Recherche avancée       Liste groupes



      
LIVE  |  DVD

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 9)
Lexique power metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Stratovarius, Soulhealer, Dreamtale, Thunderstone, Dragonland
- Membre : Mehida, Symfonia, Elias Viljanen , Northern Kings, Altaria
- Style + Membre : Cain's Offering, Silent Voices
 

 Sonata Arctica France (473)
 Site Officiel (314)
 Myspace (349)

SONATA ARCTICA - Live In Finland (2011)
Par JEFF KANJI le 2 Juillet 2012          Consultée 3094 fois

Fraîche est la Finlande ! Ces longues étendues, dont la moitié au-dessus du cercle polaire, semblent avoir d’importantes répercussions chez ceux qui y vivent toute l’année. La dépression saisonnière touche 12% de la population et il suffit d’écouter ou d’analyser le visuel de la plus grande partie de la scène finlandaise pour constater le tempérament très particulier de ces terres. Les Finlandais sont capables de produire le Speed mélodique le plus positif et frais qui soit, comme le Black le plus dépressif, et je ne parle même pas de la scène Funeral Doom.

Ce petit commentaire d’introduction doit vous préparer à l’ambiance de ce troisième live (et deuxième DVD) de SONATA ARCTICA car il n’y en a pas justement. Le public de Oulu, s’il s’est déplacé très nombreux pour voir ses coqueluches lors du "Days Of Grays Tour", ne brille pas par son enthousiasme. Non seulement le mixage semble l’avoir complètement occulté, mais il répond très peu aux sollicitations de Tony Kakko, c’est assez criant sur "Replica", pourtant l’un des morceaux phare de la bande. On est loin du public japonais extrêmement participatif de "For The Sake Of Revenge".

Le premier DVD est constitué d’un assemblage de deux shows donnés à Oulu sur le Days Of Grays Tour. Le second, outre des bonus plus ou moins intéressants (c’est vous qui voyez), propose quatre titres extraits du SONATA ARCTICA OPEN AIR II, ambiance et mise en son un peu différente (le groupe semblant frigorifié), mais qui surtout nous permet de goûter à "White Pearl, Black Oceans" et "Draw Me", absents du premier DVD. Ces deux titres sont révélateurs de la volonté du groupe de proposer le moins de doublons possibles avec son précédent DVD. En effet, à l’exception des indéboulonnables "Replica", "FullMoon", "Victoria’s Secret" et "Don’t Say A Word", nous n’avons que du neuf ! Et le principal intérêt de ce "Live In Finland" est bien là. Le show démarre sur le morceau le plus Speed de "The Days Of Grays" - "Flag In The Ground" - suivi par deux autres extraits du même opus. Puis après un "Replica" toujours impeccable, le groupe déterre une rareté, extraite de son premier opus avec "Blank File". Voilà qui fait plaisir !
Non contents de nous proposer quatre extraits de "The Days Of Grays" et trois d’"Unia", le groupe a fouillé dans son back-catalogue pour exhumer "The Misery" et "Draw Me" (sur le deuxième DVD), deux excellents extraits de "Winterheart’s Guild", quitte à faire l’impasse sur "Broken", que Tony Kakko considère comme l’une de ses meilleures compositions. L’autre surprise est la présence d’un interlude unplugged dans le concert qui voit Tony Kakko prendre la guitare acoustique avec ses comparses pour faire honneur à "Mary-Lou", "Shy" et "Letter To Dana". Le public semble ravi.

Avec une participation et un mixage de ce dernier plus avantageux, ce DVD aurait pu être excellent mais c’est sans compter sur la prestation du groupe qu’on sent fatigué en cette fin de tournée. Tony Kakko, qu’on a connu plus bavard, se contente le plus souvent d’énoncer les titres des morceaux, se focalisant plus sur son interprétation que sur l’interaction avec le public, la complexité de "The Last Amazing Grays" ou encore de "Juliet" n’aidant sans doute pas. Cette sensation de voir le groupe un peu en pilotage automatique ne facilite pas le visionnage du concert. La partie la plus réussie reste cet interlude acoustique où l’on peut percevoir un peu de vie dans ce concert qui n’est pas un show malgré les quelques effets pyrotechniques, peu spectaculaires au demeurant. Et je dois avouer que cette impression d’assister au concert de Tony Kakko et ses musiciens est assez désagréable. Je revois encore les joutes que se livraient Henkka et Jani sur "For The Sake Of Revenge". Ici la guitare d’Elias Viljanen est sous-exploitée et celle-ci sonne globalement assez creuse, le choix de sons opéré par Henkka étant par moments lui aussi assez surprenant. Le choix d’avoir recours au moins de samples possibles et la faible implication des musiciens dans les chœurs sont criants sur les morceaux très arrangés comme "Don’t Say A Word" ou "Juliet" qui ne sonnent pas des masses. Je me rappelle encore de la grosse baffe de "For The Sake Of Revenge" où l’interprétation de ce morceau bardé de chœurs était phénoménale. En revanche, la basse et la batterie bénéficient d’un traitement sonore assez flatteur (si ce n’est la caisse claire qui sonne étrangement parfois) seuls éléments parvenant à se faire une place dans le mix avec la voix de l’omnipotent Tony Kakko.

L’image (de très bonne qualité) n’est pas d’une utilité géante (et que dire de cette séance acoustique milanaise à l’image dégueulasse qui fait doublon avec le show de Oulu…). Non décidément, SONATA ARCTICA s’est planté et ce ne sont pas les bonus sur le "Days Of Grays Tour" où le groupe rend notamment visite à une vieille connaissance en la personne de Tarja Turunen, ou encore les détails du tournage du clip "Flag In The Ground" qui nous passionneront davantage. De même que les trois clips (SONATA ARCTICA ne brille pas d’originalité dans ce domaine). La passion, voilà la grande absente de ce "Live In Finland" à destination des fans, qui se réjouiront sans doute d’écouter des versions live d’anciens titres ("The Misery" et "White Pearl, Black Oceans" sont pour moi d’excellentes surprises). SONATA ARCTICA avait la bonne idée, mais si la qualité de la musique du combo servie par la prestation sans faille d’un Tony Kakko au sommet de sa forme vocale est indiscutable, la prestation du groupe sur "Live In Finland" fait pâle figure aux côtés d’un "For The Sake Of Revenge" qui le surpasse sur tous les plans.

1,5/5 arrondi à 2 pour la démarche privilégiant une tracklist variée et largement renouvelée.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


HELLOWEEN
Master Of The Rings (1994)
Willkommen Andi!

(+ 3 kros-express)



ASTRALION
Astralion (2014)
La mise à mort du Power n'aura pas lieu


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tony Kakko (chant)
- Elias Viljanen (guitare et chœurs)
- Henrik Klingenberg (claviers et chœurs)
- Marko Paasikoski (basse et chœurs)
- Tommy Portimo (batterie)


- Dvd 1
1. Intro (everything Fades To Gray)
2. Flag In The Ground
3. The Last Amazing Grays
4. Juliet
5. Replica
6. Blank File
7. As If The World Wasn’t Ending
8. Paid In Full
9. Victoria’s Secret
10. Instrumental Exhibition
11. The Misery
12. Fullmoon
13. In Black & White
14. Mary-lou (acoustic)
15. Shy (acoustic)
16. Letter To Dana (acoustic)
17. Caleb
18. Don’t Say A Word
19. Outro (vodka/everything Fades To Gray)

- Dvd 2
1. White Pearl, Black Oceans
2. Draw Me
3. In Black & White
4. Don’t Say A Word
5. Mary-lou
6. Shy
7. Letter To Dana



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod