent leur pleine mesure et la voix de Joe Elliott enfin arrivée à maturité, aussi redoutable quand il s'agit d'agresser les auditeurs avec un timbre éraillé reconnaissable entre mille (les poussées aiguës dans "Die Hard The Hunter" ou "Too Late For Love" sont impressionnantes) que quand il faut caresser les joues des jeunes filles en leur susurrant de doux mots à l'oreille ("Foolin", "Photograph").

Cet entre-deux parfaitement incarné par "Rock Of Ages" (et son phrasé à la Paul Stanley meets Steven Tyler) coïncide aussi avec une évolution notable du line-up. L'alcool coule à flots chez les jeunes garçons, mais Pete Willis développe une véritable addiction qui le rend de moins en moins fiable. Il est ainsi viré pendant les sessions, alors que ses guitares rythmiques sont déjà enregistrées. D'ailleurs sur la pochette arrière du vinyle (qui s'écoulera à six millions d'exemplaires rien qu'aux États-Unis), on peut apercevoir le père Willis sur la photo de groupe.

Mais un jeune blond aux traits aussi acérés que son jeu de guitare est précis a sa propre photo : il s'agit de Phil Collen, transfuge de GIRL, qui apporte son jeu précis et technique, très influencé par Al DiMeola (le bougre pratique très peu le jeu en lié, et aime les grosses cordes). Il réussit tout de même à se faire une place sur "Pyromania", enregistrant les soli qui pouvaient encore l'être, Steve Clark s'étant chargé de la plupart d'entre eux. Pour anecdote, Joe Elliott lui avait déjà demandé de réfléchir à l'éventualité d'intégrer le groupe pour "High'N'Dry", mais Pete Willis faisant son taf, il n'y avait pas eu de raison de pousser davantage.

Mais les graines étaient semées, et le line-up mythique, qui sort ce "Pyromania" puis "Hysteria" (et "Adrenalize" par procuration) est complet. L'association des six talents (Mutt Lange devient presque un membre à part entière, ne s'économisant pas pour donner aux Anglais le son qu'ils recherchent) réalise un album incontournable de l'Histoire du Hard Rock, et personnellement le plus grand album de 1983, devant le "Kill'Em All" d'un petit quartette américain appelé METALLICA.

En outre, "Pyromania" a été remasterisé et une édition deluxe, comprenant un Live complet, enregistré à Los Angeles lors de la tournée "Pyromania", permet de parfaitement prendre mesure de la Def Leppardmania que suscite le groupe outre-Atlantique. Vous avez avec ce Live, un best of parfait des trois premiers opus du groupe, avec en bonus une reprise du "Travellin' Band" de CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL sur lequel Brian May vient apporter une petite touche royale.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


QUEEN
The Miracle (1989)
Le crépuscule des Dieux

(+ 1 kro-express)



QUEEN
Innuendo (1991)
Lourd de sous-entendus…

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   DARK SCHNEIDER
   LATIMUS
   POWERSYLV

 
   (4 chroniques)



- Rick Allen (batterie,choeurs)
- Phil Collen (guitare,choeurs)
- Joe Elliott (chant)
- Steve Clark (guitare,choeurs)
- Rick Savage (basse,choeurs)


1. Rock Rock (till You Drop)
2. Photograph
3. Stagefright
4. Too Late For Love
5. Die Hard The Hunter
6. Foolin'
7. Rock Of Ages
8. Comin' Under Fire
9. Action! Not Words
10. Billy's Got A Gun



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod