Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD / HEAVY  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Badlands, Ratt, Rough Cutt, Harem Scarem
- Style + Membre : Ozzy Osbourne
 

 Site Officiel (5)

RED DRAGON CARTEL - Red Dragon Cartel (2014)
Par JEFF KANJI le 11 Septembre 2018          Consultée 552 fois

Jake E. Lee, le guitariste au talent précoce, d'origine galloise et japonaise, a vite montré des capacités à même de lui permettre de signer chez Shrapnel Records ! Après TEASER (nommé en hommage à Tommy Bolin), Jake rejoint RATT (qui s'appelle encore Mickey Ratt à l'époque) et certains de ses riffs prendront vie sous les doigts de Warren DeMartini sur "Out Of The Cellar" en 1984 après qu'il ait quitté un Stephen Pearcy bourré en permanence et un Robbin Crosby de plus en plus envahissant. Dans l'intervalle il aura rejoint ROUGH CUTT puis DIO (il se dit qu'on lui devrait le riff de "Don't Talk To Strangers" mais l'intéressé se souvient seulement d'avoir bossé sur "Holy Diver", en tout cas le seul morceau sur lequel ils ont travaillé qui a fini sur le premier opus de DIO) mais l'alchimie n'opérera pas. Mais l'aubaine viendra d'Ozzy Osbourne, en pleine dépression et qui recherche d'un nouveau souffle qui doit trouver un remplaçant permanent pour son groupe. En effet Brad Gillis aura bien dépanné mais il souhaite se concentrer sur son bébé NIGHT RANGER. Avec Jake E. Lee, Ozzy OSBOURNE continuera à rencontrer un grand succès avec "Bark At The Moon" et "The Ultimate Sin", auréolés des riffs dynamiques et parfois assez techniques du guitariste. Il parviendra sans trop de mal à rebondir avec BADLANDS avant de disparaître des radars au début des années 90, après escapades solo et projets sans lendemain, lassé de ce monde de requins, se reconvertissant comme technicien informatique, en amoureux de nouvelles technologies.

Quand on connaît le virtuose cela peut paraître surprenant voire incroyable, mais il arrêtera même de jouer de la guitare pendant de longues périodes, se consacrant à l'écriture par informatique… Et ne réapparaîtra réellement qu'en 2009 sur le "Dissonance" de ENUFF Z'NUFF. Puis c'est son acolyte Ronnie Mancuso qui le pousse à se remettre au boulot. C'est ainsi que naît RED DRAGON CARTEL, avec le titre "Feeder" qui permet à Jake de véritablement retrouver goût à la musique et une excitation qu'il n'avait pas ressentie depuis l'époque BADLANDS.

Cet éponyme de RED DRAGON CARTEL brasse une approche ancienne école mais traitée avec tous les moyens modernes disponibles. À la production on retrouve Kevin Churko qui s'est notamment fait un CV avec FIVE FINGER DEATH PUNCH. Donc ne vous attendez pas à une énième galette de guitar-hero sur le retour avec ce disque, il sonne incroyablement actuel, malgré son riffing parfois old school (quoiqu'on puisse être surpris, le riff de mammouth ouvrant "Big Mouth" date du milieu des nineties), le jeu de guitare de Jake n'a rien perdu de sa superbe et s'avère même très pertinent. On ressent bien sûr un sentiment vaguement nostalgique sur ces quelques riffs à la "Bark At The Moon" et le chant de D.J. Smith (on entendrait facilement un Ozzy plus rocailleux sur "War Machine" par exemple, très "The Ultimate Sin"). Pour autant, Jake ne s'est jamais mis en avant (il détestait le moment du solo de guitare à l'époque d'Ozzy) et a toujours préféré travailler au sein d'un groupe ; c'est d'ailleurs l'une des choses qu'il a recherché en rejoignant BADLANDS. C'est pourquoi nous parlons aujourd'hui de RED DRAGON CARTEL plutôt que de Jake E. LEE d'ailleurs.

Au départ même, il était question de faire appel à pas mal de gens pour poser les parties manquantes sur les compositions du disque, notamment les lignes de chant, avant que Jake ne recrute Darren James Smith (oui, oui, l'éminent HAREM SCAREM) par Internet : au taquet sur les nouvelles technologies le Jake ! Et on peut dire qu'il a conservé un sacré réseau, puisqu'on retrouve un quasi méconnaissable Paul Di'Anno sur "Wasted". Sa voix a beaucoup ramassé avec le temps et les abus du bonhomme, mais passée au papier de verre, elle se révèle toujours efficace, pour un des meilleurs titres de l'opus, avec "Feeder", porté par le chanteur de CHEAP TRICK, ou encore le bluesy "Redeem Me" porté par la juge de Canadian Idol Sass Jordan, à l'interprétation parfaite. D'une manière générale, la première partie de l'album est plus accrocheuse, ou en tout cas se révèle presque instantanément, la deuxième ayant davantage recours à des artifices sonores modernes et des patchworks de riffs parfois surprenants, passant de la syncope quasi MEGADETH-ienne de "Slave" (un de mes riffs préférés de l'album) au retour aux premières amours SABBATH-iennes sur "War Machine" (Jake a enregistré une bonne partie de l'album sur Gibson SG et même utilisé le fameux Laney Supergroup typique du SABB' en complément de ses Marshall et EVH, et c'est assez flagrant ici). Jake mélange aussi habilement une approche Rock Bluesy à des riffs en béton sur "Redeem Me".

"Red Dragon Cartel" raconte l'histoire d'un guitar-hero authentique, dont le jeu à la fois puissant et mélodique mérite d'être étudié par les jeunes aspirants, et qui nous livre en conclusion une composition instrumentale au piano, l'une de ses premières, écrite à douze ans, alors que ses études de piano classique commençaient à l'ennuyer depuis sa rencontre télévisuelle avec le "Purple Haze" de Jimi Hendrix. Pas de tricherie ici, Jake préservant une certaine fraîcheur dans son jeu, quitte à laisser passer quelques accrocs qui contribuent à le rendre aussi vivant tout au long de "Red Dragon Cartel". Un bien bel album, à la fois inattendu et particulièrement réussi, vivement le prochain !

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


The DARKNESS
Live At Hammersmith (2018)
Ils ont brûlé dix personnes au 1er rang !




QUEEN
The Works (1984)
Back In The Saddle!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jake E. Lee (guitare)
- Ronnie Mancuso (basse)
- Darren James Smith (chant)
- Jonas Fairley (batterie)
- -
- Robin Zander (chant sur 3)
- Paul Di'anno (chant sur 5)
- Maria Brink (chant sur 7)
- Sass Jordan (chant sur 9)
- + Pas Mal D'invités


1. Deceived
2. Shout It Out
3. Feeder
4. Fall From The Sky (seagull)
5. Wasted
6. Slave
7. Big Mouth
8. War Machine
9. Redeem Me
10. Extreme Tenderness (instrumental)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod