Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Meat Loaf, The Throbs , Crash Kelly, Traumatisme
- Membre : Savatage, Rainbow, Dennis Dunaway , Black Country Communion, Electric Angels, Ace Frehley , Kiss, F5, Winger
- Style + Membre : Dokken, Hollywood Vampires, Blue Coupe

ALICE COOPER - Lace And Whiskey (1977)
Par DARK BEAGLE le 18 Avril 2017          Consultée 345 fois

Ce disque fait illusion le temps de deux morceaux, pour être gentil. Et encore, le title track n’est pas ce qui est le plus représentatif de ce que l’on attend de ALICE COOPER. Voilà le constat amer que l’on peut se faire à l’écoute de cet album. Bien sûr, c’était à prévoir, "Goes To Hell" en présentait déjà les signes avant-coureur. La musique se ramollissait déjà, l’esprit grand-guignolesque s’effaçait pour laisser place à plus d’accessibilité. Il est logique que "Lace And Whiskey" suive ce chemin bourbeux et que Vincent Furnier s’étale dans la fange.

Il faut dire que ce dernier ne connaît plus de nombreux moments de sobriété et que les vapeurs d’alcool ne lui permettent plus d’avoir un contrôle sur ce qu’il fait. Le maître d’œuvre ici est Bob Ezrin. Si la production est comme d’habitude très léchée et pimpante, le résultat est des plus étranges. Si certains titres tirent toujours vers le Hard Rock, difficile de ne pas songer au terme « Variété » pour ce disque. "Lace And Whiskey" est un album qui peut plaire aux masses, aux masses qui n’ont jamais entendu la moindre note d’un album du Coop’ et qui ne connaissent pas l’artiste, pas même de réputation.

On navigue dans de nombreuses directions, contradictoires le plus souvent. Les morceaux d’ouvertures donnent un léger coup de fouet, mais bien vite on ne sait plus sur quel pied danser. "Damned If You Do" n’a pas grand-chose à faire là, les ballades sont sirupeuses au possible ("You And Me" qui connaîtra une jolie carrière dans les charts pourtant et sera reprise par Frank SINATRA…), "(No More) Love At Your Conveniance" ferait passer du ABBA pour du gros Heavy qui tache. "King Of The Silver Screen" est complètement perdue au milieu de ce salmigondis de compositions qui se disent toutes « merde » les unes les autres tant elles sont disparates. Pourtant, "King Of The Silver Screen", comme "My God", pourtant perfectible, auraient mérité mieux, une approche plus heavy peut-être, ou tout simplement de figurer sur l’opus précédent.

Et dans un état de semi lucidité, Furnier semble savoir que ce qu’il fait n’est pas bien, comme laisseraient à le penser les paroles de la dépressive "I Never Wrote Those Song", une ballade sur laquelle le saxo renforce tout le côté désespérant du disque.

Non, "Lace And Whiskey" est un plantage en règle et le début du déclin pour ALICE COOPER, qui aura énormément de mal à s’en relever, comme de ses addictions, qui le conduiront à faire un passage en asile psychiatrique…

A lire aussi en DIVERS par DARK BEAGLE :


ME AND THAT MAN
Songs Of Love And Death (2017)
On dit "that man and me" quand on est poli !




DOOL
Here Now Here Then (2017)
Et non, pas TOOL, mais DOOL !


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
   ALANKAZAME
   DARK BEAGLE

 
   (3 chroniques)



- Alice Cooper (chant)
- Dick Wagner (guitare)
- Steve Hunter (guitare)
- Babbitt (basse)
- Allan Schwartzberg (batterie)
- Bob Ezrin (claviers)
- Jozef Chirowski (claviers)


1. It's Hot Tonight
2. Lace And Whiskey
3. Road Rats
4. Damned If You Do
5. You And Me
6. King Of The Silver Screen
7. Ubangi Stomp
8. (no More) Love At Your Convenience
9. I Never Wrote Those Songs
10. My God



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod