Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (80)
Questions / Réponses (7 / 77)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Kill 'em All
1984 Ride The Lightning
1986 Master Of Puppets
1988 ...and Justice For Al...
1991 Metallica
1993 Live Shit: Binge & Purge
1996 Load
1997 Reload
1998 Garage Inc.
1999 S&m
2003 St. Anger
2008 Death Magnetic
2016 Hardwired... To Self-...
 

- Style : Exodus, Evile, 4 Arm, Spirit Web, Diamond Head, Heathen, Anthrax, Slayer, Rage, Night Viper, Xentrix
- Membre : Ozzy Osbourne , Suicidal Tendencies, Infectious Grooves, Flotsam And Jetsam, Echobrain, Film
- Style + Membre : The Big 4 , Megadeth
 

 Site Officiel (2426)
 Fan Club Officiel (4809)
 Fan Club Français (local Chapter) (4010)
 New Fan Club Français (local Chapter) (2891)
 Myspace (1033)
 Chaîne Youtube (2485)

METALLICA - St Anger (2003)
Par FIGHTFIREWITHFIRE le 3 Juillet 2010          Consultée 3007 fois

Six ans, une attente encore plus longue que celle subie entre le "Black Album" et "Load", pour un retour du plus grand groupe de tous les temps qui, après avoir expérimenté albums de reprises, bandes originales et live symphonique, est chargé de remettre les pendules à l’heure dans un univers où une nuée de formations Néo Metal ou Heavy speed à chanteuses ont pris le pouvoir.
La tension était tellement palpable qu’il ne fallut pas plus que la fuite sur internet du compte-rendu d’un obscur journaliste (convié comme quelques confrère au HQ afin d’écouter avant tout le monde le contenu de ce "St Anger" prévu quelques mois plus tard) pour mettre le feu aux poudres : "C’est énorme, on a jamais rien entendu de tel, METALLICA revient au Metal avec un son incomparable".

La présentation de seulement quelques secondes du morceau "Frantic" en live sur MTV (avec un son classique) avait achevé de rendre tout le monde fou, METALLICA était bel et bien de retour.
La claque n’en fut que plus grande à sa découverte et ceci explique peut-être en partie l’immense déception qui a suivi la sortie de "St Anger".
Pourtant, si l’on veut bien s’y pencher plus en détails, cet album est loin d’être la honte pointée du doigt dont on parle tant.

On n’a jamais rien entendu de tel c’est un fait, des morceaux excessivement longs, trop longs car trop répétitifs, METALLICA à la manière d’un enfant qui découvre un nouveau jouet et ne veut plus le lâcher a un peu trop forcé sur l’utilisation de Pro Tools au moment d’enregistrer.
Les copiés/collés sont usés jusqu’à plus soif afin d’atteindre les 70 minutes justifiées par Lars comme méritées par les fans pour la longue attente…
Ce qui a pour conséquence d’user des riffs pourtant pour la plupart bons, voire excellents, et fait regretter l’absence d’un plus gros travail sur le son et l’assemblage des idées, quasiment toutes issues de jams. Le remastering du morceau "Some Kind Of Monster" pour l’EP du même nom démontre d’ailleurs de manière vraiment frappante la qualité potentielle énorme de ces morceaux et renforce encore plus ce regret.

Car un son incomparable on peut le dire également, le fameux son de casserole qui rebute tant (il ne m’a personnellement jamais réellement choqué et apporte même selon moi cette personnalité finalement attachante -comme une casserole ah ah- à cet album), les guitares sont brutes et le chant de James semble effectué en une seule prise, si bien qu’on l’entend même postillonner et flirter avec la limite de la justesse sur les aigus.

Cet album est brut, sans concessions, anti-commercial à souhait, bien qu’accusé de flirter avec des sonorités néo en vogue à l’époque (l’influence SOAD flagrante sur "The Unnamed Feeling") indigeste de par sa longueur et ses répétitions.
Pourtant, cet album qui ne sonne comme rien d’autre me plaît, j’y trouve quelque chose de sincère et comme chaque METALLICA, il possède une personnalité différente de chacun de ses prédecesseurs : Si "Load" présente la facette la plus subtile et policée des four horsemen, celui-ci leur a permis de capter leur rage et leur énergie et de les mettre en boîte, à la manière d’un catalyseur, avant de repartir vers quelque chose de plus serein. Cette sainte colère, différente et finalement moins dramatique de celle qu’a pu présenter un "AJFA" en son temps, trouve donc pleinement sa place dans la discographie d’un groupe qui a pris pour habitude de toujours surprendre en essayant de traduire en musique l’évolution personnelle de chacun des membres qui le composent.

A lire aussi en HEAVY METAL par FIGHTFIREWITHFIRE :


MEHIDA
Blood And Water (2007)
Un bon premier album pour Mikko Harkin (ex Sonata)




AMORPHIS
The Beginning Of Times (2011)
Et Joyeuses Pâques !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez






 
   POSSOPO

 
   CANARD WC
   DARK BEAGLE
   FENRYL
   FIGHTFIREWITHFIRE
   JEFF KANJI
   MAXXX
   MULKONTHEBEACH
   POULPI
   T-RAY
   THE MARGINAL

 
   (11 chroniques)



- James Hetfield (chant, guitare)
- Kirk Hammett (guitare)
- Bob Rock (basse)
- Robert Trujillo (basse)
- Lars Ulrich (batterie)


1. Frantic
2. St. Anger
3. Some Kind Of Monster
4. Dirty Window
5. Invisible Kid
6. My World
7. Shoot Me Again
8. Sweet Amber
9. The Unnamed Feeling
10. Purify
11. All Within My Hands



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod