Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED METAL  |  STUDIO

Commentaires (30)
Questions / Réponses (5 / 36)
Metalhit
Lexique speed metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Edguy, Chroming Rose, Armory, Ape, Iron Savior, Primal Fear, Heavens Gate, Manigance, Hibria, Soulhealer, Insania, Metalium, The Storyteller , Heavenly, Montany, Scanner, Zonata, Shockmachine, Steel Attack
- Membre : Rawhead Rexx, The German Panzer , Andi Deris , Pink Cream 69, Michael Kiske , Roland Grapow , Beautiful Sin, Unisonic, Symfonia, Place Vendome, Masterplan
- Style + Membre : Gamma Ray, Serious Black
 

 Site Officiel D'helloween (1631)
 Myspace (527)
 Chaîne Youtube (473)

HELLOWEEN - Walls Of Jericho (1985)
Par POSSOPO le 30 Décembre 2006          Consultée 17111 fois

Alors ? "Walls Of Jericho" ou le double "Keeper Of The Seven Keys" ? Chaque disque comporte ses fans aux arguments si rapides à décortiquer. True black ou Dani Filth ? Les beautés champêtres de I Télé ou les présentatrices très soignées de LCI ?
"Walls Of Jericho" sent l'Actimel et les éjaculations précoces, il ne se lave pas tous les jours, il saute dans tous les coins en hurlant des insanités. "Keeper Of The Seven Keys" se met du Sanex sous les bras, a les moyens de s'acheter des vêtements de marque et une jolie montre, il ne prend plus le métro, il se déplace en voiture à enjoliveurs chromés.
Voilà, "Walls Of Jericho est incroyablement brouillon alors que "Keeper Of The Seven Keys" respecte la partition à merveille. "Walls Of Jericho" est atrocement produit lorsque "Keeper Of The Seven Keys" respire le luxe sonore. "Walls Of Jericho" conserve la mauvaise habitude, prise sur l'EP "Helloween", des excès de vitesse perpétuels tandis que "Keeper Of The Seven Keys" ralentit prudemment le tempo sur la moitié des compositions.

Alors ? "Walls Of Jericho" ou "Helloween" premier du nom ? Chaque disque comporte…Non, pas vraiment puisque les deux ne sont finalement qu'un, Noise ayant très tôt décidé de les fusionner. Et les différences entre les deux demi galettes sont peu apparentes. S'il fallait en retenir une seule, il suffirait de dire que sur "Walls Of Jericho", HELLOWEEN s'est acheté un clavier avec des sons dedans et que quand on appuie dessus, les sons, ils sortent du dedans pour aller dans le dehors et que comme ça, on les entend parce que, s'ils restaient dans le dedans, on n'entendrait vraiment pas grand-chose ou alors, ça serait quand même super étouffé avec le plastique qui empêche les sons de sortir du dedans pour aller dans le dehors. Mais ça, HELLOWEEN ne le dit pas. Non, puisque "Walls Of Jericho", c'est Ingo Schwichtenberg à la batterie, Markus Großkopf à la basse, Michael Weikath à la guitare et Kai Hansen toujours à la guitare (mais pas la même sinon, ça fait plus cirque que rock) et au micro. Mais en tendant l'oreille un minimum, on entend bien à de nombreux moments ces nappes de synthés présentes afin de donner du volume aux cheveux des musiciens (on nage à l'époque en pleine mode de la permanente masculine) mais surtout aux morceaux. Quelques recherches me font penser que derrière le piano plastique se cache Harris Johns, producteur du disque comme des deux parties de "Keeper Of The Seven Keys". Donner du volume, s'écarter très progressivement du thrash mélodique des débuts et se rapprocher de la future esthétique grandiloquente des deux albums suivants.

Revenons au premier paragraphe pour dire qu'il n'est pas concevable de mettre d'accord les deux partis. Pour dire également que les exemples trouvés pour étoffer la comparaison ne collent pas. Car je préfère évidemment le true black à de la merde, que les débats s'équilibrent entre chaînes infos et que je trouve "Keeper Of The Seven Keys", et plus précisément le premier volume supérieur à "Walls Of Jericho". Non pas supérieur du fait de l'immaturité du dernier, celle-ci lui va bien (et Kai Hansen n'est même pas aussi jeune qu'on pourrait le penser). C'est même la trop grande maturité du deuxième volume de l'aventure des sept clés qui le rend légèrement surfait et excessif. Supérieur par sa variété. Le premier album de Kai and co pulse encore très fort et malgré le clavier dont j'ai parlé plus haut, le risque d'attaque cardiaque reste présent. Et plus encore, le bât blesse atrocement au niveau sonore. Le sale ne sied pas à tous et ne fait ici que souligner le sentiment général d'approximation. Et puis, certains titres sont un peu lourds ("Gorgar" pour n'en citer qu'un et en dépit de son caractère humoristique…)…Hmm, et encore.

Allez, j'arrête là. Je parviens déjà péniblement à me convaincre moi-même et j'en termine par l'essentiel : si la saga des clés convient difficilement au jeune en quête d'identité, qui sera trop vite raillé par ses camarades une fois qu'ils auront entendu cette espèce de variétoche mutante à la rythmique lourdingue, "Walls Of Jericho", associé ou non à son prédécesseur, revêt une armure anti-railleries, on dirait de la musique de "presque" durs. A quatorze ans, on ne demande pas plus que ça et ce sont bien eux qu'il faut ici convaincre, les autres connaissent déjà le sujet.

A lire aussi en SPEED METAL :


ADX
La Terreur (1986)
Une perle de speed metal mélodique à l'ancienne




KILLERS
Mauvaises Graines (2000)
Speed metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   AAARGH
   DARK BEAGLE
   JEFF KANJI

 
   (4 chroniques)



- Kai Hansen (chant,guitare)
- Michael Weikath (guitare)
- Markus Grosskopf (basse)
- Ingo Schwichtenberg (batterie)


1. Walls Of Jericho
2. Ride The Sky
3. Reptile
4. Guardians
5. Phantoms Of Death
6. Metal Invaders
7. Gorgar
8. Heavy Metal (is The Law)
9. How Many Tears



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod