Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Danger Danger, Satan Jokers, The Darkness
- Membre : Roadhouse, Riverdogs, Dio
 

 Site Officiel (302)
 Chaîne Youtube (243)
 Soundcloud (209)

DEF LEPPARD - Def Leppard (2015)
Par JEFF KANJI le 30 Décembre 2015          Consultée 3259 fois

Joe Elliott l'admettait volontiers en interview il y a quelques années : le groupe n'était pas spécialement pressé de sortir un nouvel album après le très bon "Songs From The Sparkle Lounge". D'une part parce que ses membres n'en ressentaient pas forcément l'utilité (un simple EP avait été évoqué un temps) et que chacun était bien confortable dans ses petits projets annexes, d'autre part parce que les disques ne se vendent plus aussi bien et que ce que les fans attendent le plus ce n'est pas forcément un nouvel album mais plutôt des manifestations de type "Viva Hysteria!". Il faut compter aussi sur la maladie qui a frappé Vivian Campbell à deux reprises et ralenti les activités de DEF LEPPARD.

Mais bien à l'aise dans son studio de Dublin, Joe Elliott s'est retrouvé à écrire avec ses collègues un onzième opus aussi varié que son précédent et aux airs de synthèse d'une carrière. Je ne serais pas surpris d'ailleurs si le groupe s'en tenait à cet album éponyme. Si son titre est aussi simple, affichant en gros caractères le célèbre logo du Léopard Sourd, c'est justement parce qu'il n'a pas de direction précise ; c'est un florilège de compositions du cru sans lien entre elles qui nous est proposé. En revanche tout cela sonne DEF LEPPARD ! Pas de revirement stylistique à l'horizon, le groupe a dépassé ce genre de considérations depuis longtemps (heureusement d'ailleurs). Les trois nouveaux titres présentés sur "Mirrorball" sont à l'image de "Def Leppard". On alterne entre étincelles de grandeur et Rock FM un peu surproduit mais plaisant.

Mais commençons par le sujet qui fâche : l'auto-pompage ! Le single de cet album, "Let's Go" m'a vraiment fait tiquer avec son refrain assez cool mais plaisant, avec des chœurs toujours aussi impeccables mais aussi une pompe éhontée du riff de "Pour Some Sugar On Me"… Ce morceau met au jour les intentions de DEF LEPPARD : surtout bien soigner son public et éviter les prises de risques. C'est dans un sens un des gros défauts de "Def Leppard", tellement sage que ses morceaux les plus rentre-dedans, comme "Sea Of Love" demeurent inoffensifs.

Par contre, globalement c'est de la bonne came, même si elle ne respire pas assez la folie à mon goût. En cela "Def Leppard" rappelle un peu "Euphoria", sauf que l'opus 2015 est plus varié. Les membres ont l'occasion de pousser la chansonnette de concert sur le poppy "We Belong" réchappé de "X" ou pas loin ; une façon pour eux de communier et d'exacerber les liens unissant le LEP'. On y découvre notamment un Rick Savage particulièrement expressif. En outre on a toujours ce Glam Rock remis au goût du jour depuis "Yeah!" avec "Dangerous" bien dans l'esprit de "Songs From The Sparke Lounge". DEF LEPPARD se prend à nouveau pour QUEEN avec "Man Enough", mais plus "Another One Bites The Dust" que "We Are The Champions". Ce titre présente des similitudes avec "Slang". On peut continuer longtemps comme ça. Les membres du groupe n'ont pas menti sur la marchandise. Phil Collen a qualifié ce processus de libérateur et c'est bien ce que l'on ressent à l'écoute. DEF LEPPARD ne se prend pas la tête, fait bon usage de tous les éléments qui ont fait sa réputation sans suivre de réel schéma.

Globalement c'est tout de même le positif qui prend l'ascendant car l'album est, comme on y est habitué avec DEF LEPPARD, soigné dans ses moindres détails. On pourra toujours regretter que Joe Elliott ne tienne plus son éraillé légendaire dans les aigus, le temps ayant fait son œuvre. Mais la grande majorité des compositions est plaisante, et on ressortira volontiers cet album pour se remettre "All Time High" ou "Battle Of My Own" dans les cages à miel. Du bon boulot de la part des Anglais avec de bonnes mélodies instantanément mémorisables.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


QUEEN
A Day At The Races (1976)
Succès ON

(+ 1 kro-express)



QUEEN
A Night At The Opera (1975)
Is this the real life?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Rick Savage (basse, chœurs)
- Vivian Campbell (guitare, chœurs)
- Phil Collen (guitare, chœurs)
- Joe Elliott (chant, chœurs)
- Rick Allen (batterie, chant sur 4)


1. Let's Go
2. Dangerous
3. Man Enough
4. We Belong
5. Invincible
6. Sea Of Love
7. Energized
8. All Time High
9. Battle Of My Own
10. Broken 'n' Brokenhearted
11. Forever Young
12. Last Dance
13. Wings Of An Angel
14. Blind Faith



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod