Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  SINGLE

Commentaires (1)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style : Edguy, Chroming Rose, Armory, Ape, Iron Savior, Primal Fear, Heavens Gate, Manigance, Hibria, Soulhealer, Insania, Metalium, The Storyteller , Heavenly, Montany, Scanner, Zonata, Shockmachine, Steel Attack
- Membre : Rawhead Rexx, The German Panzer , Andi Deris , Pink Cream 69, Michael Kiske , Roland Grapow , Beautiful Sin, Unisonic, Symfonia, Place Vendome, Masterplan
- Style + Membre : Gamma Ray, Serious Black
 

 Site Officiel D'helloween (1659)
 Myspace (553)
 Chaîne Youtube (511)

HELLOWEEN - Mrs. God (2005)
Par JULIEN le 11 Septembre 2005          Consultée 5922 fois

HELLOWEEN n’est-il pas en train de jouer un jeu dangereux ? Le démiurge du Speed Metal mélodique, qu’il inventa dans les 80’s avec son double album « Keeper Of The Seven Keys » (« Walls Of Jericho » sonnant davantage comme une contraction entre le Thrash à la METALLICA et une esquisse mélodique de ce que le groupe proposerait très vite), a réussi à survivre de fort belle façon à l’érosion du temps, sans vergogne pour les idoles d’antan, quand bien même le succès commercial serait-il au rendez-vous. En enquillant des albums excellents (« Time Of The Oath », « Better Than Raw », « Rabbits Don’t Come Easy, « Master Of The Rings » à degré moindre), tout en ré-affirmant sa domination sur la planète Speed Metal par le truchement d’un enregistrement savamment marginal (« The Dark Ride »), et en toisant les suiveurs du haut de compositions audacieuses auxquelles peu auraient même songé, engoncé dans leurs convenances ("Nothing To Say" sur « Rabbit Don’t Come Easy », "Time" et "LAUDATE DOMINUM" sur « Better Than Raw », "The Departed (Sun Is Going Down)" ou "Mirror Mirror" pour "The Dark Ride", "A Million To One" et "Mission Motherland" sur « The Time Of The Oath », et j’en passe !), HELLOWEEN a toujours su maintenir son statut de groupe culte. Et il en a administré, des copieuses fessées, aux émules maladroits dans la rencontre entre culte Speed et nécessaire souci d’évolution, sauf à verser dans la caricature immobiliste ! Quelle est donc la motivation d’un groupe qui, au lieu de poursuivre vaillamment sa route, choisit de brasser le passé en ressuscitant l’intitulé de sa fameuse doublette discographique ?

« Mrs God » est en effet le nouveau single d’un album à venir en cette fin d’année, et qui portera le nom « Keepers Of The Seven Keys – The Legacy »... groupe cherchant à capitaliser sur un passé glorieux ? Confiance turgescente en sa capacité à saper les vélléités patricides des jeunes loups galopant à ses trousses ? Besoin de restaurer quelque chose d’une exégèse métallique, appelant les fils à honorer le père, comme pourrait le suggérer le titre de l'album ? Facétie périlleuse d’un groupe qui n’en sera pas à son coup d’essai dans le genre ? Ou, poétiquement, promesse d’une inspiration hissée jusqu’au faîte du genre, le groupe étant dardé par la grâce ? Mais il est une chose certaine : A épousseter le passé pour venir s’en draper avec assurance, HELLOWEEN élève son ambition parallèlement à l’espoir de fans cramponnés à la passion de deux albums magiques et séminaux... et il lui sera difficilement pardonné d’égratigner le culte des sept clés par l’enfantement d’un rejetton indigent et contrefait, voire même simplement décevant. Et quand la touche play cède sous nos doigts, nous donnant accès à trois nouvelles compositions du groupe, c’est donc une force de poussée tressautant d’un enjeu lourd qui chemine dans nos connections nerveuses.

Et surgit alors le morceau "Mrs. God", le single tant attendu (et dont vous pourrez découvrir le clip en vous procurant le single)... single adopté dès sa première représentation : loin d’être un carton Speed classique, "Mrs God" est un mid-tempo de presque trois minutes au relief vallonné, exposant un rythme basse-batterie-claviers en nappes discrètes entraînantes, harcelé par un motif de guitare mutin évoquant la ligne de clavier introductive de "Mr Torture" qui prendrait son temps("The Dark Ride"), frayant un chemin à un refrain catchy au possible, et salué par un passage instrumental original, avec son solo guitare-claviers jumelé façon Prog tranquille, et petite oeillade de la basse pour boucler le tout... aguicheur au possible, avec le rehaussé d’un trait subtilement expérimental, ce single est agréable, même si la pauvreté de sa structure le prédispose quelque peu à l'expression d'une certaine lassitude ! S’ensuivent alors deux morceaux, dont l’inédit "Run (The Name Of Your Enemy)", la quasi quart d'heure épique de "King For A 1000 Years" étant voué à apparaître sur « Keeper Of The Seven Keys - The Legacy ». "Run (The Name Of Your Enemy)" est un sympathique titre Speed classique, avec un refrain mémorisable (et malheureusement un peu trop sollicité), égayé de deux ou trois petites touches plus inattendues. Un inédit très correct donc. Quant à la pièce majeure du single, à savoir "King For a 1000 Years", que dire, sinon qu'il exploite l'expérience d'HELLOWEEN quant à ce type d'exercice, quand bien même le groupe n'aura plus proposé de composition aussi copieuse depuis justement les deux albums pré-cités ? Le morceau foisonne de changements de rythme, enchaîne avec pertinence intro en crescendo, accélérations, accalmies avec une présence moins discrète des claviers, tempos appuyés et choeurs féminins, tout en nous ciselant un beau refrain aérien. Mais les écoutes de la chose ont beau se succéder, et le groupe se démener, je ne retrouve pas cette magie enveloppant les deux pièces épiques des "Keepers Of The Seven Keys", et j'en viens même à tiquer ici ou là, comme sur quelques choeurs ressemblant furieusement à ceux du HEAVENLY de "Coming From The Sky".

Ce single, mariant le classique et le plus inattendu, laisse donc planer le mystère sur la teneur de « Keeper Of The Seven Keys – The Legacy »... et l’attente n’en sera que plus excitante, même si pincée par le tiraillement d’une angoisse, le groupe ne m'impressionnant guère ici : et si HELLOWEEN se plantait ? Et si l’album n’était qu’un album de plus pour le groupe ? Et si... bah, nous aurons bientôt nos réponses. A ce titre, ce single s’éprend plus spécifiquement comme une invitation à phosphorer, non comme un apéritif des plus attractifs. Trop peu de matériel inédit à se caler dans les esgourdes pour ça, ce qui constitue malheureusement une norme désormais.

NOTE : ce single est sorti depuis plus d'un mois en Asie du sud Est, avec un contenu différent, puisque "King For A 1000 Years" n'y apparaît pas, remplacé par un extrait de l'album à venir, à savoir "My Life For One More Day". Il s'agit d'une composition speed vraiment typique d'HELLOWEEN, pas démesurément inspirée, et sonnant comme une sorte de couture entre différents morceaux déjà connus du groupe, accommodant un riff et quelques enchainements rythmiques à la "Listen To The Flies" ("Rabbit Don't Come Easy") à un refrain piquant certaines intonations à "Salvation" ("The Dark Ride"). Espérons que le reste de l'album fasse preuve d'une audace autre !

A lire aussi en POWER METAL par JULIEN :


EDGUY
Superheroes (2005)
Nouveau single et cinq vrais inédits: excellent ep

(+ 2 kros-express)



SONATA ARCTICA
Ecliptica (1999)
Frais et addictif... Du très grand speed mélodique

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Andi Deris (chant)
- Michael Weikath (guitare)
- Sascha Gerstner (guitare)
- Markus Großkopf (basse)
- Dani Loeble (batterie)


1. Mrs. God
2. King For A 1000 Years
3. Run (the Name Of Your Enemy)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod