Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (33)
Questions / Réponses (2 / 12)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Exodus, Lyzanxia, Sulfator, Spirit Web
- Membre : Lamb Of God, Angra, Jag Panzer, Eidolon, Savatage, Marty Friedman , F5, Hawaii, Cacophony
- Style + Membre : The Big 4 , Metallica, Md.45
 

 Site Officiel Du Groupe (1832)
 Myspace Offciel Du Groupe (706)
 Chaîne Youtube (409)

MEGADETH - Countdown To Extinction (1992)
Par POWERSYLV le 2 Août 2006          Consultée 19193 fois

"Rust In Peace" sorti en 1990 reste un album majeur de MEGADETH. Pour beaucoup, il représente le meilleur de ce que Mustaine et sa bande ont pu produire. C'est aussi la fin de l'époque Thrash pour ce combo maintenant soudé autour de quatre musiciens talentueux.

Ce début des années 90 se déroule sous les meilleurs auspices. "Rust In Peace" et les multiples concerts donnés sont de véritables succès. Au cours des interviews données lors des années 91/92, Dave Mustaine, plus lucide et désormais entouré d'une équipe solide et complice, déclare enterrer la hache de guerre et oublier les années METALLICA. Il n'y aura plus que MEGADETH, rien que MEGADETH. Il s’agit d’une époque où le rouquin commence à se poser, à se stabiliser, à se calmer quelque peu par rapport à ses anciens démons. On le surprend même à évoquer un engagement politique, c'est dire.

Le contexte dans le milieu du Rock et du Metal commence à changer : le Grunge fait son apparition, le Thrash est largement en perte de vitesse face au Death Metal alors à son apogée et il faut s'adapter. METALLICA (l’ennemi d'hier) ralentit la cadence et propose un Black Album travaillé, avec le succès commercial et la polémique que l'on sait. EXODUS se prépare à changer légèrement la donne avec "Force Of Habit", idem pour OVERKILL avec "I Hear Black".

C'est ainsi peu avant l'été 1992 que déboule dans les bacs le cinquième album du combo, ce "Countdown To Extinction" assez … déroutant de prime abord, il faut l’avouer. Et puis il y a tout un contexte ; jamais je n’aurais crû trouver dans mon magasin préféré (une grande enseigne en quatre lettres) des grands panneaux vantant l’album. Là je me suis dit : il se passe un truc. Jamais non plus je n’aurais cru trouver un album de MEGADETH sans Vic Rattlehead (la mascotte du groupe) sur la pochette. C’est un peu comme s’il n’y avait pas Eddie sur un album de MAIDEN. Arrivé chez moi, l’adolescent fougueux que j’étais s’attendait à trouver la suite pétaradante de "Rust In Peace" … déception. Qu’était-il arrivé au groupe ? Je ne retrouvais plus ce côté à la fois fou et technique, pas de compos à tiroir à la "Holy Wars …", beaucoup moins de breaks qui nous donnent des coups de sang comme le groupe savait le faire...

Vous voyez, si j’avais noté il y a quatorze ans cet album après plusieurs écoutes assidues, j’aurai sans doute mis 2/5 au maximum.

Les années passant, les goûts évoluant vers des choses plus forcément « speed » mais plus puissantes, on remet ce disque sur la platine … Et on se dit que, même s’il n’est pas aussi excitant que "Rust In Peace", on trouve de très bonnes choses malgré tout sur cette rondelle. Certes, il manque ce grain de folie des quatre premiers albums (et qu’à mon sens on ne retrouvera plus à de rares exceptions près – comme sur "Blackmail The Universe" ou "Kick The Chair" sur le récent "The System Has Failed"). En revanche, le style MEGADETH est malgré tout toujours là, Dave – même si ce n’est pas le plus grand chanteur du monde - a fait des progrès notables au chant ("Foreclosure Of A Dream" marqué par les images de la première Guerre du Golfe, "Captive Honour", "This Was My Life"). Et on a ici de véritables chansons avec refrains et couplets, plus facilement mémorisables que sur les opus précédents. Et puis bon, soyons honnêtes, même si les passages speed sont plus rares ("Skin O' My Teeth" qui scotche d’entrée et "High Speed Dirt"), certaines chansons sont d’excellente facture et n’ont pas tardé à devenir des hymnes du groupe : "Skin O' My Teeth" qui arrache bien d’emblée (attention, solo décapant !), l’oppressant "Symphony Of Destruction" et son étrange refrain, "Foreclosure Of A Dream" et ses guitares acoustiques passagères avant l’explosion et ce refrain qui tape bien, le sympathique "Sweating Bullets" et son swing... Le riff mortel de "Architecture Of Aggression"...

L’écoute de ce "Countdown To Extinction" donne de MEGADETH l’image d’un groupe soudé, sain et efficace, image qui se confirmera sur l’album suivant. Plus accessible pour les novices qu’un "Rust In Peace" ou qu’un "Peace Sells" mais aussi moins spontané et moins fou, moins travaillé et poli que "Youthanasia", "Countdown To Extinction" est un album qui navigue entre deux mondes, entre deux tendances... comme si MEGADETH avait envie de réaliser « son » Black Album à lui mais comme si bizarrement... il y rechignait quelque part. Composé de très bons titres mais aussi de morceaux un peu plus moyens ("High Speed Dirt", "Psychotron", "Captive Honour"...), ce compte à rebours est au final un album très agréable qui participera au succès du groupe. Pas à mes yeux le meilleur du groupe, "Countdown To Extinction" est malgré tout bien au-delà de la concurrence à l’époque grâce au génie de son mentor et à la qualité de ses musiciens.

Note finale : 3,5/5.

PS : pour information, la réédition de "Countdown To Extinction" de 2004 propose non seulement 1 inédit ("Crown Of Worms", titre bien heavy dont le riff d’entrée évoque celui du "The Prince" de DIAMOND HEAD, vieille gloire des années N.W.O.B.H.M. adulé par Lars Ulrich – Dave Mutaine deviendra assez proche de ses musiciens dans les années 90, tentant d’ailleurs de relancer le groupe) mais aussi trois versions démo (qui à mon sens n’apportent pas grand chose à l’affaire) des titres suivants : "Countdown To Extinction", "Symphony Of Destruction" et "Psychotron".

A lire aussi en THRASH METAL par POWERSYLV :


DESTRUCTION
Inventor Of Evil (2005)
Encore une bombe de pur thrash allemand ...




METALLICA
Ride The Lightning (1984)
Une ode au heavy/thrash maîtrisé : géant !

(+ 8 kros-express)

Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
   FENRYL
   FREDOUILLE
   JANETHEFUCKINJURIST
   POSSOPO

 
   (5 chroniques)



- Dave Mustaine (chant, guitare)
- Marty Friedman (guitare)
- Dave Ellefson (basse)
- Nick Menza (batterie)


1. Skin O'my Teeth
2. Symphony Of Destruction
3. Architecture Of Aggression
4. Foreclosure Of A Dream
5. Sweating Bullets
6. This Was My Life
7. Countdown To Extinction
8. High Speed Dirt
9. Psychotron
10. Captive Honour
11. Ashes In Your Mouth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod