Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 On Through The Night
1982 High'n''dry
1983 Pyromania
1987 Hysteria
1992 Adrenalize
1996 Slang
2015 Def Leppard
 

- Style : Bon Jovi, Danger Danger, Satan Jokers, The Darkness , Grand Design
- Membre : Roadhouse, Riverdogs, Dio
 

 Site Officiel (385)
 Chaîne Youtube (392)
 Soundcloud (300)

DEF LEPPARD - Leppardmania (2001)
Par JEFF KANJI le 14 Janvier 2019          Consultée 848 fois

Qu'est devenu DEF LEPPARD en 2000, ce fer de lance d'une Pop Metal ultra calibrée où gros son rime avec ondes radio, où Rock'N'Roll rime avec sucrerie ? Comme pas mal d'artistes maudits pour avoir trouvé la recette imparable, DEF LEPPARD a essayé de se réinventer au milieu des années 90, durcissant le ton et amenant plus d'éléments organiques dans sa marmite. Hélas le groupe s'est vertement fait rappeler à l'ordre, amorçant un déclin rapide et inexorable. "Euphoria" est un aveu d'échec complet, et encore, on ne sait pas encore en ce début de millénaire qu'il va revenir éreinté avec un "X" indigent.

Le moment était donc idéal pour que Tracii Guns s'acoquine avec une bande de copains issus du Sunset Strip afin de proposer un premier Tribute officiel à ce géant qui a tant œuvré pour la cause FM. Le Hair Metal semble appartenir à une génération déjà envolée (ou enterrée par l'essor des mouvances alternatives), et ses héros de jadis ont disparu des radars. Et c'est en partie ce qui va rendre "Leppardmania" particulièrement délectable. Nous avons ici le gratin : un all-star band composé de Tracii (L.A. GUNS), Randy Castillo (alors en poste chez le CRÜE, mais sans John Corabi, qui se distingue sur le "Wasted" d'ouverture), Jerry Dixon et Eric Turner (WARRANT). Et ça c'est juste pour la musique, car avec douze titres pour autant de vocalistes emblématiques comme Jani Lane, Kevin Dubrow ou encore Kelly Hansen (qui n'a pas encore redonné son lustre à FOREIGNER).

L'autre élément alléchant est le choix raisonnable et raisonné de ne piocher que dans les trois premiers albums de DEF LEPPARD. Cela peut représenter dans l'absolu une déception, puisque la carrière de la formation anglaise est bien loin de se résumer à "On Through The Night", "High N' Dry" et "Pyromania". Mais les forces en présence auraient-elles pu se frotter à la musique surproduite pratiquée sur "Hysteria" et consorts ? Pas sûr... Et d'ailleurs on s'en rend bien compte sur "Bringin' On The Heartbreak", où Phil Lewis (L.A. GUNS) est assez loin de la majesté nécessaire des voix combinées de Rick Savage, Steve Clark et Joe Elliott.

Donc "Leppardmania" est un pur concentré de Hard Rock avec la patte bluesy des formations US (membres de ROUGH CUTT, KIX, QUIET RIOT, WARRANT, LOVE/HATE, ou encore WARRIOR SOUL) exécuté avec feeling, dynamisme et énergie. Et le talent de DEF LEPPARD apparaît au grand jour ; ces chansons sont accessibles et les Ricains en proposent des relectures très souvent fidèles mais jamais copiées. D'ailleurs en cherchant à trop se démarquer, Kevin Dubrow et son DJ font selon moi complètement fausse route sur "Rock! Rock! (Till You Drop)". Je préfère largement cette espèce de cohésion créée par le fait que le même groupe joue sur tous les morceaux et qu'il se dégage de chacune des interprétations quelque chose d'authentique, de vrai en somme.

Pour autant, l'aspect à ne pas oublier de ce courant Hair Metal, c'est la tendance à la standardisation généralisée. Et je dois avouer qu'à l'aveugle j'aurais sans aucun doute énormément de mal à distinguer Stevie Rachelle (TUFF) de Steve Whiteman (KIX), seules les voix bien caractéristiques de Dubrow, Lane, Hansen et surtout Clarke parvenant à se démarquer. Par ailleurs "You Got Me Runnin'" est la plus grande surprise de cette liste de morceaux, et le vocaliste de WARRIOR SOUL lui donne une urgence en clair-obscur tout à fait pertinente.

"Leppardmania" remplit donc son contrat avec une interprétation réussie. Et ce qui achève de le rendre indispensable, c'est cette palanquée de tubes repris avec toute la fougue nécessaire et le sens de la nuance bien mâle, nécessaire pour donner sa pleine dimension à "Too Late For Love" ou "Photograph", livré pour ce dernier dans une version que je préfèrerais presque à l'originale, montrant encore une fois à quel point Jani Lane aura gâché son talent au prix de sa vie et de sa carrière. Ce qui me fait de la peine quelque part, c'est qu'au moment d'écrire ces lignes, Kevin Dubrow et Jani Lane nous aient quitté, appliquant quasi à la lettre le "Live fast/Die young".

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


AEROSMITH
Greatest Hits (1980)
Parfait résumé de la première période




QUEEN
Rock Montreal [2007] (1981)
Imax fever


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   HARDMAN

 
   (2 chroniques)



- John Corabi (chant sur 1)
- Joe Lesté (chant sur 2)
- Jani Lane (chant sur 3)
- Kevin Dubrow (chant sur 4)
- Stevie Rachelle (chant sur 5)
- Steve Whiteman (chant sur 6)
- Kelly Hansen (chant sur 7)
- Phil Lewis (chant sur 8)
- Jason Mcmaster (chant sur 9)
- Jizzy Pearl (chant sur 10)
- Kory Clarke (chant sur 11)
- Paul Shortino (chant sur 12)
- Jerry Dixon (basse)
- Randy Castillo (batterie)
- Tracii Guns (guitare lead)
- Eric Turner (guitare rythmique)


1. Wasted
2. Rock Brigade
3. Photograph
4. Rock, Rock
5. Too Late For Love
6. Foolin
7. Rock Of Ages
8. Bringin' On The Heartbreak
9. Let It Go
10. High & Dry
11. You Got Me Running
12. On Through The Night



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod