Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (4)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
1984 Defenders Of The Fait...
1986 Turbo
1987 Priest... Live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1997 Jugulator
1998 98 Live Meltdown
2001 Demolition
2005 Angel Of Retribution
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil Live
2010 British Steel 30th Anniv...
2011 The Chosen Few
2012 The Complete Albums Coll...
2013 Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
  5 Souls
2018 Firepower
 

- Style : Heavens Gate, Burning Witches, Damien, Satan Jokers, Biomechanical, Cage, Sinner, Primal Fear, SortilÈge
- Membre : Racer X, Msg, Tipton, Entwistle & Powell, Yngwie Malmsteen , Iced Earth, Charred Walls Of The Damned, Beyond Fear, Fight, Toto, Deeds / Dirty Deeds
- Style + Membre : Halford
 

 Site Officiel De Judas Priest (2392)

JUDAS PRIEST - Defenders Of The Faith 30 [2015] (1984)
Par JEFF KANJI le 17 Avril 2018          Consultée 1212 fois

Cette chronique n'a pas pour but de rédiger un nouvel avis sur l'un des opus les plus légendaires de la carrière du PRIEST mais plutôt de s'attarder sur le principal intérêt résidant dans les versions 30th Anniversary des albums des Anglais sortis depuis 2010 pour les enregistrements live qu'ils contiennent, qui viennent considérablement enrichir le catalogue de JUDAS PRIEST, surtout cantonné dans les mémoires collectives à une prestation anthologique lors du Hell Bent For Leather Tour et l'autre mixant deux dates américaines de la tournée Fuel For Life - pour un résultat surproduit qui le rend un poil difficile à apprécier sur la longueur - et c'est désormais encore plus vrai aujourd'hui avec ce Live enregistré le 5 mai 1984 à la mythique Long Beach Arena (où IRON MAIDEN immortalisera bientôt son "Live After Death").

Au moment d'enregistrer "Defenders Of The Faith", JUDAS PRIEST est sur un petit nuage car il vient de boucler sa tournée devant une audience exceptionnelle de 250 000 spectateurs lors de l'US Festival (que l'on retrouve dans l'édition 30th Anniversary de "Screaming For Vengeance"). Hors lorsqu'il arrive au studio, l'équipement n'est plus là et le studio fermé, pour défaut de paiement. Cela n'empêchera pas le groupe, toujours accompagné de Tom Allom de mettre en boîte son chef d'œuvre et de partir le défendre sur les routes après avoir mis la main à la pâte pour ramener consoles et fly-cases dans le bâtiment.

Sur cette tournée au show visuel remarquable, avec le Metallian qui trône sur le fond de scène et sur lequel Rob dominera le public, JUDAS PRIEST jouera la quasi-intégralité de l'album, à l'exception de "Eat Me Alive" qui alors suscite la polémique (merci le PMRC !). La tournée a d'autres moments épiques, comme cette prestation au Madison Square Garden où les sièges ont volé sur scène, engendrant pas moins de 250 000 $ de réparations et une interdiction à vie de rejouer dans la prestigieuse salle new-yorkaise.

Mais pour l'heure le groupe est à Long Beach et va délivrer son Heavy puissant et agressif devant une assistance comblée ainsi que cinq millions d'auditeurs de ABC, la chaîne américaine assurant la retransmission de ce concert sur les ondes, et c'est grâce à eux que nous pouvons aujourd'hui apprécier cet enregistrement d'une époque cruciale pour le groupe, soulignant l'aspect offensif développé depuis deux années sur autant de chefs d'œuvre. Le PRIEST ne fait pas rire en cette année 84 et ce show tonitruant montre la formation anglaise sous son jour le plus agressif. Le Heavy Metal n'est à l'époque pas qu'une belle musique pleine de jolies harmonies et de mélodies sucrées, mais le rejeton le plus bourrin de la musique du diable et le show de Long Beach est là pour le démontrer sans artifices.

Les guitares sont ici reines, même si on notera que la section rythmique et sacrément à son avantage, à l'image de la basse imposante de Ian Hill, qui pilonne du début à la fin. On ressent cette brutalité dès le début même si on n'entend assez mal Rob Halford sur les premières minutes, on l'entend s'égosiller et hurler comme jamais. Il fait évoluer depuis quelques temps son chant dans cette direction et sa prestation sur ce Live pourra diviser ; car en effet, si le Rob le plus mélodique de "Unleashed In The East" semble désormais loin, je dirais qu'on n'y gagne pas nécessairement au change, la balance me semblant beaucoup plus équilibrée sur la tournée suivante. En effet les cris et déchirements vocaux du Metal God sont monnaie courante, signe aussi d'une volonté de lâcher les chevaux. En cela il y a une spontanéité assez unique dans ce Live qui voit Rob chanter faux à force de trop crier ("Jawbreaker"), tant il semble habité par la sauvagerie comme en témoigne ces versions décoiffantes de "Sinner" ou "Freewheel Burning", la première étant selon moi quasi anthologique, dépassant son statut sacré du Live de '79.

Toutefois le contact avec le public est là, et Rob le pousse même à chanter avec lui "Defenders Of The Faith" avec une certaine réussite. On imagine très bien les cinq musiciens maltraiter leurs instruments avec une envie furieuse qui n'a rien à envier au MAIDEN de la même époque (et pourtant bien plus jeune), prenant rendez-vous avec le public en liesse (mais sans aucun doute sonné) de Long Beach pour l'année suivante juste avant d'entonner "The Green Manalishi…" et son duel de guitares épique (avec un KK Downing déchaîné même si la palme dans ce domaine revient sans conteste à "Rock Hard Ride Free") qui ouvre le bal des rappels de l'époque, constitué d'une imbattable triplette gagnante : "Living After Midnight" / "Hell Bent For Leather" / "You've Got Another Thing Comin'".

Si ce Live me fatigue un peu à cause de son agressivité incontrôlable, il ne faut pas pour autant se laisser déconcerter par le son un poil approximatif du début, car dès "Grinder" il est pour ainsi dire parfait. Et puis il est très difficile de résister au deuxième disque avec cette version époustouflante de "Night Comes Down" et cet enchaînement étourdissant à partir de "Freewheel Burning" jusqu'aux derniers coups de semonce de "You've Got Another Thing Comin'" (*). Un Live authentique qui selon moi souffre des excès du Metal God (la coke entre autres), et en cela la différence avec le Fuel For Life Tour sera assez nette en termes d'interprétation. Pour autant il n'y a ici que des classiques donc… J'opterai donc pour un sévère 3/5 car étrangement, je préfère largement les performances plus aérées des dernières sorties Live du groupe.

(*) J'ai toujours trouvé que ce titre avait énormément en commun avec le "Can't Live Without You" des SCORPS et dans les deux cas leurs interprétations live de cette époque étaient aussi survoltées l'une que l'autre.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SATAN JOKERS
Sj 2009 (2009)
Les deux visages de SATAN JOKERS

(+ 1 kro-express)



TRIOSPHERE
The Heart Of The Matter (2014)
Comportement d'un leader


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- Kk Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Dave Holland (batterie)


- Disc 2
1. Love Bites
2. Jawbreaker
3. Grinder
4. Metal Gods
5. Breaking The Law
6. Sinner
7. Desert Plains
8. Some Heads Are Gonna Roll
9. The Sentinel
10. Rock Hard Ride Free

1. Disc 3
2. Night Comes Down
3. The Hellion
4. Electric Eye
5. Heavy Duty
6. Defenders Of The Faith
7. Freewheel Burning
8. Victim Of Changes
9. The Green Manalishi (with The Two-pronged Crown)
10. Living After Midnight
11. Hell Bent For Leather
12. You've Got Another Thing Comin'



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod