Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (2 / 10)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Kreator
- Membre : Chateaux, Lionsheart, Grim Reaper

ONSLAUGHT - The Force (1986)
Par FENRYL le 16 Octobre 2008          Consultée 6057 fois

1986... Une putain d'année pour le thrash, si ce n'est THE année ! Jugez plutôt si vous sortez d'un périple sur une île paumée au milieu du Pacifique depuis tout ce temps: METALLICA nous sortait son « Master of Puppets », SLAYER nous pondait un « Reign in blood », MEGADETH nous enfantait de son « Peace sells... ». Pas mal non ?! Il vous en faut encore ???

Si tous les projecteurs plaçaient à cette époque sous les feux de la rampe la scène thrash américaine, à juste titre, nos amis British mettaient au monde leur disque ultime en la matière...
Tout juste un an après leur « sulfureux » opus précédent « Power from hell », ONSLAUGHT enfonce le clou et assoit un peu plus son statut de patron de la scène UK.
Une fois n'est pas coutume, c'est le jeu des chaises musicales qui frappent un combo. Et cette foutue expression n'a jamais aussi bien porté son nom que pour ce groupe ! Si la paire de gratteux s'étoffe avec l'arrivée d'un guitariste rythmique laissant le chant libre au soliste Nige Rockett, on voit Paul Mahoney attraper la basse, délaissant son statut de frontman. On retrouve un nouveau chanteur officiant derrière le micro (une habitude qui sera de rigueur pour la suite de la discographie du groupe...): retenez bien ce nom, Sy Keeler, et ce, pour la simple et bonne raison que ce gus est tout simplement bluffant de maestria et de feeling. Il est capable d'osciller entre un chant thrash typique de l'époque et tutoyer les sommets des notes ultra aiguës (la fin de « Contract in blood » en est l'Himalaya !).
Pour en faire la superbe expérience, il vous faudra déguster la splendide intro instrumentale basée sur une montée en puissance du rythme (moments que seul le thrash sait offrir avec tant de férocité à mes oreilles...) à la façon d'une rampe de lancement. Et c'est tout naturellement que viennent se placer les premier lyrics du groupe... (les bougres nous referont le même coup sur « Demoniac », « Flame of the Antichrist » ! Rien ne semble décidément être laissé au hasard !)
De ce côté, peu de changement par rapport à la galette précédente. On en change pas une équipe qui gagne ! Aspect satanique, textes sans équivoque, ambiances glauques (les cloches en intro de « Flame of the Antichrist », les chaînes de « Contract in blood »...), la recette du côté obscur est toujours de rigueur ! A ce sujet, l'artwork du groupe demeure une nouvelle fois relativement limpide !

7 titres seulement, me direz-vous... Une fois encore ce n'est pas le nombre qui fait ici la réussite d'une galette. Même si on trouve un titre autour des 4 minutes, les autres morceaux sont moyennés à plus de 6 minutes !
Mes temps forts ? Allez, quelques uns:
- sur votre droite, un break magistral sur « Metal Forces » avant des montées dans les aiguës phénoménales de Sy ! Putain, respect ! Le tout enchaîné avec un solo pas piqué des hannetons avant un final tout en feeling et volées de notes !!

- sur votre gauche, « Fight with the beast » au solo sonnant « Kill'em all » à mort ! Quelle virtuosité et quel toucher! Mes cocos, je ne parle pas de branlette de manche mais bien d'un état d'esprit: celui-là même qui a animé nos illustres ancêtres, ceux qui ont défriché les sentiers battus du genre...

- et enfin, face à vous « Flame of the Antichrist », sorte de synthèse de tout ce que le groupe sait faire et bien faire! Une nouvelle fois, quelle introduction! Excellent !
Pour faire de cette chronique un espace de comparaison: faites copuler à quelques choses prêt « Kill'em all » de METALLICA et « Bonded by Blood » de EXODUS et vous tiendrez grosso merdo ici la progéniture enfantée par des parents talentueux !

Moins extrême (pour l'époque, on s'entend !), moins « underground », moins « barré dans tous les coins », ce « The force » est une franche réussite. Il constitue d'ailleurs la plus belle production du groupe: furieux (« Thrash till the death »), technique, sérieux, et foutrement efficace, il se doit de figurer dans toutes discothèque du Thrasheur confirmé ou tout au moins de passer entre vos oreilles de spécialistes !

Aaaah, 1986, une putain d'année, j'vous l'avais dit tout en haut !

Verdict: 4/5

Mega-Glop: « Metal Forces », « Let there be death », « Flame of the Antichrist », « Metal forces ».
Ça saccage méchamment « Thrash till the death », tout est dit !

A lire aussi en THRASH METAL par FENRYL :


TRIVIUM
The Sin And The Sentence (2017)
Quel travail, quelle maîtrise ! Donc puissance !

(+ 1 kro-express)



ANTHRAX
Kings Among Scotland (2018)
ANTHRAX vous salue bien ! Référence du genre...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Nige Rockett (guitare)
- Sy Keeler (chant)
- Jason Stallard (guitare)
- Steve Grice (batterie)
- Paul Mahoney (basse)


1. Let There Be Death
2. Metal Forces
3. Fight With The Beast
4. Demoniac
5. Flame Of The Antichrist
6. Contract In Blood
7. Thrash Till The Death



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod