Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  LIVE

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 4)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1985 Killing Is My Busines...
1986 Peace Sells... But Wh...
1988 So Far, So Good... So...
1990 Rust In Peace
1992 Countdown To Extincti...
2016 Dystopia
 

- Style : Exodus, Sulfator, Diamond Head, Spirit Web, Lyzanxia
- Membre : Agent Steel, Act Of Defiance, Soilwork, Scarve, Aborted, Phazm, Metal Church, Artsonic, Abattoir, Warrel Dane , Mortuary, Savatage, Cacophony, Hawaii, F5, Marty Friedman, Altitudes & Attitude, Eidolon, Jag Panzer, Angra, Lamb Of God
- Style + Membre : The Big 4 , Metallica, Md.45
 

 Site Officiel Du Groupe (2426)
 Myspace Offciel Du Groupe (1112)
 Chaîne Youtube (775)

MEGADETH - Rude Awakening (2002)
Par FENRYL le 14 Juillet 2018          Consultée 1576 fois

L'autre jour, j'abordais "Rude Awakening", l'air de rien, avec une connaissance. Cet amateur de Metal me laisse citer le titre de cet album et reste attentif avant de me couper…
"Tu parles bien de l'album de PRONG là Fenryl ?…"…
Moment de solitude sur ce coup là… Non, évidemment que non je ne parlais pas de "Rude Awakening" du groupe de Groove Metal américain mais bien de la production de MEGADETH. Et je partais d'un constat assez évident : il n'était pas évident d'en parler…

Car en effet, on tient là rien de moins que le premier Live de la discographie de Mustaine & Co ! Aussi effarant que cela puisse paraître, le combo formé en 1983 n'avait donc avant cette date JAMAIS proposé à ses fans une captation live de ses concerts ! Incroyable !
2002 est une année très particulière pour le groupe et les événements marquants vont s’enchaîner…

"Previously in MEGADETH…" : Marty Friedman a foutu les voiles (nouvelle direction artistique désapprouvée), Al Pitrelli reprend le poste et participe à l'enregistrement d'un moyen "The World Needs A Hero" qui marque surtout le retour de Vic Rattlehead sur l'artwork du groupe. Quelques titres assez peu nombreux tirent leur épingle du jeu, notamment un "Dread And The Fugitive Mind" et un "Return To Hangar" dont on rêve de voir couplé à son aîné…

Après le bide de "Risk" et les ventes moyennes de ce dernier opus (pour cause de téléchargement illégal sur le net d'après Megadave…), MEGADETH décide de s'atteler à l'enregistrement d'un Live. Le site est défini : l'Argentine, une terre d'accueil de toujours du groupe (et encore maintenant !)… Mais le 11 septembre 2001 passe par là et les Américains décident de changer leur plan, en relocalisant aux États-Unis la prestation, à Phoenix (Arizona), leur QG au cours du mois de novembre qui suit…

Après vingt ans d'existence et neuf L.P, inutile donc que les attentes sont immenses, autant que le risque pris par le groupe : membre du Big 4, référence du Thrash en pondant un monument intemporel du genre ("Rust In Peace") mais engagé depuis sur d'autres territoires plus Heavy, MEGADETH se doit de contenter une fanbase assez hétéroclite et surtout connue pour son exigence… On notera en outre l'absence du logo du groupe directement sur la pochette de l'album, une première.

Forcément, il faut se pencher sur la setlist et la qualité de la captation :
- Côté son : soigné indéniablement. Quelques sensations de public au départ (minimes) avant de découvrir une sensation d'écho/réverb' assez prononcée donnant un aspect assez froid aux guitares notamment. On dirait que cela sonne creux par moments. Rien de déconnant mais simplement la sensation que le groupe joue dans une salle vide. Cela manque de vie à mon goût, surtout pour du live ! Évidemment comment ne pas vous citer les huit minutes de "She-Wolf", un titre que j'ai enfin su apprécier avec cette prestation : le groupe s'envole dans une battle de guitares, avant un break de batterie (Jimmy, je suis toujours autant fan !) et un final envolé ! Excellent !

- Côté chant : Mustaine est en mode teigneux. Il envoie, il assure et affiche sa progression. C'est flagrant sur les titres les plus anciens ! Il en vient à rendre pénible "Devil's Island" car les parties haut perchées sont très délicates désormais pour lui ! Objectivement on frôle la cata sur "Train Of Consequences"...
Cet aspect mis à part, j'adore le fait d'assumer un titre comme "Reckoning Day" (tiré de l'excellent "Youthanasia") où sa voix est terriblement maîtrisée et mobilisée et balaye le spectre d'un champ très large. Il ne semble pas trop pris à défaut, même si évidemment on peut penser à des retouches postprod' en studio, comme de coutume.

- Le nerf de la guerre : la setlist.
Tant d'attente devait être honnêtement récompensée : c'est donc un double CD que Mustaine nous sert ici. Rien de moins que 24 morceaux pour plus de 2h de plaisir non masqué !
J'ai beau connaître le groupe sur le bout des doigts et être un sacré connard d’exigeant mais MegaDave Mustaine a su la jouer fine. Pas forcément parfait évidemment, le programme de la soirée évite les grosses erreurs de casting. Pas évident.
Je ne cache pas ma joie d'entendre "Angry Again", ce titre inédit issu de la B.O de "Last Action Hero", après avoir découvert "Kill The King" - pourtant dispensable comme un "Burning Bridges", "1000 Times Goodbye" et "Almost Honest" - tiré de la compilation "Capitol Punishement". Je n'ai pas aimé non plus le retour de "Mechanix" reposant sur le riff de "The Four Horsemen" composé par Dave à l'époque de sa présence chez METALLICA
Ouvrir avec "Dread And The Fugitive Mind" permet de valoriser de suite Al, c'est malin. Taper dans le sublime avec "Wake Up Dead", "In My Darkest Hour" (quel enchaînement !) avant un furieux "Hook In Mouth" réhabilitent ces pépites...
Aucun titre de "Risk" (leçon retenue), il le fallait, sans doute pour magnifier les moments de grâce : on le rêvait, ils l'ont fait : enchaîner "Hangar 18" avec "Return To Hangar". Of course que cela fonctionne ! Et que dire de "Tornado Of Souls" ???
Moment d'émotion avec un "A Tout Le Monde" dédié aux victimes du 11 septembre… Au milieu d'un set sans réels moments de répit. On notera un retour en grâce côté performance d'un "Ashes In Your Mouth", mais aussi "Sweating Bullets", véritable lance de rampement pour le final désormais assez classique "Symphony Of Destruction"/"Peace Sells"/"Holy Wars" à vous foutre les poils encore et encore...

MEGADETH ne se prend pas les pieds dans le tapis, bien au contraire. Le groupe rassure clairement des fans moribonds en les récompensant ENFIN pour leur patience ! Sans les images, MEGADETH fait diablement plaisir à entendre (il ne faudra pas oublier que le line-up présent est loin de correspondre au groupe au meilleur de sa forme). Jimmy est vraiment à la hauteur de sa réputation non usurpée, les soli sont appliqués, Ellefson loin d'être en retrait…
"Decade Of Agression" de SLAYER est une référence ultime du Live en Thrash, notamment car la furie de la scène est frappante. Le côté assez aseptisé de cette captation lui coûte objectivement d'être un mètre-étalon dans le domaine, mais il serait terriblement préjudiciable de ne pas le savourer à sa juste valeur : un concert enregistré de MEDAGETH, ENFIN !!

Note réelle : 3,5/5.

N.B : cet enregistrement sera le dernier show de ce line-up car il marquera le départ de Al Pitrelli et de Jimmy Degrasso… Avant le séisme de la porte claquée par Junior pour des raisons de partage des émoluments générés par le groupe (jusqu'en 2010).

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


DESTRUCTION
Infernal Overkill (1985)
Une œuvre référence dans l'Histoire d'une naissance




KREATOR
Gods Of Violence (2017)
Déflagration musicale... Deutsche qualität

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   DARK BEAGLE
   POWERSYLV

 
   (3 chroniques)



- Dave Mustaine (chant, guitare)
- Al Pitrelli (guitare)
- Dave Ellefson (basse)
- Jimmy Degrasso (batterie)


1. Dread And The Fugative Mind
2. Kill The King
3. Wake Up Dead
4. In My Darkest Hour
5. Angry Again
6. She Wolf
7. Reckoning Day
8. Devil's Island
9. Train Of Consequences
10. A Tout Le Monde
11. Burning Bridges
12. Hangar 18
13. Return To Hangar
14. Hook In Mouth
15. Almost Honest
16. 1000 Times Goodbye
17. Mechanix
18. Tornado Of Souls
19. Ashes In Your Mouth
20. Sweating Bullets



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod