Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  LIVE

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Indica, Angel Nation [enkelination], Benighted Soul, Delain, Xandria, Visions Of Atlantis, Edenbridge, Amberian Dawn, Tacere, Therion, Oratory, Midwinter
- Membre : Tarja, Northern Kings, Wintersun, The Dark Element , Sinergy, For My Pain, Almah, Tarot, Brother Firetribe, Sethian, Trees Of Eternity
- Style + Membre : After Forever, Infinity, Barilari, Beto Vazquez
 

 Nightwish France - Site Officiel Français (4130)
 Site Officiel (583)
 Myspace (737)

NIGHTWISH - Showtime, Storytime (2013)
Par VOLTHORD le 16 Décembre 2013          Consultée 7660 fois

N’y allons pas par quatre chemins distordus : "Showtime Storytime" est sans doute l’un des meilleurs albums de 2013, et l’un des meilleurs Lives qui m’ait été donné d’entendre. Alors attention, ça va être de la grosse tartine. Vous pouvez sauter les trois paragraphes suivants si vous n’avez que 5 minutes et une tasse de café à finir avant le boulot.

Moi qui croyais que NIGHTWISH avait bouclé la boucle du projet ambitieux et flirtant avec les sommets de l’extase transmédiato-conceptuelle de "Imaginaerum", autant dire que je ne suis pas déçu. Un concert avec un orchestre symphonique et une projection d’images du film serait peut-être le seul truc encore à faire qui réjouirait tous les fans du monde et prouverait une bonne fois pour toute que NIGHTWISH est le meilleur groupe de son genre et de sa génération.

Alors bon, l’histoire tout le monde la connaît, Jeff Kanji en a rapidement parlé dans sa chronique du DVD : Floor arrive dans NIGHTWISH comme le cheveu le plus succulent dans une soupe encore bouillante. Pour avoir vu le groupe en concert avec Anette au début de la tournée de "Imaginaerum", je peux vous affirmer que la Suédoise avait clairement réussi à se tailler une place de choix et que sa performance n’était en aucun cas similaire à mes quelques commentaires sarcastiques du décevant album live "Made In Hong Kong".

Le groupe imaginait cette tournée comme un grande Cirque embarqué, un tel coup de théâtre était adapté. Tenant encore AFTER FOREVER bien profondément dans notre cœur et n’ayant pas forcément été entièrement convaincu par les apparitions de Floor depuis, on était partagé entre la déception que NIGHTWISH ne prendrait "pas de risque" à embaucher une chanteuse à la réputation (trop) bien établie et le bonheur de voir le groupe jouer des anciens morceaux en compagnie d’une des chanteuses les plus charismatiques de la scène. Une vidéo live de "Ghost Love Score" sorti sur YouTube quelques mois après l'intégration de Floor à la tournée nous aura simplement achevés. Il suffisait de voir la tronche d'Emppu dans l’incroyable montée en puissance finale de la Néerlandaise pour se convaincre que NIGHTWISH avait trouvé sa nouvelle chanteuse.

La setlist de ce Live fait cependant quelques sacrifices par rapport à ce qu’on avait pu entendre lors de la tournée du groupe en France, notamment celui du un peu gnangnan "The Crow, The Owl And The Dove" (mais qui avait le mérite de mettre en avant le génial Troy Donockley), du trop concis "Slow Love, Slow" et du trop rabâché "Over The Hills And Far Away". Plus difficile pour moi, "The Islander" se voit retiré, tout autant que le meilleur titre de "Imaginaerum", j’ai nommé "Scaretale". "The Siren" se voit bizarrement remplacé par le plus moyen "Romanticide", "Dead To The World" et "Planet Hell" s’en vont, mais c’est au profit d’autres titres que Floor a elle la capacité d’exécuter. L’effort est à saluer, d’autant plus que cette nouvelle setlist fait absolument tout pour la mettre en valeur, et surtout, mettre en valeur la Floor qui peut jouer au coude à coude avec les performances de Tarja.

Et c’est surtout pour ça que j’attendais ce dvd. Enfin… que TOUT LE MONDE l’attendait.
Posons les bases : Tarja avait ce côté angélique qu’aucune autre chanteuse n’est parvenu à imiter. C’était l’élément même qui rendait son chant décevant sur un "Once" qui allait au-delà des nappes de claviers célestes des précédents albums. Floor en revanche, a toujours eu une vraie voix de chanteuse Hard Rock. Une voix dure, puissante, parfois même agressive, avec cependant une capacité incroyable d’adaptation tirant autant vers le chant Pop que le chant lyrique.

Du coup, le titre "She's My Sin", iconique du côté chaton-rêve-nuage-anges-roses de "Wishmaster" sonne presque un peu rustre avec une Floor au chant bien trop déterminée, jouant la carte de la puissance là où justement le chant Tarja était cousu de fil de lin nacré de couleurs douces (enfin, vous avez pigé…). Bref, un refrain un peu craillard, mais quel bonheur tout de même de ré-entendre un tel titre en live (d’autant plus que dans le reportage de la version DVD, Tuomas avait clairement l’air de dire que "Wishmaster", c’était du passé). "Ever Dream" en revanche, touche à la perfection. Tout simplement parce que la composition de base, se trouvant sur un album qui peinait à trouver de nouveaux horizons pour le groupe, nécessitait un brin de pêche supplémentaire que Floor sait amener avec brio. Et au lieu de choisir le « tout lyrique », elle donne au titre un second souffle et le propulse là où il ne paraissait sur son album titre que reproduire la formule établie sur "Wishmaster". Idem pour un "Bless The Child" parfaitement exécuté.
Et SURTOUT, Floor dépasse toutes nos attentes lorsqu’elle s’engage dans les titres de "Once", si bien qu’elle nous ferait presque fantasmer le ré-engistrement d’un cd qui manquait seulement d’une chanteuse aussi polyvalente qu’elle pour être un quasi chef d’œuvre. La montée en puissance sur la dernière minute de "Ghost Love Score" est tellement splendide que j’étais à deux doigts d’en chialer tellement c’était beau. "Dark Chest Of Wonders" gagne d’un cran en intensité, "Wish I Had An Angel" garde sa sensualité tout en se hissant de nouveau en titre le plus puissant du groupe (et cet adjectif paraît enfin adapté), "Nemo" ne perd rien de sa douceur et de sa beauté naïve (au passage, Anette se démerdait aussi très bien dessus), et seul "Romanticide" ne fait pas plus de chaud ni de froid que sur album.

Et pour ce qui est de la partie d’Anette, le résultat est tout aussi convaincant. Même sur le titre niaiso-pop "Amaranth", l’énergie de Floor redonne une vraie vigueur metallique au titre. Idem ou presque pour un "Storytime" qui souffre malheureusement toujours d’un refrain nazissime. "Song Of Myself" prend une saveur épique et théâtrale et "Ghost River" est peut-être le morceau le plus hallucinant dans ce sens là : la puissance de la voix de Floor alliée à un Marco d’une précision et d’un charisme ultimes font décoller le show quelque part vers le 6e ciel et demi.

Et évidemment, la prise de son est nickel, les musiciens sont tip-top niveau, Marco est en forme, Tuomas reprend un peu plus du service avec l’intégration des anciens morceaux (non parce qu’honnêtement il faudra me dire ce qu’il fait la plupart du temps sur les nouveaux titres), Troy nous envoie des bonnes sessions folkisantes (je crois même être passé au-delà de mon aversion pour "I Want My Tears Back")… Bon ça, on s’y attendait.

Est-ce qu’on peut encore douter que la venue de Floor est une bonne chose pour NIGHTWISH ? Non, car est la voix la plus Rock de la scène, qu’elle a un charisme de titan, qu’elle a déjà moult fois fait ses preuves sans forcément se retrouver sur les projets qui la mettaient la plus en avant. Alors oui, une part de moi se dit encore qu’on tourne un peu en rond avec les mêmes bonhommes : ANGRA embauche Fabio Lione pour sa tournée, Floor Jansen rejoint NIGHTWISH… mais au final, après le projet super-ambitieux de "Imaginerum", Tuomas ne devait plus avoir aucune limitation pour développer ses nouvelles idées. Et qu’on trouve sa voix "meilleure" ou non, Floor est bien la seule à pouvoir incarner toutes les périodes du groupe tout en donnant à NIGHTWISH une polyvalence maximale pour l’avenir, ce qui évitera par le même coup que NIGHTWISH compose un autre album sans vraiment savoir pour quelle chanteuse il se destine (ce qui était arrivé avec "Dark Passion Play").
"Showtime, Storytime" marque le début d’une nouvelle ère. Une nouvelle ère peut-être un peu prématurée mais qui s’annonce simplement grandiose. À quelques détails près, on flirte avec la note maximale.


Petit Bonus : jetez une oreille sur ce Live complet avec un son pas dégueu et avec Anette, une excellente manière de comparer les deux performances.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par VOLTHORD :


RHAPSODY
Rain Of A Thousand Flames (2001)
Le point G du Metal Epique

(+ 1 kro-express)



NIGHTWISH
Imaginaerum (2011)
Un album de Noël pour les petits et les grands

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Tuomas Holopainen (nappages)
- Emppu Vuorinen (gratouille)
- Jukka Nevalainen (badaboum)
- Marco Hietala (grosse voix, tougoudoum)
- Troy Donockley (coincoins et tsointsoins)
- Floor Jansen (luxe et beauté, hargne et volupté)


1. Dark Chest Of Wonders
2. Wish I Had An Angel
3. She Is My Sin
4. Ghost River
5. Ever Dream
6. Storytime
7. I Want My Tears Back
8. Nemo
9. Last Of The Wilds
10. Bless The Child
11. Romanticide
12. Amaranth
13. Ghost Love Score
14. Song Of Myself
15. Last Ride Of The Day
16. Outro: Imaginaerum



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod