Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dream Theater, Mind's Eye, Queen, Maschine
 

 Site Officiel (263)
 Chaîne Youtube (284)
 Myspace (207)

RUSH - Caress Of Steel (1975)
Par THE BLUE OYSTER le 17 Juin 2009          Consultée 3558 fois

Quelques mois à peine après la sortie de "Fly By Night", Rush enregistre ce "Caress of Steel" et montre toujours plus son désir de faire de la musique progressive. Avec son très bon album au hibou bleu, le groupe montrait déjà l'envie de complexifier sa musique avec l'arrivée de Neil Peart à la batterie, l'influence de celui-ci sur le groupe étant très importante. Pourtant, malgré ce cocktail explosif de hard rock zeppelinien et de cette complexité rythmique à en faire pâlir tout fêlé des fûts, au niveau des ventes le groupe ne décolle pas (113 ème dans les charts).

"Caress of Steel" s'enfonce brutalement dans les morceaux longs et apparait à première vue comme un album déséquilibré. Alors que les trois premiers morceaux tournent autour des 4 minutes, "The Necromancer" tape dans les 12 minutes et "The Fountain of Lamneth" recouvre toute la face B du disque avec ses 20 minutes ! Une grosse prise de risque pour un groupe dont les ventes ne décollent pas mais nos Canadiens ne désespèrent pas.

Sur les titres courts, le groupe assure. Dans la veine des petites bombes hard rock des deux premiers opus avec toujours cette impressionnante maîtrise instrumentale. L'énorme "Bastille Day" en ouverture est un véritable classique avec son riff qui détruit tout sur son passage, sa magnifique ligne de basse et sa superbe construction. On ne s'en lassera jamais, ce sera d'ailleurs un morceau clé en live. "I Think I'm Going Bald" et "Lakeside Park" continuent sur cette lancée. "I Think I'm Going Bald" écrase l'auditeur avec ses riffs lourds et son superbe jeu de batterie, Geddy Lee est cependant un peu trop criard mais cela ne choque pas vraiment. "Lakeside Park" s'avère plus posé et contient de bien jolis passages à la guitare acoustique.

Attaquons-nous à présent aux deux premières pièces réellement progressives et complexes du trio. Ils sont toutes deux divisées en plusieurs parties tel un livre est divisé en chapitres.
"The Necromancer" est plutôt réussi sous la forme d'une histoire avec un narrateur. La première partie, un peu longue à démarrer, conduit doucement l'auditeur vers la tempête instrumentale nommée "Under The Shadow", ce passage jouissif s'enchaîne sur "Return of The Prince", la dernière partie du titre qui achève dans la douceur la ballade de l'auditeur sur fond de guitare acoustique. "The Necromancer" est donc un pari réussi mais contient tout de même quelques longueurs.

Le très ambitieux "The Fountain of Lamneth" s'étend sur toute la seconde face du disque. S'inspirant du Seigneur des Anneaux de Tolkien, il s'annonce déjà bien plus lourd à digérer avec ses 20 minutes divisées en 6 parties. Cette imposante pièce montre les limites du groupe à ce stade de sa carrière : il est encore très immature. Malgré quelques bons passages instrumentaux, "The Fountain of Lamneth" est brouillon et pas accrocheur. Le groupe n'a pas encore assez d'inspiration et d'expérience pour pouvoir maîtriser un projet aussi ambitieux, ce qui fait de cette composition une suite bancale. Le trio s'est pris trop tôt à l'exercice.

"Caress of Steel" est donc un album inégal. Inégal par la durée de ses morceaux mais également par la qualité. Dans la continuité des précédents disques, les morceaux courts sont de petites bombes de hard rock dans le sillage de Led Zeppelin avec une maîtrise instrumentale excellente mais le groupe est encore trop immature dans l'exercice des morceaux longs et complexes. "The Necromancer" est vraiment plaisant mais "The Fountain of Lamneth" du haut de ses 20 minutes est maladroit. Un disque vraiment recommandable mais en retrait du précédent. Les ventes de cet album seront encore très faibles, c'est pour cela que la maison de disque Mercury va exercer une pression sur le groupe pour que le prochain album soit plus accessible, commercial. Rush fera le contraire et enregistrera "2112". C'est quitte... ou double.

A lire aussi en METAL PROG :


HAIL SPIRIT NOIR
Oi Magoi (2014)
Par des fous, pour des fous




AMORPHIS
Am Universum (2001)
Metal prog

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   THE BLUE OYSTER

 
  N/A



- Geddy Lee (basse et chant)
- Alex Lifeson (guitare)
- Neil Peart (batterie)


1. Bastille Day
2. I Think I'm Going Bald
3. Lakeside Park
4. The Necromancer
5. The Fountain Of Lamneth



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod