Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (46)
Questions / Réponses (9 / 51)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1985 Killing Is My Busines...
1986 Peace Sells... But Wh...
1988 So Far, So Good... So...
1990 Rust In Peace
1992 Countdown To Extincti...
2016 Dystopia
 

- Style : Exodus, Sulfator, Diamond Head, Spirit Web, Lyzanxia
- Membre : Abattoir, Act Of Defiance, Soilwork, Scarve, Aborted, Phazm, Mortuary, Altitudes & Attitude, Warrel Dane , Metal Church, Agent Steel, Artsonic, Savatage, F5, Marty Friedman, Cacophony, Eidolon, Jag Panzer, Angra, Lamb Of God, Hawaii
- Style + Membre : Metallica, Md.45, The Big 4 , Iced Earth
 

 Site Officiel Du Groupe (2458)
 Myspace Offciel Du Groupe (1127)
 Chaîne Youtube (798)

MEGADETH - Peace Sells ... But Who's Buying? (1986)
Par DARK BEAGLE le 23 Mai 2019          Consultée 673 fois

Un an après le quelque peu brouillon "Killing Is My Business… And Business Is Good!", MEGADETH revient avec "Peace Sells… But Who’s Buying?" et dès que l’on se retrouve face à la pochette, difficile de ne pas se dire que l’on tient quelque chose de grand. L’illustration, signée Edward Repka, donne vie à Vic Rattlehead et il va devenir une véritable mascotte pour le groupe, que l’on retrouvera sur bon nombre de pochettes de la bande à Mustaine. Et ici, Vic pose dans un décor post-apocalyptique, devant ce qui reste de l’ONU, à vendre puisque le bâtiment ne sert plus à rien. Avec ce rouge qui ressort, la jaquette possède quelque chose de menaçant, finalement autrement plus effrayant qu’une nuée de démons ou une bestiole se battant avec d’autres créatures. Parce que MEGADETH nous offre la vision d’un futur possible.

L’équipe n’a pas changé depuis l’album précédent. Nous retrouvons toujours Gar Samuelson derrière les fûts, Dave Ellefson à la basse et Chris Poland à la guitare. Mustaine, lui, s’occupe de la seconde six-cordes et du chant. Et sur cet opus, la recette va être grosso modo la même que sur le premier album, mais avec une production au niveau, signée Randy Burns, qui permet d’avoir un son plus propre sans pour autant altérer le discours du groupe. C’est rapide, sale, ça vous choppe à la gorge pour ne plus vous lâcher et c’est ça ce qui est bon ici ! La formation ne fait pas dans la demi-mesure, bien au contraire.

Mustaine mêle beaucoup d’influences Heavy Metal dans son Thrash, ce qui lui donne un aspect souvent plus mélodique, malgré des parties complètement frénétiques. Megadave s’est un peu amélioré au niveau du chant, même si on a toujours l’impression d’être confronté à un putois belliqueux tant il crache sa haine à la face du monde. Les morceaux se succèdent sans temps morts, tous plus virulents les uns que les autres. Et surtout, ce disque regorge d’idées assez inhabituelles au niveau du Thrash. Les riffs sont secs, les soli très bavards et nombreux.

"I Ain’t Superstitious" est peut-être le maillon faible de ce disque. Un standard de Willie DIXON (oui, encore. Le Metal a une sacré ardoise envers lui !), repris par bon nombre d’artistes (dont Jeff BECK) qui se trouve là un peu massacrée par le chant nasillard de Mustaine que l’on a connu plus convaincant. En revanche, il y a tout le reste. Et là, pardon, mais on tient le haut du panier en ce qui concerne MEGADETH. C’est vif, rapide, habillement construit même si on a l’impression que c’est l’anarchie au sein des morceaux, cette façon que ça a de partir dans tous les sens pour atteindre des paroxysmes, des pics d’intensité ("Good Mourning/Black Friday", "Peace Sells", "Bad Omen"). Et le résultat est absolument furieux.

Si METALLICA travaillait tellement ses morceaux qu’il en perdait de la spontanéité sur "Master Of Puppets", si SLAYER pataugeait allègrement dans une forme extrême du Thrash, MEGADETH va, quant à lui, se montrer particulièrement vicieux. Et c’est ce qui fait sa force et qui va caractériser la musique de MEGADETH durant les années 80. Et cela va parfaitement fonctionner, cela va permettre au groupe de se créer une personnalité affirmée dans le domaine du Thrash US. À ce moment-là, difficile de dire que la bande à Mustaine a usurpé sa place dans le fameux Big Four, même s’il est arrivé plus tard. "Peace Sells" est un classique du Thrash et un classique du Metal dans sa définition la plus large. Ni plus, ni moins.

A lire aussi en THRASH METAL :


SKELETONWITCH
Serpents Unleashed (2013)
Black thrash

(+ 1 kro-express)



TESTAMENT
Low (1994)
Du bon gros thrash bien dans l'air de son temps !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   POWERSYLV

 
   DARK BEAGLE
   FENRYL
   MEFISTO
   POSSOPO

 
   (5 chroniques)



- Dave Mustaine (chant, guitare)
- Chris Poland (guitare)
- Dave Ellefson (basse)
- Gar Samuelson (batterie)


1. Wake Up Dead
2. The Conjuring
3. Peace Sells
4. Devil's Island
5. Good Mourning/black Friday
6. Bad Omen
7. I Ain't Superstitious
8. My Last Words



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod