Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVE METAL  |  STUDIO

Commentaires (24)
Questions / Réponses (1 / 11)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
1984 Defenders Of The Fait...
1986 Turbo
1987 Priest... Live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1997 Jugulator
1998 98 Live Meltdown
2001 Demolition
2005 Angel Of Retribution
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil Live
2010 British Steel 30th Anniv...
2011 The Chosen Few
2012 The Complete Albums Coll...
2013 Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
  5 Souls
2018 Firepower
 

- Style : Heavens Gate, Burning Witches, Damien, Satan Jokers, Biomechanical, Cage, Sinner, Primal Fear, SortilÈge
- Membre : Racer X, Msg, Tipton, Entwistle & Powell, Yngwie Malmsteen, Iced Earth, Charred Walls Of The Damned, Beyond Fear, Fight, Toto, Deeds / Dirty Deeds
- Style + Membre : Halford
 

 Site Officiel De Judas Priest (2445)

JUDAS PRIEST - Jugulator (1997)
Par JEFF KANJI le 8 Avril 2018          Consultée 619 fois

Que ce disque est fatigant ! Autant "Painkiller" est comme le dit justement Dark Schneider un album que je déteste adorer, autant le grand retour de JUDAS PRIEST, cinq ans après le départ de Rob Halford aurait mérité mieux. Car la formation de Birmingham est loin de se reposer sur ses lauriers, proposant un album résolument moderne où il se remet une nouvelle fois en question, donc j'aurais aimé apprécier ce disque.

Le héros de "Jugulator" c'est KK Downing, dont les soli destructeurs fendent un mixage ultra compressé et saturé étouffant et fatigant, qui rappelle à bien des égards le travail de PANTERA, ce qui fait encore plus se demander pourquoi Rob a quitté le groupe en '91… Mais on comprend depuis quelques années maintenant que ces deux-là étaient frères ennemis au sein du PRIEST, KK quittant à son tour le groupe quelques années après que Rob est rentré au bercail. Le PRIEST, en 1996, se fait corrosif, agressif, plus Heavy qu'il ne l'a jamais été, et sonne incroyablement moderne pour l'époque, loin du monstre Heavy Metal 80s qu'il incarnait quelques années plus tôt.

Mais quasi-renier son identité à ce point n'est pas sans conséquences ; on ne reconnaît rien du jeu de Glenn Tipton, les riffs sont aussi subtils qu'une horde de mammouths fuyant le danger (rappelant parfois la lourdeur SABBATHienne sur "Brain Dead") et la prestation de Tim 'Ripper' Owens pose question. S'il est imprenable, se montrant tout à fait capable de brailler les aigus déchirants du Metal God, sa prestation est à l'image de l'album, et accuse déjà dans une certaine mesure les défauts d'un chanteur incroyablement doué mais manquant singulièrement de subtilité.

Et puis il faut se fader ces infâmes bruitages qui crispent dès les premières mesure de "Jugulator" montrant un "Painkiller" qui aurait passé les cinq dernières années à pousser de la fonte. Il en est de même sur "Dead Meat" qui cache au final une composition pas désagréable. On s'habitue quelque peu à "Jugulator" pour apprécier pour ce qu'il est le sur-Heavy "Bullet Train" avec ces vocaux dominateurs (mais franchement ridicules) et la longue pièce épique "Cathedral Spires" qui sans nul doute aurait pris une autre dimension avec Rob comme interprète et sans ses longueurs à gratter de la grosse rythmique.

"Jugulator" a tellement misé sur la modernité et le renouvellement que le but inavoué est achevé ; on ne s'attend pas spécialement à écouter Rob Halford et on n'a pas franchement l'occasion de regretter son absence, la musique ayant drastiquement changée. Je pense que j'aurais sans doute apprécié cet album différemment s'il n'était pas de JUDAS PRIEST. Voilà un groupe qui se plante royalement, dans le déni de son identité et dans un irrépressible besoin de se renouveler d'album en album, peut-être la seule caractéristique du PRIEST que l'on peut mettre au crédit de cet album.

A lire aussi en THRASH METAL par JEFF KANJI :


DAGOBA
Black Nova (2017)
Une nouvelle ère prometteuse




DAGOBA
Face The Colossus (2008)
Arme de destruction massive


Marquez et partagez



Par JULIEN




 
   POWERSYLV

 
   DARK BEAGLE
   JEFF KANJI
   ODIN
   PUPPETSUCKER

 
   (5 chroniques)



- Tim Owens (chant)
- K.k Downing (guitare)
- Glenn Tipton (guitare)
- Ian Hill (basse)
- Scott Travis (batterie)


1. Jugulator
2. Blood Stained
3. Dead Meat
4. Death Row
5. Decapitate
6. Burn In Hell
7. Brain Dead
8. Abductors
9. Bullet Train
10. Cathedral Spires



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod