Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (39)
Questions / Réponses (1 / 7)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Edenbridge, Visions Of Atlantis, Amberian Dawn, Tacere, Xandria, Delain, Midwinter, Oratory, Therion, Benighted Soul
- Membre : Northern Kings, For My Pain, Almah, Sinergy, Trees Of Eternity, Tarja, Sethian, Brother Firetribe, Tarot
- Style + Membre : Barilari, Infinity, After Forever, Beto Vazquez
 

 Nightwish France - Site Officiel Français (3922)
 Site Officiel (444)
 Myspace (560)

NIGHTWISH - Oceanborn (1998)
Par BAST le 14 Mai 2005          Consultée 28264 fois

1998, le parfait inconnu qu’est NIGHTWISH s’apprête à sortir un album qui, d’un coup d’un seul, bouleversera la scène revival heavy metal, comme l’avaient fait l’année passée RHAPSODY et son SOEL ou BLIND GUARDIAN et son NIME, ou comme l’avaient réalisé, encore plus loin dans le temps, ANGRA avec "Holy Land" ou encore SYMPHONY X et son troisième album, "The Divine Wings Of Tragedy".

Les professionnels de la musique ne s’y sont pas trompés, eux qui ont d’emblée placé nombre d’espoirs dans ce groupe finlandais ô combien atypique pour l’époque, alors que son premier album, "Angels Fall First" n’avait recueilli que quelques lignes à l’enthousiasme difficilement discernable.

On le comprend aisément, car avec "Oceanborn", NIGHTWISH fait un bond en avant. Un bond de géant. Non content de dévoiler un album en tous points remarquable, le groupe parvient à se forger son propre style, alors qu’"Angels Fall First", qui n’avait pas démérité, s’était avéré trop hésitant, flirtant à pleine bouche avec la scène gothique, mais tentant de saupoudrer sa musique de ces épices heavy qui faisaient alors la gloire de STRATOVARIUS.

Sur "Oceanborn", on a droit à un condensé de speed mélodique très symphonique, merveilleusement inspiré, où l’on peut découvrir le chant si particulier de Tarja Turunen doublé d’un charisme propre à imposer définitivement les femmes comme des leaders incontestés dans un univers majoritairement dominé par les hommes (l’émergence de nombreuses formations emmenées par des femmes le prouve).

Alors que la mode d’alors pousse les groupes, surtout extrêmes, à édulcorer leur musique d’envolées lyriques et féminines empruntées à l’opéra, NIGHTWISH franchit le cap et installe derrière le micro une chanteuse de formation (inachevée, à l’époque) classique. Le résultat est impressionnant. Une seule écoute suffit à s’accoutumer au chant solennel de Tarja, merveilleusement soutenu par des claviers virevoltants, des guitares heavy, une batterie véloce et des orchestrations synthétiques de toute beauté.

On découvre alors une succession de titres flamboyants par moments, mélancoliques par d’autres, qui jouent sur nos émotions pour nous laisser, une fois l’album achevé, l’irrépressible envie de se plonger à nouveau dans la fresque musicale qu’est "Oceanborn". Et les écoutes défilent, encore et encore, chaque titre s’imposant à l’une ou l’autre de ces écoutes, comme le meilleur de l’album… Au point qu’on comprend, une fois les mélodies bien ancrées, que l’on tient là une des perles du heavy metal, et assurément l’un des prétendants au titre d’album de l’année 1999.

"Stargazer", "Devil & the Deep Dark Ocean", "Passion And The Opera" ou encore le chef-d’œuvre "Walking In The Air" résonnent avec frénésie ou douceur dans nos oreilles, s’assemblent pour donner naissance à une œuvre sublime, unique, personnelle.

La suite de la carrière, puisque le recul avec lequel j’écris cette chronique me permet de le dire, ne sera pas du même acabit. Et c’est là que les dissensions avec les fans actuels se font jour, car "Wishmaster" comme "Century Child" m’ont énormément déçu tandis que le groupe n’en finit plus de grossir les rangs de ses adorateurs.

Mon détachement, irréversible j’en ai bien peur, des finlandais ne m’empêchera toutefois jamais de désigner NIGHTWISH comme l’un des groupes a avoir su mettre au monde un album exceptionnel, digne de trôner à côté des références du genre, dans la Cdthèque de tout fan de heavy.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


SKYLARK
The Princess Day (2002)
Metal symphonique




RHAPSODY
Legendary Tales (1997)
Metal symphonique

(+ 5 kros-express)

Marquez et partagez



Par BAST, STEF



Par JULIEN




 
   BAST

 
   FENRYL
   JEREMY
   VOLTHORD

 
   (4 chroniques)



- Tarja Turunen (chant)
- Tuomas Holopainen (clavier)
- Erno Vuorinen (guitare)
- Jukka Nevalainen (batterie)
- Sami Vanska (basse)


1. Stargazers
2. Gethseman
3. Devil & The Deep Dark Ocean
4. Sacrament Of Wilderness
5. Passion And The Opera
6. Swanheart
7. Moondance
8. The Riddler
9. The Pharaoh Sails To Orion
10. Walking In The Air



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod