Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (22)
Questions / Réponses (2 / 2)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Exodus, Lyzanxia, Sulfator, Spirit Web
- Membre : Lamb Of God, Angra, Jag Panzer, Eidolon, Savatage, Marty Friedman , F5, Hawaii, Cacophony
- Style + Membre : The Big 4 , Metallica, Md.45
 

 Site Officiel Du Groupe (1923)
 Myspace Offciel Du Groupe (769)
 Chaîne Youtube (470)

MEGADETH - Cryptic Writings (1997)
Par POWERSYLV le 22 Novembre 2006          Consultée 14210 fois

Au milieu des années 90, MEGADETH a réussi le pari de gagner en popularité avec le plus mélodique "Youthanasia". Même s’il ne connaît pas le succès « grand public » exceptionnel d’un METALLICA et alors que le heavy metal traverse une période difficile, le groupe de Dave Mustaine a réussi à consolider le respect de ses fans, sans en perdre trop d’anciens et en allant en chercher de nouveaux. C’est ce qu’on peut appeler une valeur sûre. Cependant, le temps passe et le combo se trouve dans une situation plus difficile à gérer. Les choses vont très vite en ce début de deuxième partie des années 90 : de nouveaux héros nommés PANTERA, MACHINE HEAD ou SEPULTURA connaissent un succès important, la vague neo-metal est lancée avec KORN et appréciée par les jeunes et METALLICA continue sa route en se diversifiant et en changeant carrément son image ("Load"). En 1997, le heavy metal mélodique n’est pas encore revenu en grâce. Pris entre l’envie de rester fidèle à ses fondamentaux ... mais aussi de proposer quelques petites touches d’évolution, tel est le chalenge que doit relever le chanteur/guitariste rouquin et ses acolytes. C’est dans ce contexte que sort ce "Cryptic Writings" à la pochette sobre et dont l’illustration s’épanche dans toutes les directions. Une pochette proche de l’état d’esprit du groupe à l’époque.

En effet, "Cryptic Writings" semble être un disque à la croisée des chemins après le bloc heavy que fut "Youthanasia". Attention, il s’agit toujours ici de heavy metal et la marque du groupe est toujours présente. MEGADETH retrouve même quelques petits plaisirs speed qui rappellent ses premières années ("The Disintegrators " qui démarre en trombe et qui dépote, "FFF" qui termine l’opus), d’autres titres se situent dans la lignée de "Youthanasia" - voire de "Countdown To Extinction" : le hit "Trust" avec sa longue intro qui tient en haleine, son refrain proche de celui d’un "Symphony Of Destruction" et ce break qui donne lieu à un intermède acoustique du plus bel effet. Autre morceau de bravoure, "Almost Honest" et son riff mémorisable, son envol sur le refrain et un Dave Mustaine qui se fait plus nuancé. Autre morceau carrément redoutable et bien métallique, "She-Wolf" presqu’en fin d’album débute avec un riff bien tranchant et terrible qui se perpétue le long du morceau : on notera la façon dont l’intro amène le reste du groupe. Et puis il y a aussi ce grain de folie dès le riff d’intro de "Vortex" qui donne lieu à un titre bien sympathique et au tempo enlevé. Comme quoi, on retrouve là le talent d’orfèvre du riff de Sieur Mustaine.

D’autres morceaux sont plus surprenants et apportent de petites nouveautés, amorces du controversé "Risk" sorti 2 ans plus tard. "Use The Man" possède une première partie assez étrange, un climat un peu plus intimiste et des sonorités presque acoustiques auxquelles le groupe nous a rarement habitué, une accélération soudaine nous achemine vers la fin. Débutant par quelques frappes de toms et une basse ronronnante, "Mastermind" est un titre au couplet un peu lourdingue et au riff syncopé. Loin d’être mon titre préféré en tous cas. Bizarre également l’ambiance toute tranquille de "I’ll Get Even", un titre plutôt bien foutu par contre avec un refrain un peu plus sombre. "Sin" est plus enthousiaste et plus conforme à ce que l’on attend habituellement de MEGADETH : j’aime la frappe de Nick Menza sur ce titre. Riff qui tue sur "A Secret Place", une très bonne compo où le groupe utilise une citar, à la mélodie entêtante qui aurait pu (et dû) être mise davantage en valeur par le groupe à mon sens. Sans être incontournable, "Have Cool, Will Travel" et son petit harmonica (?) furtif possède de petits côtés zeppeliniens pas désagréables.

Bien fait, moins percutant mais plus audacieux que "Youthanasia", "Cryptic Writings" est un bon album. Pas le meilleur mais un « bon » disque, avec ses bons côtés et des aspects plus … déroutants aux premiers abords. C’est aussi le premier jalon d’une période de galère pour le groupe. L’équipe stabilisée depuis 1990 et le terrible "Rust In Peace" s’effrite doucement avec le départ du batteur Nick Menza. Alors, faut-il voir dans cet album varié une tentative de conciliation entre une partie du groupe qui souhaite tenter plus de choses et une autre qui souhaite conserver ses acquis ? Marty Friedman est lui encore là (plus pour longtemps) semble tirer vers la première option et tendrait à faire évoluer la musique de MEGADETH, malgré les 2 Dave qui coopèrent mais ne voient pas forcément cela d’un oeil bienveillant. Ceux-ci se laisseront finalement convaincre pour tenter l’aventure "Risk", le disque le plus controversé des américains. Déjà sur "Cryptic Writings", pas mal de fans sont perdus et ne comprennent pas les quelques fantaisies de leur groupe fétiche. Pour ma part, même si je le trouve inférieur à "Youthanasia", je trouve "Cryptic Writings" intéressant avec pas mal de bons moments, d’autres un peu plus dispensables. Mais au moins, MEGADETH évolue doucement et a le mérite de ne pas se dénaturer totalement du jour au lendemain comme ses anciens frères d’armes (hum …).

PS : pour information, la re-édition de "Cryptic Writings" de 2004 propose une version assez marrante de "Trust" avec un refrain en espagnol (quel trilingue ce Mustaine). "Evil That's Within" et "Bullprick" sont en réalité des premières versions de "Sin" et "F.F.F.". Il y a également une autre version "Vortex". Dommage qu’ils aient viré l’intro à la BEACH BOYS de "Use The Man" (il s’agit en fait d’un sample de "Needles And Pins" du groupe THE SEARCHERS), je trouvais ça assez sympa sur la version d’origine.

A lire aussi en HEAVY METAL par POWERSYLV :


DARKNATION
Merci Pour Le Mal (2006)
Sur les traces d'adx et de killers ...




STORMWITCH
Witchcraft (2004)
Le retour du groupe allemand culte


Marquez et partagez



Par JULIEN




 
   POWERSYLV

 
   FENRYL
   MULKONTHEBEACH
   POSSOPO

 
   (4 chroniques)



- Dave Mustaine (chant, guitare)
- Marty Friedman (guitare)
- Dave Ellefson (basse)
- Nick Menza (batterie)


1. Trust
2. Almost Honest
3. Use The Man
4. Mastermind
5. The Disintegrators
6. I'll Get Even
7. Sin
8. A Secret Place
9. Have Cool, Will Travel
10. She-wolf
11. Vortex
12. F.f.f



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod