Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  REMIX

Commentaires (2)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Stratovarius, Soulhealer, Dreamtale, Thunderstone, Dragonland
- Membre : Mehida, Symfonia, Elias Viljanen , Northern Kings, Altaria
- Style + Membre : Cain's Offering, Silent Voices
 

 Sonata Arctica France (516)
 Site Officiel (333)
 Myspace (374)

SONATA ARCTICA - Ecliptica Revisited 15th Anniversary Edition (2014)
Par JEFF KANJI le 12 Novembre 2014          Consultée 3041 fois

Pas fainéants les Finlandais ! "Pariah’s Child" est sorti il y a à peine plus de six mois qu’on retrouve déjà SONATA ARCTICA sur CD. Son label japonais lui a soumis l’idée, malheureusement trop mal empruntée par beaucoup de groupes, de réenregistrer un de ses classiques. Là il s’agit du premier opus "Ecliptica", qui signa la percée magistrale de SONATA ARCTICA sur la scène européenne. Trouvant l’idée bizarre dans un premier temps, Tony Et Tommy, deux seuls membres rescapés de la formation originale, se laissent prendre au jeu pour remettre les morceaux au goût du jour tout en ne les modifiant pas, le but étant de garder l’esprit d’origine, avec un groupe mature ayant accumulé quinze années de carrière.

Déjà SONATA ARCTICA a lucidement évité de capturer à nouveau le sentiment de fraîcheur de ce premier opus. Henrik Klingenberg le dit assez clairement : « on n’est plus des teenagers ». Toutefois, d’un groupe à l’insouciance et aux qualités évidentes, masquant parfois des approximations de rythme ou de justesse (tout reste relatif, il y a quinze ans, les quatre protagonistes étaient déjà des brutes), on est passé à une formation pro avec des musiciens chevronnés comme Pasi Kauppinen ou Elias Viljanen qui ont rejoint le navire en cours de route, et un vocaliste au summum de ses capacités qui a développé la versatilité de son organe.

Reprenant l’artwork d’origine, qui du froid polaire est passé aux profondeurs océanes, cet "Ecliptica Revisited 15th Anniversary Edition" affiche des modifications notables : déjà il n’y a plus un mais deux claviéristes au sein du groupe et Tommy Portimo a sacrément progressé. Sa batterie sonne plus grasse et puissante, et le bougre ne court plus après le temps comme ce fut le cas parfois sur les premiers opus du groupe. En revanche, il y a moins de folie du point de vue des changements de tempo et "My Land" s’en trouve un peu affecté, même si pour le coup on arrive au résultat voulu par le groupe : recréer le feeling ressenti quand ces cinq-là jouent live.

Il faut prendre ce paramètre en compte si vous voulez apprécier totalement ce réenregistrement. Ainsi, ne soyez pas surpris par les tonalités plus graves employées pour livrer de nouvelles versions de "Blank File", "Fullmoon" ou encore "Destruction Preventer". La première regagne en assurance, la maîtrise vocale de Tony Kakko faisant une énorme différence et le titre conserve son rôle d’opener redoutable. "Fullmoon" perd un peu de sa magie je dois reconnaître, même si là encore, on ne peut prendre le groupe en défaut. Le plus difficile quand on a beaucoup écouté l’original (et c’est clairement mon cas) est de faire fi des moments qu’on attend. Et c’est super difficile. Je reprendrais volontiers l’exemple de "My Land" qui sonne un peu moins énergique même si elle a gardé en propreté et en interprétation vocale, Tony étant toujours aussi épatant. "Destruction Preventer" perd son côté cristallin pour une puissance de feu supérieure et malheureusement, des titres comme "UnOpened" ou "Picturing The Past" perdent en charme et paraîtraient presque patauds avec la fougue juvénile en moins pour faire passer la pilule.

En revanche, il y a de grandes réussites : Tony est toujours l’interprète magistral d’un "Replica" qui n’a rien perdu de son émotion et "Letter To Dana" est, j’ose le dire, transfiguré, enterrant l’original bien comme il faut, tant au niveau instrumental qu’au niveau vocal. L’apport capital de Pasi Kauppinen permet en outre d’asseoir la rythmique dans les passages plus groovy, son jeu aux doigts seyant sans doute mieux à ce genre d'exercice. D’autre part, "8th Commandment" conserve sa force de frappe intégrale, bien aidé il faut dire par un Elias Viljanen au cordeau et un Tony vraiment facile. "Kingdom For A Heart" est toujours raccord, avec ce côté live renforcé, évitant les surcouches de clavier, mais pas celles des kilos de notes que le clavier d’Henkka et la guitare d’Elias voient toujours défiler à la même vitesse.

"Ecliptica Revisited 15th Anniversary Edition", c’est l’occasion de réaliser le chemin parcouru par une formation depuis ses premiers balbutiements jusqu’à sa pleine maturité. Les expérimentations faisaient partie du processus d’apprentissage et d’exploitation des influences et le groupe peut maintenant regarder sereinement dans le rétroviseur sans se poser de questions. En tout cas la manœuvre est plutôt réussie globalement, et si comme souvent ce réenregistrement ne bouleversera pas la discographie de SONATA ARCTICA (l’un des seuls contre-exemples que j’aie sous le coude est le "Still Hungry" de TWISTED SISTER), on peut remercier le groupe pour cette initiative qui ravira les fans.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


HELLOWEEN
Nabataea (2012)
Prometteur




PYRAMAZE
Disciples Of The Sun (2015)
Un talent indestructible qui force le respect


Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
   DARK SCHNEIDER

 
   (2 chroniques)



- Tommy Portimo (batterie)
- Pasi Kauppinen (basse)
- Elias Viljanen (guitare)
- Henrik Klingenberg (claviers)
- Tony Kakko (claviers, chant)


1. Blank File
2. My Land
3. 8th Commandment
4. Replica
5. Kingdom For A Heart
6. Fullmoon
7. Letter To Dana
8. Unopened
9. Picturing The Past
10. Destruction Preventer
- Japanese Bonus Track
11. I Can’t Dance (cover Genesis)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod