Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (23)
Questions / Réponses (3 / 10)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Slade, Poison, Star Rats, Sweet
- Membre : Vinnie Vincent Invasion , Alice Cooper, Black Country Communion
- Style + Membre : Ace Frehley
 

 Site Officiel (2277)
 Myspace (885)

KISS - Kiss (1974)
Par DARK BEAGLE le 3 Mai 2018          Consultée 277 fois

Avec ce premier album, KISS va esquisser ce qui sera son style durant une bonne partie des années 70. Parce que KISS, ce n’est pas que les paillettes et le maquillage, c’est avant tout de l’entertainment et du Rock’N’Roll. Ce qui est souvent un excellent résumé de ce que devrait être la musique qui nous plaît en règle générale.

Sur ce premier opus, il est difficile de parler réellement d’originalité. Soyons francs, pour se démarquer, KISS a usé et abusé du maquillage, quitte à se donner de nouvelles personnalités. Ainsi, Gene Simmons devient le Démon, Paul Stanley Starchild, Ace Frehley The Spaceman et Peter Criss, le Félin. Le fait qu’ils soient trois à se partager le chant n’est pas non plus quelque chose d’entièrement neuf, de nombreuses formations l’ont fait par le passé, dont les BEATLES pour ne citer qu’eux (et ça tombe bien, ils figurent en bonne place dans les influences du groupe).

Alors qu’est ce qui rend ce disque différent des autres ? Pas grand-chose à vrai dire. On retrouve un fond assez européen dans l’idée, avec une approche Rock’N’Roll qui n’est pas sans rappeler SLADE, de façon plus Heavy toutefois. Mais face à la subtilité d’un AEROSMITH, à l’ésotérisme d’un BLUE ÖYSTER CULT ou au morbide d’un ALICE COOPER, KISS reste quand même très classique dans les idées, et surtout, ils ont une tendance à recycler leurs riffs, à en faire des gimmicks.

Après, on ne peut nier le sens du refrain qui fonctionne instantanément, ni même la spontanéité qui se dégage de ce premier album éponyme. Les "Strutter", "Firehouse", "Cold Gin", "Deuce" ou "Black Diamond" fonctionnent très bien et justifient à eux seuls l’achat de l’album, le reste s’avère grosso modo dans la même veine que les titres cités. Ils n’apportent rien de plus, ils ne sont pas non plus mauvais, mais difficile pour eux de se faire une belle place.

Alors non, ce premier album n’est pas un chef d’œuvre. Il est juste une bonne mise en jambes afin de mettre en perspective une carrière longue, riche et au final, variée. Le point de départ finalement assez idéal pour appréhender un des groupes les plus populaires du genre, mais certainement l’un des plus surestimés également.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


INGLORIOUS
Inglorious (2016)
Revival '70 à peau de serpent blanc




URIAH HEEP
Look At Yourself (1971)
Miroir, mon beau miroir...


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   ALANKAZAME
   DARK BEAGLE

 
   (3 chroniques)



- Paul Stanley (chant, guitare)
- Gene Simmons (chant, basse)
- Ace Frehley (guitare, chant)
- Peter Criss (batterie, chant)


1. Strutter
2. Nothin' To Lose
3. Firehouse
4. Cold Gin
5. Let Me Know
6. Kissin' Time
7. Deuce
8. Love Theme From Kiss
9. 100.000 Years
10. Black Diamond



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod