Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (17)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Heavens Gate, Burning Witches, Damien, Satan Jokers, Biomechanical, Cage, Sinner, Primal Fear, SortilÈge
- Membre : Racer X, Msg, Tipton, Entwistle & Powell, Yngwie Malmsteen , Iced Earth, Charred Walls Of The Damned, Beyond Fear, Fight, Toto, Deeds / Dirty Deeds
- Style + Membre : Halford
 

 Site Officiel De Judas Priest (2266)

JUDAS PRIEST - Demolition (2001)
Par DARK BEAGLE le 15 Février 2017          Consultée 574 fois

Il faudra attendre trois ans et le passage au XXIème pour découvrir un nouvel album du PRIEST. Avec une pochette proche du dépouillement et relativement vide de sens, "Demolition" n’attire pas franchement l’œil.

Pourtant, Glenn Tipton, KK Downing et Chris Tsangarides ont réfléchi à comment devait ou pouvait encore évoluer JUDAS PRIEST pour rester dans le coup. Tim Owens n’est pas convié à la composition, il est replacé au rang d’exécutant. Ah, vous aussi vous commencez à vous dire que ça sent le sapin pour lui ?

Musicalement, on retrouve un PRIEST souvent plus abordable que sur l’ultra Heavy "Jugulator". Ne cherchez pas des relents de la grande époque, on n’y est pas. Les musiciens cherchent encore à faire du lourd, du puissant. "Machine Man" est un exemple assez révélateur de ce que sera "Demolition". Un véritable rouleau compresseur en action, avec un Owens qui en impose terriblement. Il chante de façon plus grave, plus agressive. Il visitera moins les aigus sur ce disque que sur "Jugulator". Il saura aussi se montrer surprenant comme sur "Metal Messiah", une véritable perle qui explore de nombreuses directions.

Mais la formation, qui applique son Heavy Metal avec application, s’amuse avec des bidouillages électroniques à travers ses riffs, discrètement, sans en avoir l’air. Ce n’est certainement pas l’idée du siècle pour eux et on n’est qu’en 2001. Tout cela alourdit inutilement l’album et on finit par perdre pied. On coule doucement après "Jekyll And Hyde" (un "Ripper" Part II si vous voulez) ou après la ballade "Close To You" si on a un fond romantique, pour remonter à la surface vers la fin avant de prendre son pied sur "Metal Messiah". C’est dommage, c’est la fin de l’album.

Encore une fois, JUDAS PRIEST se montre un brin décevant. Et cela ne va pas arranger les affaires de ce pauvre Owens…

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


BLACK SABBATH
Paranoid (1970)
Lourd, halluciné et fédérateur




TRIBE AFTER TRIBE
Enchanted Entrance (2002)
Roots bloody roots


Marquez et partagez



Par DAVID



Par JULIEN, THE MARGINAL




 
   POWERSYLV

 
   DARK BEAGLE
   DARK BOUFFON
   ODIN

 
   (4 chroniques)



- Tim Owens (chant)
- K.k Downing (guitare)
- Glenn Tipton (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Scott Travis (batterie)


1. Machine Man
2. One On One
3. Hell Is Home
4. Jekyll And Hyde
5. Close To You
6. Devil Digger
7. Bloodsuckers
8. In Between
9. Feed On Me
10. Subterfuge
11. Lost And Found
12. Cyberface
13. Metal Messiah



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod