Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Danger Danger, Satan Jokers, The Darkness
- Membre : Roadhouse, Riverdogs, Dio
 

 Site Officiel (240)
 Chaîne Youtube (201)
 Soundcloud (183)

DEF LEPPARD - Yeah! (2006)
Par JEFF KANJI le 9 Novembre 2015          Consultée 1148 fois

Après une tournée américaine, le retour à la réalité est pour DEF LEPPARD signifié par le boss de sa maison de disques, qui lui suggère un album de reprises, sans doute le meilleur moyen pour éviter aux Anglais un nouveau plantage. Mais comme DEF LEPPARD ne fait jamais les choses comme tout le monde, il va s'approprier le projet à sa façon. Il faut dire que les prémices remontent quasi aux débuts du groupe. Joe Elliott souhaitait depuis les débuts avoir un jour la possibilité de sortir son "Pin Ups" (album de reprises de David BOWIE de 1973 qui comprendra le "Amsterdam" de Jacques BREL). Joe et ses acolytes se fixent trois axes de travail : les chansons retenues devront être des hits mais pas forcément des méga tubes, histoire de ne pas tomber dans la reprise trop attendue. Ensuite les titres devront être Britanniques (ce qui permet au "Don't Believe A Word" de THIN LIZZY de s'incruster), et enfin ils devront être antérieurs à la date de leur premier contrat discographique.

Maintenant que le champ a été un peu restreint, pas question d'écouter les STONES ou encore les BEATLES. Et quand on lui suggère de reprendre le "Get It On" de T-REX, DEF LEPPARD choisit plutôt "20th Century Boy" moins populaire mais tout aussi symbolique du courant Glam Rock. Il en sera de même pour la légende FREE : point de "All Right Now" ou de "Fire And Water". Retenant une centaine de titres, le groupe en enregistre finalement quinze. Pour disposer de la version la plus complète, c'est l'édition Target qu'il faut viser avec en sus une version Live de "Action" que le groupe reprend déjà depuis plusieurs années et gravé sur "Retro Active", ainsi qu'une reprise de MC GUINNESS FLINT : "When I'm Dead And Gone". Le net vous permettra également de dénicher l'EP bonus exclusivement vendu par Wal Mart à l'époque et qui était disponible sur un support à part, vendu séparément ; l'occasion d'écouter les membres du groupe parler de leur tournée américaine de 2005, pour la promotion de leur double Best Of et du processus qui a mené à "Yeah!". Le tout est entrecoupé de quatre nouvelles reprises où les STOOGES sont très bien repris par Phil Collen, où une ballade QUEEN-esque se transforme en Rock And Roll endiablé et où tout le goût pour la bidouille du Léopard Sourd reparaît sur le "Space Oddity" de BOWIE.

Il est peu évident pour un metalleux d'aborder cet album de reprises car le registre Hard/Heavy n'est pas du tout exploité. Tous les titres ou presque sont sortis sur une période de dix ans, à savoir la période 1965-1975. Alors si les plus aguerris, amateurs de Hard Rock reconnaîtront SWEET, THIN LIZZY, T.REX ou encore FREE, les extraits des répertoires d'ELECTRIC LIGHT ORCHESTRA, Tom PETTY ou David BOWIE constitueront sans doute des découvertes, d'autant plus que comme je le disais en introduction, les reprises de ces grands artistes de la musique Rock ne sont pas forcément les méga tubes qu'on entend encore à la radio.

DEF LEPPARD a ainsi livré un album qui s'adresse davantage aux gens de sa génération. Les mecs se sont même tapé le trip de reprendre des poses célèbres : Vivian Campbell façon Marc Bolan sur "Electric Warrior", Rick Savage qui se prend pour le Freddie Mercury de Mick Rock ("Queen II"), ou encore Rick Allen, reprenant les couleurs et graphismes du "Transformer" de Lou REED.

J'ai dû écouter les trois quarts des originaux que je ne connaissais pas pour fournir un avis sur "Yeah!". Ça ne m'a à vrai dire pas servi à grand-chose, les Anglais de DEF LEPPARD ayant bien pris soin de se réapproprier les morceaux comme c'est le cas sur "Dear Friends" et surtout "Rock On", exemples les plus significatifs. Les versions DEF LEPPARD restent cependant relativement dépouillées et c'est sans doute la plus grande satisfaction qui ressort de cette galette car elle se débarrasse du superflu de "X". Le groupe n'avait sans doute pas sonné aussi organique depuis "High'N'Dry" c'est dire !

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


QUEEN
Queen I (1973)
Naissance d'un géant

(+ 1 kro-express)



QUEEN
Rocks (1997)
Voyage au coeur de la Reine


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Joe Elliott (chant, piano, tout sur 'space oddity')
- Rick Savage (basse, chœurs, tout sur 'dear friends')
- Phil Collen (guitare, chœurs, tout sur 'search and destroy')
- Vivian Campbell (guitare, chœurs)
- Rick Allen (batterie)
- Justin Hawkins (chœurs sur 'hell raiser)
- Marc Danzeisen (batterie, chœurs sur 'american girl')


1. 20th Century Boy
- t Rex
2. Rock On
- david Essex
3. Hanging On The Telephone
- the Nerves
4. Waterloo Sunset
- the Kinks
5. Hell Raiser
- sweet
6. 10538 Overture
- electric Light Orchestra
7. Street Life
- roxy Music
8. Drive-in Saturday
- david Bowie
9. Little Bit Of Love
- free
10. The Golden Age Of Rock'n'roll
- mott The Hoople
11. No Matter What
- badfinger
12. He's Gonna Step On You Again
- john Kongos
13. Don't Believe A Word
- thin Lizzy
14. Stay With Me
- faces
15. Action (live)
- sweet
16. When I'm Dead And Gone
- mc Guinness Flint

- Wal Mart Bonus Ep
1. American Girl
- tom Petty & The Heartbreakers
2. Backstage Interview #1
3. Search And Destroy
- the Stooges
4. Backstage Interview #2
5. Space Oddity
- david Bowie
6. Backstage Interview #3
7. Dear Friends
- queen
8. Heartbeat
- jobriath



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod