Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ETHNIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Armored Saint, King's X

TRIBE AFTER TRIBE - Pearls Before Swine (1997)
Par DARK BEAGLE le 26 Juillet 2016          Consultée 1065 fois

La discographie de TRIBE AFTER TRIBE est faite de longs moments de silence ; elle est donc erratique, seulement six albums depuis 1985. "Pearls Before Swine", qui nous intéresse ici, date de 1997 et fait suite au projet THREE FISH mené par Robbi Robb et Jeff Ament de PEARL JAM. Un disque apaisant qui aura su mettre en valeur le travail de Robb, un Sud-Africain contraint à un exil volontaire suite à ses interventions contre l’Apartheid qui frappait son pays jusqu’en 1994. Une prise de position claire, qui aurait pu lui coûter cher et que l’on retrouve dans la musique de TRIBE AFTER TRIBE.

Pour se faire, Robb va s’entourer de musiciens talentueux, comme Doug Pinnick de KING’S X à la basse sur quelques morceaux, ou encore Joey Vera (ARMORED SAINTS, FATES WARNING…) au même instrument. Pour le reste, les musiciens se succèdent aux différents postes. Ils ne sont pas là pour apporter leur touche, mais pour rendre viable la vision musicale du géniteur de TRIBE AFTER TRIBE.

"Pearls Before Swine", ça peut se traduire par « de la confiture aux cochons ». Un titre qui dénote une certaine colère de la part de Robbi Robb. Quand on se penche sur les thèmes des chansons, nous nous rendons compte que nous naviguons en eaux troubles. Robb est quelqu’un de particulier. Certains diront haut-perché. Il se sert de son vécu pour raconter des histoires sombres ("Boy", qui fait aussi bien référence à un enfant de onze ans abattu en Afrique du Sud qu’aux gamins qui périssent sous les coups de feux échangés entre les gangs et les flics à Los Angeles), il aborde la spiritualité à sa manière ("Fire Dancers") et se montre habilement politique ("Ballad Of Winnie").

Et si Robbi Robb a dû quitter son pays, l’Afrique ne l’a jamais réellement quitté. On la retrouve dans les paroles, certes, mais également dans la musique. A travers des percussions très riches, puissantes, et des chœurs qui évoquent le continent noir, TRIBE AFTER TRIBE façonne son univers, dopant le Heavy Rock du groupe vers quelque chose d’assez unique. La base, Robb la décrit comme du BLACK SABBATH mélangé avec un bon vieux fond de Punk. Il n’a pas tort (et quelque part, cela vaut mieux, c’est sa formation, hein). Les riffs sont lourds pour certains ("Boy", "Lazarus"), d’autres se veulent plus stridents ("Fire Dancers") alors que d’autres se montreront plus étonnant, comme celui de "Señor", hispanisant.

Puis il y a ces rythmiques qui surgissent, qui viennent changer la géométrie des morceaux, leur apportant une richesse nouvelle à travers des sonorités inédites. Pour faire court, on peut avancer que TRIBE AFTER TRIBE pratique un Metal Ethnique (et vlan ! Si ça c'est pas une étiquette qui pète !). Si cela se remarquera bien plus sur les albums suivants, c’est sur ce "Pearls Before Swine" que Robbi Robb commence à développer ce son qui va devenir une marque de fabrique et que l’on trouvait déjà, par touches, sur le premier album de THREE FISH.

Alors oui, Robb n’est pas un chanteur extraordinaire. Il a une voix qui peut rapidement devenir agaçante, mais il est indéniablement habité par ses paroles. Et finalement, ça fait la différence. Croire en ce que l’on chante. Croire en ses textes. Cela en devient une force, c’est indéniable. Parce qu’on se retrouve face à un disque vivant. Pas un simple produit, formaté, avec ses deux ou trois singles qui se placeront plus ou moins honorablement dans les charts. Ici, ça devient viscéral. Robb nous raconte des histoires, nous nous asseyons autour d’un feu de camp dans les plaines Zoulou et nous l’écoutons, presque religieusement.

Rentrer dans ce "Pearls Before Swine" n’est pas forcément aisé. Cela s’apparente à des montagnes russes émotionnelles. Nous passons de titres énervés à des choses étranges, comme ce "Señor", long et mélodique, presque hors sujet dans cette démonstration tribale. Et ce n’est pas l’exception. Robbi Robb a une écriture qui peut varier, on retrouve cette patte plus subtile également sur "Ballad Of Winnie". Et si on a tendance à perdre quelque peu le fil vers la fin de l’album, c’est parce qu’on en sort complètement lessivé. Le disque est exigeant. Ce n’est pas le genre de galette à passer en musique de fond. Elle demande une certaine attention. Cela a l’air simple, comme ça, à la première écoute, mais sans être ébouriffant de technique, sans avoir le sex appeal de formations mieux cotées, TRIBE AFTER TRIBE se mérite.

Je ne saurai que trop vous conseiller de découvrir ce groupe particulier. "Pearls Before Swine" est un album remarquable, quoique un peu long et déroutant. Le tout est de franchir le pas d’une pochette floue, mais forte, qui en raconte bien plus sur ce disque qu’elle ne laisse présager au début. Et ensuite, il faut accepter l’univers sombre et parfois mélancolique de Robbi Robb, qui a vu son lot d’horreur et qui sait l’évoquer doucement, sans forcer.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


VANDALLUS
On The High Side (2016)
STEEL PANTHER sans le glam, le cul et les groupies




BLACK SABBATH
Black Sabbath Vol 4 (1972)
Midnight express


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Robbi Robb (chant, guitare)
- Doug Pinnick (basse, guitare)
- Joey Vera (basse)


1. Boy
2. Lazarus
3. Señor
4. Fire Dancers
5. Murder On The Lee Shore
6. Ballad Of Winnie
7. Bury Me
8. Path On The Back
9. Hopeless The Clown
10. I Am Your Heart
11. Uh-oh



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod