Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Cradle Of Filth
 

 Site Officiel (13)
 Myspace (11)
 Facebook (10)

SYMPHONITY - King Of Persia (2016)
Par JEFF KANJI le 30 Mai 2017          Consultée 1140 fois

SYMPHONITY c'est, rappelez-vous, ce conglomérat originaire d'ex Tchécoslovaquie (renforcé de membres allemands) qui avait débarqué de nulle part en 2008 avec un premier opus remarquable du nom de "Voice From The Silence", bénéficiant des talents de Martin Škaroupka qui, on ne le savait pas à l'époque, allait faire le bonheur des fans de CRADLE OF FILTH, d'Olaf Hayer, le vocaliste freelance qui chantait sur à peu près tous les projets Power Sympho en dehors des grosses écuries et des anciens membres de NEMESIS, nés une seconde fois sous ce nouveau patronyme.

La principale nouveauté, c'est le changement au niveau du chant, puisque ce cher Olaf n'est plus tout seul, depuis qu'il a été rejoint il y a deux ans par Herbie Langhans, nom qui ne me disait rien comme ça mais déjà performant au sein de VOODOO CIRCLE et SINBREED (promis je m'occupe de rattraper le retard Nightfallien sur l'autre groupe du batteur de BLIND GUARDIAN), ce qui va apporter davantage de versatilité aux parties vocales.

SYMPHONITY n'a pas renié son Speed Sympho d'antan (le très STRATOVARIUS-ien "Unwelcome" et ses faux-airs de "Speed Of Light") mais l'exécute avec toujours autant de maestria (il faut à cet égard souligner le travail de Libor Křivák, principal compositeur et aussi redoutable dans les envolées Speed ("Children Of The Light") que dans les titres plus axés mélodie comme "Out Of This World". Pour autant il ouvre son album sur une longue pièce symphonique qui prend bien le temps de développer son ambiance avec une première présentation d'un refrain qu'on imagine tout de suite mené tambour battant, toute double grosse caisse dehors (ce qui ne manque pas d'arriver quelques minutes plus tard). Contrairement à ce que pourrait laisser supposer sa pochette, SYMPHONITY ne donne pas dans le concept album, les textes n'étant pas vraiment le point fort du groupe, qui fait d'ailleurs appel à des écrivains extérieurs à l'exception de "The Choice" et "Flying" qui bénéficient d'une contribution d'Olaf Hayer.

La grande force de SYMPHONITY réside dans sa versatilité et sa capacité à varier les plaisirs. Si le premier titre vous fait craindre un album de Speed Sympho dégueulant de la grosse caisse, de la symphonie informatisée et de la rythmique à la RHAPSODY, il n'en n'est rien, les tempi et les styles abordés faisant respirer l'album. On reste certes dans des eaux familières, mais un titre comme "Siren Call" et ses guitares acoustiques font le plus grand bien, de même que "Out Of This World" avec son thème de guitare pas très éloigné du SATRIANI du début des années 90. La power-ballade "A Farewell That Wasn't Meant To Be" fait preuve d'un étonnant bon goût par ailleurs.

L'autre atout c'est d'avoir misé sur deux voix qui se marient très bien mais qui permettent d'alterner la douceur et l'agressivité. Olaf Hayer et Herbie Langhans partagent les vocaux sur la pièce titre, ainsi que sur "Unwelcome" et le bonus japonais "Anyplace, Anywhere, Anytime" qui vous fera même profiter de quelques vers en langue de Goethe (pays d'origine des deux vocalistes, qui, comme Roland Grapow, semblent partager beaucoup avec leurs voisins). Si Herbie Langhans permet d'apporter un peu d'épaisseur aux parties plus sombres ou plus agressives, Olaf Hayer possède toujours cette voix idéale pour le Speed (quoique plus rocailleuse qu'il y a quelques années, ce qui n'est pas pour me déplaire) et l'on retrouve ses "yaaaaaah" éclatants sur "In The Name Of God".

"King Of Persia" est un pur produit tel qu'on les attend de la part de Limb Music ; un Heavy Speed léché, travaillé dans ses moindres détails (en tout cas au niveau de la musique), doté d'une production des plus enviables par rapport à d'autres groupes de son statut, avec la dose d'orchestrations pour satisfaire aussi les amateurs de Metal Symphonique. Un album à écouter si vous êtes en manque de Speed Symphonique, genre bien moins pratiqué aujourd'hui qu'il y a quinze ans et maîtrisé à la perfection par Libor Křivák.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


PYRAMAZE
Disciples Of The Sun (2015)
Un talent indestructible qui force le respect




KAMELOT
The Fourth Legacy (1999)
Premier coup de maître !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Libor Křivák (guitare, claviers additionnels)
- Ivo Hoffmann (claviers)
- Olaf Hayer (chant sur 1,3,5,7,9,13)
- Ronnie Köning (basse)
- Martin Škaroupka (batterie)
- Herbie Langhans (chant sur 1,2,4,6,8,9,10,13, chœurs)
- Jana Hrochová (chant soprano sur 1)
- Tommy Köning (textes sur 1-2,6-8,12)
- Petr Vysloužil (textes sur 5,9)


1. King Of Persia
2. The Choice
3. In The Name Of God
4. Flying
5. A Farewell That Wasn't Meant To Be
6. Children Of The Light
7. Siren Call
8. Live To Tell The Tale
9. Unwelcome
10. Out Of This World
- Bonus Tracks Japonaises
11. The Last Goodbye
12. Live To Tell The Tale [demo]
13. Anyplace, Anywhere, Anytime



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod