Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  DVD

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 2)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Exodus, Lyzanxia, Sulfator, Spirit Web
- Membre : Lamb Of God, Angra, Jag Panzer, Eidolon, Savatage, Marty Friedman , F5, Hawaii, Cacophony
- Style + Membre : The Big 4 , Metallica, Md.45
 

 Site Officiel Du Groupe (2001)
 Myspace Offciel Du Groupe (820)
 Chaîne Youtube (527)

MEGADETH - That One Night Live: Live In Buenos Aires (2007)
Par POSSOPO le 3 Novembre 2008          Consultée 6912 fois

Si aujourd'hui, le groupe de black metal le plus vulgaire sort son album live après un quota minimum de disques studio, si les grosses machines du metal nous proposent de nouveaux produits enregistrés en public avec une régularité devenue éreintante, il était un temps où cet exercice particulier faisait l'évènement. "Maiden Japan", "Live After Death", Decade Of Aggression", "Live Shit: Binge And Purge"… et on aurait tant aimé voir MEGADETH poser sa petite galette sur le même piédestal que les rondelles susnommées. Pas de bol, Dave Mustaine a trop tardé.

Car "Rude Awakening", candidat malheureux au Hall of Fame, a un souci, il est sorti trop tard. On l'espérait tant, ce premier live de MEGADETH, il aurait pu débarquer peu après "Rust In Peace" afin de souligner l'excellence de l'album, il aurait pu débarquer peu après "Countdown To Extinction", avant que le groupe ne commence à appuyer sur la pédale de frein. Il aurait pu débarquer peu après "Youthanasia", certainement la plus grosse tournée d'un artiste alors à son apogée commerciale. Il aurait pu débarquer après "Cryptic Writings" et conserver comme acteurs du spectacle le line-up historique de l'orchestre. Il n'aurait pas pu débarquer après "Risk", tellement Dave Mustaine avait perdu la raison à l'époque et se demandait lui-même s'il ne devait pas définitivement tourner la page. Il a débarqué après "The World Needs A Hero", l'album du faux retour, et a été obligé de le charger de quelques plages d'une qualité bien modeste.

Tant pis, jamais à court d'idées, Dave Mustaine décide de nous resservir le couvert cinq ans et un simple album studio plus tard. Sûrement espère-t-il revoir une copie imparfaite. Résultat de ce MEGADETH live V2.0 : assez bien…et bien mieux que la version 1.0.

Assez bien, bien si on oublie les deux vrais défauts de la galette.
Premier handicap à une note véritablement élevée, la tracklist : impossible de passer sous silence ce qui s'est fait après… Après quel album ? On tient déjà là un problème. Alors que MAIDEN s'est arrêté de faire l'unanimité sur "No Prayer For The Dying", MEGADETH a connu une chute longue et plus douloureuse encore que le roi du heavy britannique. Et les années dorées qui commencent certainement avec "Peace Sells… But Who's Buying" se terminent sur un fondu long de trois albums, grosso modo entre "Countdown To Extinction" et "Cryptic Writings". Alors, que jouer sur scène ? Et comment éliminer les dernières productions insipides mais trop actuelles pour leur tourner déjà le dos ? Il faudra par exemple se taper "I'll Be There", qui plus est mal chanté par un rouquin toujours instable dans sa seconde attribution quand sa tenue à la guitare restera longtemps l'une des plus irréprochables du monde du metal.
Deuxième handicap, les protagonistes : James MacDonough, Shawn et Glen Drover, trois musiciens techniquement irréprochables, à la présence scénique professionnelle mais au passé nul. Trois personnages de la scène power thrash du continent américain parfaitement incapables, ne leur en voulons pas trop, de remplacer Dave Ellefson, Nick Menza, Marty Friedman ou Chris Poland. MEGADETH oui, c'est écrit sur la pochette mais pas le MEGADETH alerte et inspiré des jeunes années, le MEGADETH haut fonctionnaire (et préretraité) du metal.

Un fonctionnaire à la compétence extrême. Car après ces quelques reproches, les louanges.
Des caméras nombreuses disséminées un peu partout, joliment dirigées par une régie intelligente, un son remarquable, doublement remarquable quand on sait à quel point MEGADETH a toujours connu des problèmes sonores là où il s'est produit. Un montage qui oublie quelques morceaux qu'on retrouvera plus tard sur la version CD du live sans qu'aucune coupure ne choque ni l'ouïe ni la vue, de brefs intermèdes acoustiques sympathiques. Quatre musiciens à fond dans leur exercice et qui feraient presque oublier l'erreur de casting évoquée au paragraphe précédent. Et le grand Dave ne se ridiculise nullement lorsqu'il s'essaye au castillan. Une arène impressionnante remplie d'un public argentin aussi fou et motivé que sa contrepartie nippone pourrait somnoler dans les gradins. Ecoutez la foule sauter et chanter à l'unisson le riff de "Symphony Of Destruction".

C'est bien foutu et à moins d'extirper des bandes d'un autre âge, MEGADETH ne sortira jamais son grand disque live. Alors le voici, le meilleur de MEGADETH en public, avec ses défauts, la plupart ne sont que la conséquence de l'année d'exécution, et ses qualités, nombreuses. Suffisantes pour qu'on ne se complaise pas trop longtemps dans la nostalgie.

A lire aussi en THRASH METAL par POSSOPO :


EPHEL DUATH
The Painter's Palette (2003)
Thrash éxpérimental




SEPULTURA
Roots (1996)
Groove metal

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Dave Mustaine (chant, guitare)
- Glen Drover (guitare)
- Shawn Drover (batterie)
- James Macdonough (basse)


1. Blackmail The Universe
2. Set The World Afire
3. Wake Up Dead
4. In My Darkest Hour
5. She Wolf
6. Reckoning Day
7. A Tout Le Monde
8. Hangar 18 & Return Of Hangar
9. I�ll Be There
10. Tornado Of Souls
11. Trust
12. Something I'm Not
13. Kick The Chair
14. Coming Home
15. Symphony Of Destruction
16. Peace Sells
17. Holy Wars
18. Symphony Of Destruction (alternative Version)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod