Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  LIVE

Commentaires (12)
Questions / Réponses (1 / 5)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Edguy, Chroming Rose, Armory, Ape, Iron Savior, Primal Fear, Heavens Gate, Manigance, Hibria, Soulhealer, Shockmachine, Insania, Metalium, Heavenly, Montany, Scanner, Zonata, Steel Attack, Lovebites, The Storyteller
- Membre : Andi Deris , Rawhead Rexx, The German Panzer , Pink Cream 69, Michael Kiske , Roland Grapow , Beautiful Sin, Unisonic, Symfonia, Masterplan, Place Vendome
- Style + Membre : Gamma Ray, Serious Black
 

 Site Officiel D'helloween (1840)
 Myspace (722)
 Chaîne Youtube (690)

HELLOWEEN - United Alive In Madrid (2019)
Par JEFF KANJI le 21 Octobre 2019          Consultée 2676 fois

Je suis tombé dans le Metal par le True Metal au début des années 2000, après une courte éducation via DEEP PURPLE, LED ZEPPELIN, QUEEN et METALLICA. J'ai donc connu une époque où deux entités allemandes se tiraient la bourre en tête du classement, rarement bousculées, si ce n'est par un BLIND GUARDIAN de plus en plus impérial au fur et à mesure que ses sorties s'enchaînent. J'ai notamment un souvenir ambivalent de ma rencontre avec HELLOWEEN via le "High Live" et surtout "The Time Of The Oath" qu'on trouvait à pas cher chez les disquaires. Ça c'était par mes propres moyens, et c'était une époque où je n'étais pas encore prêt pour les mélodies multi-facettes d'Andi Deris. Et puis de l'autre côté, grâce à mes potes, qui avaient commencé le défrichage de cet univers avec "Angels Cry" ou "Symphony Of Enchanted Lands", j'ai pour la première fois de ma vie écouté cette tuerie qu'est "Valley Of The Kings" de GAMMA RAY.

J'ai découvert par la suite cette fameuse épopée vers laquelle les amateurs de Heavy se tournaient, y voyant les tables de la loi du genre : et là Michael Kiske révélait un talent insolent du haut de ses dix-huit ans, et surprise, le leader, chanteur et guitariste de GAMMA RAY faisait partie du line-up… On ne va pas refaire une nouvelle fois l'historique mais au vu des conditions difficiles traversées par HELLOWEEN à la fin des années 80 et dans la première moitié des nineties, il était inconcevable d'imaginer un jour revoir le HELLOWEEN classique sur les planches, possibilité entérinée par le suicide d'Ingo Schwichtenberg. Les traumatismes sont restés longtemps vifs, que ce soit du côté de Michael Kiske, toujours meurtri alors qu'il essayait de donner vie à ses compositions en solo, ou encore de Michael Weikath, passablement remonté contre Kai Hansen et son ancien chanteur. Kai Hansen, parlons-en : le grand-père du Metal Mélodique comme on l'a autrefois appelé, a par sa bonhommie, sa décontraction et son ouverture d'esprit, toujours fédéré, d'autant qu'il est celui qui a su conserver ou tisser des liens de camaraderie avec la plupart de ses congénères de la scène hambourgeoise, notamment Andi Deris, le leader naturel qui s'est imposé quasi dès son arrivée sur "Master Of The Rings". Kai, tout le monde l'aime, au point que Michael Kiske sera apparu sur un album de GAMMA RAY (puis un second en 2010) et qu'il aura même réussi à lui faire remonter son premier groupe foncièrement Metal en rejoignant UNISONIC. Entre temps, notamment au travers d'un entretien en face à face entre Kai et Weiki, relaté à l'époque par Rock Hard qui avait alors fait un super boulot, beaucoup de plaies ont enfin été pansées, et HELLOWEEN a, pour la première fois depuis le schisme, tourné en compagnie de GAMMA RAY au cours du Hellish Rock.

Des concerts avec AVANTASIA, UNISONIC et HELLOWEEN, et un autre Hellish Rock plus tard, ce qui pouvait arriver, et ce à quoi Kai Hansen aspirait depuis un moment finit par se concrétiser pour 2017 : HELLOWEEN accueille à nouveau dans ses rangs les deux protagonistes les plus mythiques à l'avoir quitté. Cela tombe à un moment où les deux formations chacune de leur côté peinent à retarder une crise d'inspiration et les sept loustics sont disposés à se retrouver et travailler ensemble. Et aux dires des uns et des autres, même si cela a demandé beaucoup de travail, l'équilibre a été rapidement trouvé, chacun se répartissant le travail. Un coup de chapeau en particulier à Sascha Gerstner qui a pris sur lui de répartir les parties de guitares entre lui, Kai et Weiki. On peut ajouter aussi que c'est l'une des premières fois où je vois ce genre d'entreprise de réunion prendre cette direction.

En effet, très rapidement, le collectif a sorti un nouveau titre, le premier réalisé dans cette configuration "Pumpkins United" qui a donné son nom à la tournée plus que réussie de ce projet. Et surtout, les trois époques d'HELLOWEEN se rencontrent, Michi chantant des morceaux écrits par Andi et inversement, aidés par Kai (même si sa voix a hélas pris cher), ce même Kai qui a appris une part non négligeable de titres écrits après son départ. J'avais notamment assez longtemps rêvé de le voir jouer un "Power" ou un "Perfect Gentleman" dont il lance les premières notes. HELLOWEEN a muté pour devenir une hydre à sept têtes qui embrasse toute son histoire (même "Pink Bubbles Go Ape" a droit à son extrait) et les partages vocaux sont particulièrement réussis et semblent assez organiques, la plus grande réussite du genre étant sans doute "How Many Tears", même si "March Of Time" ou "Halloween" (qui pose le cadre à merveille du départ) mériteraient le titre tout autant. Concernant l'exécution, l'enregistrement choisi pour "United Alive", constitué du show donné à Madrid, et les quelques bonus supplémentaires proposés sur le troisième CD permettent de compléter la fête. Car le groupe ne s'est pas tenu à la même setlist depuis deux ans et demi, variant régulièrement certains morceaux, et perfectionnant son ordre de soir à soir.

Nul besoin de revenir en détail sur les morceaux, connus de tous, et parfaitement enchaînés avec à la fois une exécution carrée qui sait tout de même rester Rock'N'Roll (notamment sur ses soli, grosse influence de Kai à ce niveau), et une envie de partager tout ça avec le public qui fait sacrément plaisir ; quand "Rise And Fall" précède "Waiting For The Thunder" puis "Perfect Gentleman" puis le medley d'extraits du premier album, on peut raisonnablement se dire que le groupe a réussi quelque chose de fort avec cette réunion. Vous aurez dès lors compris que le blockbuster de cette rentrée est une acquisition obligatoire, servie par un casting impeccable, chevronné et talentueux, et habilement mis en scène et en musique.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


POWERWOLF
The Sacrament Of Sin (2018)
Enfin POWERWOLF arrête le sur-place

(+ 1 kro-express)



HIBRIA
Hibria (2015)
La mue s'est achevée


Marquez et partagez






 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Andi Deris (chant)
- Michael Kiske (chant)
- Kai Hansen (guitare, chant)
- Michael Weikath (guitare)
- Sascha Gerstner (guitare, chœurs)
- Markus Grosskopf (basse)
- Dani Löble (batterie)


1. Halloween
2. Dr Stein
3. I'm Alive
4. If I Could Fly
5. Are You Metal?
6. Rise And Fall
7. Waiting For The Thunder
8. Perfect Gentleman
9. Kai's Medley
- Starlight
- Ride The Sky
- Judas
- Heavy Metal (is The Law)
10. Forever And One
11. A Tale That Wasn't Right

1. I Can
2. Livin' Ain't No Crime/a Little Time
3. Sole Survivor
4. Power
5. How Many Tears
6. Invitation/eagle Fly Free
7. Keeper Of The Seven Keys
8. Future World
9. I Want Out

- Bonus Tracks
1. March Of Time
2. Kids Of The Century
3. Why?
4. Pumpkins United



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod