Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (49)
Questions / Réponses (2 / 15)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Rocka Rolla
1976 Sad Wings Of Destiny
1977 Sin After Sin
1978 Stained Class
  Killing Machine
1979 Unleashed In The East
1980 British Steel
1981 Point Of Entry
1982 Screaming For Vengean...
1984 Defenders Of The Fait...
1986 Turbo
1987 Priest... Live !
1988 Ram It Down
1990 Painkiller
1997 Jugulator
1998 98 Live Meltdown
2001 Demolition
2005 Angel Of Retribution
2008 Nostradamus
2009 A Touch Of Evil Live
2010 British Steel 30th Anniv...
2011 The Chosen Few
2012 The Complete Albums Coll...
2013 Epitaph
2014 Redeemer Of Souls
  5 Souls
2018 Firepower
 

- Style : Heavens Gate, Burning Witches, Damien, Satan Jokers, Biomechanical, Cage, Sinner, Primal Fear, SortilÈge
- Membre : Racer X, Msg, Tipton, Entwistle & Powell, Yngwie Malmsteen, Iced Earth, Charred Walls Of The Damned, Beyond Fear, Fight, Toto, Deeds / Dirty Deeds
- Style + Membre : Halford
 

 Site Officiel De Judas Priest (2501)

JUDAS PRIEST - Firepower (2018)
Par DARK BEAGLE le 14 Décembre 2018          Consultée 705 fois

JUDAS PRIEST is back ! Après un "Redeemer Of Souls" qui sonnait bon la retraite pour ces vieux briscards du Heavy Metal (moins un), difficile de savoir ce que l’on escomptait réellement de cette légende semi-vivante (oui, on a toujours l’impression qu’ils sortent Ian Hill du formol). Un album histoire d’instaurer une nouvelle tournée, avec un peu de charme et pas mal de ratés ? Le retour aux sources attendu depuis des années ? Un album de reprises histoire de gagner un peu de temps (sauf que Glenn Tipton n’en a plus en tant que guitariste, hélas…) ? C’est l’option du retour aux sources qui semble être confirmé.

En effet, le groupe retrouve Tom Allom, celui qui les avait guidés dans les années 80 en leur offrant un son tranchant comme un rasoir. Ici, il est allié à Andy Sneap, qui sera le garant de la modernité et d’un gros son. Cela a déjà de quoi rassurer après la production médiocre du "Redeemer Of Souls", indigne d’une formation de cette stature. Puis il y a cette pochette, nous présentant une nouvelle bestiole, le Titanicus, un robot qui semble programmé pour détruire Gotham, mais que Batman finira bien par mettre en pièces.

Et musicalement, on se retrouve quelque part entre "Screaming For Vengeance" et "Defenders Of The Faith", avec quelques incursions du côté de "Painkiller", comme en témoignent le title-track et "Lightning Strike", qui ouvrent les hostilités sans trop demander leur reste. Il se dégage un parfum vintage, mais pas de moisi, cela sonne plutôt bien. Mais voilà, si l’on prend un morceau comme "Never The Heroes" par exemple… Peut-on se dire que c’est un grand morceau ? Aurait-il été considéré comme tel au milieu des années 80 ? Franchement non. Et bien des morceaux tirés de ce "Firepower" sont dans la même situation.

Parce que si les mélodies sont franchement sympathiques sans être forcément inoubliables, les duels de guitare ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils furent à l’époque (les joutes de Tipton et Downing restent des modèles du genre) et surtout, où sont les refrains qui filent le grand frisson ? Des refrains comme ceux de "Electric Eye", de "The Sentinel" ou même de "Turbo Lover" ? Ce "Firepower" n’en a pas des masses. Bien sûr, les deux premiers titres remplissent très bien leur office, mais ensuite, c’est un peu de la poudre aux yeux.

Parce que oui, Rob chante très bien sur ce disque. Il n’avait plus aussi bien chanté depuis… Allez ! "Painkiller" pour le côté « je pousse ma voix comme un petit jeune et je t’en mets plein la vue », il se voulait bien plus posé sur "Nostradamus". Parce que oui, la production est plutôt phénoménale et que ça envoie sévère. Mais voilà, ça envoie sans que le fond ne suive réellement. Un disque comme ça, sorti dans les années 80, aurait fait pâle figure entre "Screaming For Vengeance" et "Defenders Of The Faith". Aujourd’hui, il nous montre un JUDAS PRIEST plus inspiré que sur "Redeemer...". On se contente de ce qu’on a.

Après, "Firepower" n’est pas franchement un mauvais album en soi. Ce n’est pas non plus un très bon album. Il est dans une espèce d’entre deux, trop long, pas assez frondeur, pas assez puissant, manquant de refrains fédérateurs pour espérer mieux qu’un sourcil qui se soulève poliment. Pour résumer, "Firepower" m’en a touché une sans faire bouger l’autre. JUDAS PRIEST est un groupe qui a vécu et dont le meilleur est irrémédiablement derrière lui. Tout, devant lui, n’est qu’illusion.

Note réelle : 2,5/5, poussé à 3 pour ne pas être viré de l’équipe !!! (1)

(1) Ceci étant une blague (2)
(2) … ou pas…

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


VANDALLUS
On The High Side (2016)
STEEL PANTHER sans le glam, le cul et les groupies




BLACK SABBATH
Paranoid (1970)
Lourd, halluciné et fédérateur


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   DARK BEAGLE
   FENRYL
   JEFF KANJI

 
   (4 chroniques)



- Rob Halford (metal god)
- Glenn Tipton (metal god)
- Ritchie Faulkner (metal god)
- Ian Hill (metal god)
- Scott Travis (metal god)


1. Firepower
2. Lightning Strike
3. Evil Never Dies
4. Never The Heroes
5. Necromancer
6. Children Of The Sun
7. Guardians
8. Rising From Ruins
9. Flame Thrower
10. Spectre
11. Traitors Gate
12. No Surrender
13. Lone Wolf
14. Sea Of Red



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod