Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED MÉLODIQUE  |  LIVE

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 7)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Edguy, Chroming Rose, Armory, Ape, Iron Savior, Primal Fear, Heavens Gate, Manigance, Hibria, Soulhealer, Insania, Metalium, The Storyteller , Heavenly, Montany, Scanner, Zonata, Shockmachine, Steel Attack
- Membre : Rawhead Rexx, The German Panzer , Andi Deris , Pink Cream 69, Michael Kiske , Roland Grapow , Beautiful Sin, Unisonic, Symfonia, Place Vendome, Masterplan
- Style + Membre : Gamma Ray, Serious Black
 

 Site Officiel D'helloween (1631)
 Myspace (527)
 Chaîne Youtube (473)

HELLOWEEN - Live In The Uk (1989)
Par POSSOPO le 14 Mars 2007          Consultée 7727 fois

Live In The UK. Certes !
Mais sans entrer dans un débat politique qui n'a pas grand-chose à faire ici, il faut prévenir l'auditeur que cet enregistrement, et l'assemblée nous le fait comprendre en répondant à l'introduction aussi balourde que sympathique de Mickael Kiske, n'a lieu ni à Londres, ni à Birmingham, ni dans aucune ville d'Angleterre, mais dans la colonie du nord, la lointaine et barbare Ecosse. Cela ne change rien à l'intérêt du disque, je vous le concède bien volontiers. Passons à la substantifique moelle.

Une chronique de live doit répondre à des critères relativement précis, toujours les mêmes. Pourquoi y couper ?

Quelle bonne idée que ce choix de la date d'enregistrement. Prémonition maligne, HELLOWEEN se doutait peut-être que le prochain album studio, Pink Bubbles Go Ape n'allait pas autant remuer les foules que le diptyque des clés ni même que le colossal Walls Of Jericho. Pour la majorité des fans, ce choix est donc simplement parfait. De plus, avec déjà trois albums et un EP à leur actif, les buveurs de bière de Hamburg ont de quoi remplir la galette. Ni trop tôt, ni trop tard, le timing fait état d'excellence.

La setlist, apparemment coupée par rapport au concert pour un problème assez commun de mauvaise qualité sonore, ne fait pas dans la boursouflure. Quelques-uns pourraient même trouver ça trop court, moi pas franchement. Les 50 minutes se dégustent et je préfère toujours rester sur ma faim que terminer tête au fond de la lunette à vomir un repas indigeste. L'éponyme Helloween a été oublié, Walls Of Jericho un peu laissé pour compte, on se contentera de ce qui nous est offert.

Le mixage respecte le public, les instruments, le chanteur et le dernier larron sans qui un concert de HELLOWEEN ne serait pas vraiment un concert de HELLOWEEN, la foire. On peut trouver l'humour du quintette pesant, voire complètement débile (honnêtement, c'est une véritable catastrophe), on ne saurait pourtant aimer totalement le groupe sans l'accepter, et même l'apprécier dans son contexte (extirpé de celui-ci, cela relèverait tout de même d'une faute de goût majeure), y voir l'accent final d'une personnalité plus qu'originale dans le monde du metal, d'un caractère unique. Le volubile Mickael Kiske s'amuse, le public s'amuse, les instrumentistes s'amusent, l'auditeur dans son fauteuil (qu'il aura tôt fait de quitter, je l'espère) s'amuse. Singer Elvis Presley et son basketballistique "All Shook Up" en plein milieu de "Future World" (et au beau milieu d'autres pitreries, le morceau servant de défouloir ultime) n'est pas à proprement parler drôle, c'est plutôt grotesque. D'autres interventions ne dépassent pas la finesse de vidéo gag. Seulement, HELLOWEEN sait y faire et propose à son auditoire de devenir, le temps de ce disque, aussi plouc que lui. Et l'auditoire serait bien bête de refuser l'invitation et de garder ses distances avec un fond d'orgueil bien incommodant.

Il y a donc une ambiance sur ce disque, c'est là son plus et un plus magistral qui le fait figurer parmi les grands enregistrements publics de l'histoire. Ce CD n'est pas que le rendu plastique d'un orchestre en train de jouer sa partition, il constitue une quasi-représentation théâtrale (plus proche du petit théâtre de Bouvard que de la Comédie Française). Ce soir-là, quelques Ecossais ont passé une bien belle soirée, le relais vers l'auditeur d'aujourd'hui devrait pouvoir se transmettre sans problème.

A lire aussi en POWER METAL par POSSOPO :


ANGRA
Holy Land (1996)
Speed mÉlodique

(+ 1 kro-express)



HELLOWEEN
Keeper Of The Seven Keys Part 2 (1988)
Speed mÉlodique

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Michael Kiske (chant)
- Kai Hansen (guitare)
- Michael Weikath (guitare)
- Markus Grosskopf (basse)
- Ingo Schwichtenberg (batterie)


1. A Little Time
2. Dr Stein
3. Future World
4. Rise And Fall
5. We Got The Right
6. I Want Out
7. How Many Tears



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod