Recherche avancée       Liste groupes



      
PROGRESSIVE POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2014 Risen
2016 Forsaken
 

- Style : Wearing Scars
- Membre : Adimiron, Ethernity
- Style + Membre : Empyrios, Astra, Dgm, Epysode
 

 Facebook (168)

NOVERIA - Forsaken (2016)
Par JEFF KANJI le 7 Juillet 2017          Consultée 672 fois

C'est avec un premier album de grande classe que NOVERIA a ouvert son catalogue discographique. "Risen", qui avait eu le privilège de la sélection, montrait un groupe qui avait eu comme seul défaut de baptiser son Power Prog moderne de Catastrophic Metal… Une parenté également avec ses parrains, puisque sa musique devenait le chaînon manquant entre DGM et EMPYRIOS.

La tête pensante du projet, le guitariste Francesco Mattei, a attaqué l'écriture assez rapidement après "Risen", mais s'est retrouvé anéanti par le décès d'un proche, emporté par le cancer. Après cette période difficile, le technicien virtuose a mis en musique ce qui est décrit par Elisabeth Kübler-Ross comme les cinq stades du deuil à savoir le déni (denial), la colère (anger), le marchandage (bargaining), la dépression (depression), et l'acceptation (acceptance). Le second album de NOVERIA s'appuie donc sur cette thématique, d'où le découpage de l'album en chapitres.

"Forsaken" est un second disque de haute tenue, qui mérite autant les éloges que son prédécesseur même si à sa différence il ne bénéficie pas de l'effet de surprise. Cependant, sa thématique forte (voilà encore un album à écouter avec les textes) et introspective (puisqu'ici c'est à une personne atteinte de maladie que le deuil se présente, elle doit parvenir à passer le processus pour elle-même) le distingue, avec une ambition lyrique bien plus poussée transformant "Forsaken" en concept-album. Il a aussi un message à faire passer : le diagnostic n'est pas la fin du chemin pour l'être touché, son cerveau et ses émotions doivent continuer à donner sens à sa vie, ce que des réactions de déni ("Denial"), de colère ("If Only") ou d'optimisme ("Utopia") font ressortir sainement.

Le groupe reste relativement soudé même si on pourrait déplorer le départ d'Emanuele Casali, sans doute trop occupé pour accompagner une nouvelle formation. Mais on ne perd pas au change, puisque c'est le petit prodige belge Julien Spreutels, qui a déjà fait ses armes avec EPYSODE et ETHERNITY, qui a rejoint la formation et s'est fortement investi en co-écrivant la quasi-totalité de l'album et en proposant deux instrumentaux aux atmosphères soignées.

Le chant si puissant et à fleur de peau de Francesco Corigliano est toujours de la partie et constitue toujours un atout indiscutable à mi-chemin entre Titta Tani et Ramon Messina. On retrouve musicalement ce qu'il faut de riffs modernes, monocordes en partie (héritage du Neo Metal), le gros son épais dopé aux amphétamines des Domination Studios. Et le travail sur les claviers, très différent de celui plus "Johansson-ien" d'Emanuele Casali, colle à merveille aux ambiances de ce nouveau disque qui vaut aisément le dernier DGM dans un style similaire. Julien Spreutels n'a pas seulement les leads rapides dans son jeu, il a aussi tout ce qu'il faut en science d'arrangements plus atmosphériques, de renversements d'accords et de sonorités synthétiques ; ses deux instrumentaux, "Lost" et "Isolate" sont d'ailleurs de franches réussites, je le redis. Du point de vue des vocaux, NOVERIA n'a pas hésité à faire appel à une chanteuse pour agrémenter "Forsaken" et la finlandaise Kate Nord apporte une subtile touche de douceur bienvenue, en accord avec cette musique souvent puissante et technique, mais pas que.

De plus, en alternant tempi mesurés et speed, morceaux burnés et plus aérés, NOVERIA a délivré un second album de très haute tenue qui le hisse au niveau de "Risen" sans problème, et ce malgré le manque de surprise musicale que le style pratiqué semble traîner comme un éternel fardeau. Si vous voulez découvrir NOVERIA, "Forsaken" vous satisfera au moins autant que son aîné et nous tenons sans aucun doute un des meilleurs espoirs venus d'Italie avec ces cinq-là. S'il continue sur sa lancée, NOVERIA, qui a déjà enchaîné deux très bons albums, risque d'atteindre l'excellence d'ici peu.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


SERIOUS BLACK
As Daylight Breaks (2015)
Le demi-frère Heavy d’UNISONIC

(+ 1 kro-express)



GALNERYUS
Vetelgyus (2014)
5 fruits et légumes par jour


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Andrea Arcangeli (basse)
- Omar Campitelli (batterie)
- Francesco Mattei (guitare)
- Julien Spreutels (claviers)
- Francesco Corigliano (chant)
- Kelly Sundown Carpenter (chant sur 3)
- Giuseppe Bassi (sound design, programmation, samples)
- Kate Nord (chant féminin sur 4, narration sur 4)
- Claudio Pietronik (guitare solo sur 6)
- Lorenzo Milone (guitare additionnelle sur 4)


- Prologue
1. Lost
- Chapter 1.0
2. Shock
3. Denial
4. When Everything Falls
- Chapter 2.0
5. Hatred
6. If Only
- Chapter 3.0
7. Isolate
8. [w]hole
- Chapter 4.0
9. Regrets
10. Utopia
- Chapter 5.0
11. Acceptance
12. Archangel



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod