Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Heavens Gate, Burning Witches, Damien, Satan Jokers, Biomechanical, Cage, Sinner, Primal Fear, SortilÈge
- Membre : Racer X, Msg, Tipton, Entwistle & Powell, Yngwie Malmsteen , Iced Earth, Charred Walls Of The Damned, Beyond Fear, Fight, Toto, Deeds / Dirty Deeds
- Style + Membre : Halford
 

 Site Officiel De Judas Priest (2278)

JUDAS PRIEST - A Touch Of Evil - Live (2009)
Par DARK BOUFFON le 23 Août 2009          Consultée 6792 fois

Tiens, revoilà les Metal Gods avec un album live qui saura, n’en doutons pas, susciter la polémique. En effet, que penser d’un tel objet présenté comme le témoignage des tournées mondiales 2005/2008 et ne tenant que sur un seul CD ? Car onze titres pour une heure de musique, ça fait un peu radin, surtout que le PRIEST n’est pas MAIDEN et ne sort pas un nouveau live tous les quatre matins. Mais, quand on insère la galette dans le mange-disque, les doutes sont bien vite balayés car les Anglais nous offrent de belles performances. Zoom instantané…

Commençons par l’argument marketing (entendu ici et là) : il s’agit du troisième live CD de JUDAS PRIEST en présence du grand prêtre Rob Halford. Balayés donc, les deux live en présence de Ripper Owens ("Meltdown" et "Live In London"). Certes… Peu sympa pour le chanteur abonné aux seconds rôles mais on l’a compris, du côté du quintet de Birmingham, la période Ripper semble bel et bien enterrée, incinérée, broyée (barrer les adjectifs inutiles)… Ainsi donc, ce "A Touch Of Evil – Live" fait suite, aux yeux des puristes (ou des responsables marketing), à l’indétrônable "Unleashed In The East" et au beaucoup plus anecdotique (mais pourtant sympathique !) "Priest… Live". Inutile de ménager un suspens bidon : ce nouveau live ne fait pas d’ombre à son mythique aîné des 70’s mais se hisse sans problème au niveau (au-dessus ?) du second.

Le son est percutant et très « épais » (bien que les graves soient parfois trop mis en avant). Saluons d’ailleurs le retour assez étonnant de Tom Allom à la production (le responsable du son de la plupart des albums des 80’s du PRIEST) qui a su présenter un travail moderne malgré son « grand âge ». Les instruments sont tous correctement audibles, à l’exception de la basse qui s’avère toujours aussi fantomatique (dommage pour Ian Hill).

Quant au maître de cérémonie, le grand Halford, il s’en sort sans trop de casse. Bien sûr, les esprits taquins diront que l’avantage d’un live enregistré sur plusieurs dates est de pouvoir sélectionner les meilleures performances. Ceux-là n’auront pas tort. En tout cas, le chanteur ne semble pas autant peiner que sur certains titres du DVD "Rising In the East" (enregistré sur la tournée 2005). Conscient que sa voix n’est plus ce qu’elle était, il attaque les aigus et les hurlements différemment. Certes, on sent le chanteur vieillissant, mais avouons qu’il en a encore sous le champignon !

Venons-en au choix de la setlist. Elle sera également sujet à polémique, n’en doutons pas ! Mais elle a l’avantage, en l’espace de seulement onze titres, de faire un grand écart assez périlleux allant de "Dissident Aggressor" (un titre qu’on ne pensait plus entendre en live, extrait de "Sin After Sin") aux deux extraits de "Nostradamus" (l’épique "Prophecy" et le très lourd "Death"). Certes, quantité de classiques sont passés à la trappe, on ne va pas revenir sur l’argumentaire vu précédemment. Mais on a droit à quelques tueries bien connues ("Beyond The Realms Of Death", "Riding On The Wind", "A Touch Of Evil" et l’incontournable "Painkiller") mélangées à des nouveautés (les extraits de "Nostradamus" mais aussi "Judas Rising" et "Hellrider" qui passent sans souci au milieu des autres titres) et à des titres moins connus mais très jouissifs tout de même (le fameux "Dissident…", "Eat Me Alive" et "Between The Hammer & The Anvil").

JUDAS PRIEST nous offre donc un live bien sympathique malgré sa frugalité. Et même si sa sortie tout comme sa setlist en étonneront plus d’un, gageons qu’il permettra aux die-hard fans de patienter avant de découvrir le prochain chapitre des aventures des Metal Gods !


Note indicative : 3,5 / 5

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BOUFFON :


RAGE
Soundchaser (2003)
Heavy metal




IRON MAIDEN
Death On The Road (2005)
Encore un DVD de Maiden? Mais il vaut le détour...


Marquez et partagez




 
   DARK BOUFFON

 
   DARK BEAGLE
   FENRYL

 
   (3 chroniques)



- Rob Halford (chant)
- Glenn Tipton (guitare)
- K.k. Downing (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Scott Travis (batterie)


1. Judas Rising
2. Hellrider
3. Between The Hammer & The Anvil
4. Riding On The Wind
5. Death
6. Beyond The Realms Of Death
7. Dissident Aggressor
8. A Touch Of Evil
9. Eat Me Alive
10. Prophecy
11. Painkiller



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod